AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Premiers pas [PV Metis] terminé

Aller en bas 
AuteurMessage
Cei Humath

avatar

Date d'inscription : 11/02/2012
Messages : 30

MessageSujet: Premiers pas [PV Metis] terminé   Lun 13 Fév - 17:56

L’océan, il l’avait enfin traversé. Cette étendue d’eau, si grande, si épaisse. Les légendes le traversant… Il en avait tellement lus, des dictons : « Un Hornt marin perd plus d’une main », « Un Hornt sur un navire, et c’est la vie qui va partir » … Mais il n’en avait que faire de ces proverbes si rigides, si ternes… Il était maintenant sur les rives de l’Empire, proche du port nommé Achaladh, le port non loin de a ville de Caerwyn. L’océan, il l’avait traversé semi-clandestinement, d’après lui en tout cas. Il avait volé la bourse d’une pirate, qu’il ne connaissait pas, mais qui avait fière allure. En faisant cela, il se fit passer pour un manant, traversant Le Rivage de L’oubli, ramassant une bourse bien pleine et la rendant fièrement à son propriétaire. La pirate, propriétaire du bateau, lui avait proposé gracieusement de traversé l’océan. Le soleil était présent, la bise maritime poussant le bâtiment dans le port. Sur le pont, le branle-bas de combat : le pliage des voiles, l’empaquetage des marchandises… Mais Cei se hâta de descendre, discrètement, avec ses bagages, sur le port. La terre ferme. La terre impériale. L’air frais emplissait ses narines, le bruit du marché, des docks, ses oreilles. Il décida de marcher, errer sur le port en espérant faire une connaissance, une bonne rencontre.

Tout en marchant, il s’approchait des hommes et des femmes qui semblaient pourvus d’argent. En effet, il n’était pas difficile de les reconnaitre. Grandes robes. Monocles. Parfum omniprésent, sans parler des colosses bien habillés les suivant discrètement. Calmement, sur de lui, il s’approcha d’un homme, qui lui, était seul. Avant de lui parler, faisant semblant de refaire son lacet, il ramassa un minuscule caillou, avec quelque teinte bleutée. Très bon acteur, il baratina l’homme, a coup de pierre très peu connue, à la valeur difficilement estimable. L’homme, paraissant pourtant intelligent, paraissait impressionné du discours tenu par Cei. De moins en moins sur de lui, il  commenca a tater sa dague, prêt a beaucoup pour de l'argent. Il lui demanda de l’argent pour cette pierre. Le riche homme, décidément dépourvu d’intelligence, lui donna sa bourse. Cei ne perdit pas de temps devant cet homme, et parti en courant. Il alla dans une taverne, nommée  « Au Vieux Chêne ».

Cette taverne était tout ce qu’il y a de plus accueillant. Une ambiance festive, mais calme régnait dans ce bâtiment un peu étroit. Des tables rondes, en bois de chêne, des chaises paillées typiquement campagnarde. Arrivant dans cette taverne, il prit le soin de commander une choppe, et par excès de bonté, il paya une choppe a toutes les personnes présentes au bar. Assis à sa table, il avait observé dès son entrée à la taverne une femme, une femme qui n’avait rien à faire dans une taverne. Exactement, elle était vêtue d’une robe bleue turquoise. Ses cheveux montés en queue de cheval bien finie. Depuis le début, pour une raison qu’il ne connaissait pas, il l’observait. Lui, Cei Humath, une jeune homme de 19 ans, foulant pour la première fois le sol de l’Empire. Stressé par ce regard dont il ne connaissait pas la raison il enfila sa cape, mis sa capuche et se déplaça jusqu'à la jeune femme. Encapuchonné, il espérait que la femme n’avait pas remarqué ses cornes, si peu lisses, et si apparentes… Il s’assit dans le dos de cette personnes, pour lui habillée telle une princesse, et parla.

-Qui êtes vous ? Vous n’êtes pas de la même classe sociale que les ouvriers, marchands et marins.
Revenir en haut Aller en bas
Metis Adhbreith
Modératrice HRP/Fondatrice
avatar

Date d'inscription : 11/07/2011
Messages : 834

MessageSujet: Re: Premiers pas [PV Metis] terminé   Lun 13 Fév - 21:48

Connaissez-vous la loi de Murphy ? Metis non, mais si c'était le cas je peux vous dire qu'elle serait entrain de maudire ce Murphy en question et cela pour plusieurs raisons. La première était sa présence dans cette taverne miteuse, enfin passable, du port. Pourquoi est-elle là ? Et bien tout simplement parce qu'elle avait découvert que le bateau qu'elle aurait du normalement prendre n'était jamais arrivé à bon port et qu'il lui faudrait prendre le suivant, qui n'arriverai que ce soir. Pestant contre ce contre temps, la jeune femme avait eu pendant un moment la tentation d'enfourcher tout simplement Souveraine et partir pour son rendez-vous diplomatique toute seule. Le seul problème avec cette solution c'est que de cette façon ses gardes n'auraient pas pu la suivre, ni ses affaires personnelles, et cela était plus que problématique. En effet, comment pourrait-elle se trouver présentable devant les dignitaires du pays voisins sans ses malles et toutes ses parures ? Il aurait été hors de question de laisser tout cela derrière elle et de partir à l'aventure comme la dernière des imbéciles. C'était donc à cause du retard de son navire que la grande Metis Adhbreith avait été obligé de se rendre dans une des tavernes proche des quais, pour éviter de rater le second bateau qui n'avait put être encore avertit de son impériale mission.

C'est de sa présence en ces lieux qui découlaient la deuxième raison de sa fureur. Après avoir été passablement agacée par son retard et sa présence dans une taverne fréquentée par le peuple elle était devenu tout simplement furieuse des regards que les hommes des lieux osaient lui lancer. Si cela continuait ainsi elle n'était pas sur de pouvoir tenir et risquait bien de donner des ordres, comment dire, aux conséquences définitifs. Ses gardes aillant remarquées ses troubles malgré son visage de glace tentaient tant bien que mal de la garder calme en l'occupant du mieux qu'elles pouvaient. Elles lui parlaient de ses robes magnifiques, de la superbe couleur de ses cheveux qu'elle avait choisi pour aujourd'hui, ou de combien Souveraine était belle et puissante. Metis aimait bien qu'on lui parle de sa dragonne, d'une certaine façon cette animale était sa meilleur amie, sa confidente. Elle aimait par dessus tout pouvoir voler avec elle ou tout simplement passer du temps en sa compagnie. Avec Souveraine pas la peine de jouer la comédie ou rester froide, elle pouvait être tout simplement être elle-même, une femme trop gâtée, méchante et égoïste. Elle pouvait dire et faire ce qu'elle voulait, ce n'était pas la dragonne qui allait venir la réprimander. Cela lui faisait du bien de temps en temps de pouvoir se laisser aller en la présence de quelqu'un, même si ceux quelqu'un en question n'était pas humain.

Alors que la jeune femme réussissait à se calmer progressivement la troisième raison de sa fureur apparut devant elle, enfin plutôt derrière. Une voix masculine lui parvient à l'oreille, lui posant une question qui lui semblait être adressée. Sursautant intérieurement à cause de la présence et de la voix, Metis se retourna lentement vers le propriétaire de la question. En découvrant un jeune homme une légère peur s'installa en elle. Comment avait-il fait pour s'assoir dans son dos sans que ses gardes ne réagissent ? Horrifiée par sa présence, et encore plus par son audace, Metis recula sa chaise pour s'éloigner de cet inconnu, sans même faire mine que son mouvement fusse une simple coïncidence. Elle l'évitait en toute connaissance de cause. Ses gardes, intriguées par son déplacement, observèrent la scène avec intérêt, pour le moment l'inconnu ne semblait pas menacer la vie de l'héritière, mais dans le doute elles portèrent la main à leur épées, prêtes à réagir s'il le fallait. Oh elles auraient put même agir tout de suite et écarter cet importun de la vue de la jeune Metis, mais après avoir du supporter l'humeur irascible de la jeune femme toute la journée elles avaient besoin d'une petite vengeance, c'est pourquoi elles ne bougeraient pas avant d'en avoir reçu expressément l'ordre. La principale intéressée de toute cette histoire, quand à elle, regardait avec un visage fermé l'inconnu. Il portait une cape et semblait plus jeune qu'elle, cependant il était beaucoup plus grand et beaucoup plus fort... Ca ce n'était pas bon du tout. Passant outre sa peur et sa répugnance, Metis se dit qu'après tout elle pourrait bien répondre à ce malappris, ce qui lui permettrait de passer ses nerfs sur quelqu'un et donc de se défouler un peu.


"Non en, on ne peut pas dire que je sois de la même condition sociale que vous..." Son ton était assez glaciale et méprisant, elle faisait clairement comprendre au jeune homme qu'il aurait mieux fait de ne jamais lui adresser la parole.
"Quand à vous dire qui je suis, je ne suis pas sure d'être disposer à vous donner cette information, maintenant si vous vouliez disparaitre de ma vue, cela ne rendrait ma journée que plus agréable." Metis ne s'en rendait peut être pas compte, mais dire une telle chose était des plus insultants pour qui qu'onc l'entendait. D'ailleurs, certains personnes dans le bar s'étaient déjà tendu en entendant une telle allocution, prêt à déguerpir en cas de pagaille, ou au contraire pour pouvoir y participer.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Cei Humath

avatar

Date d'inscription : 11/02/2012
Messages : 30

MessageSujet: Re: Premiers pas [PV Metis] terminé   Lun 13 Fév - 22:43

Vlan. Oui, c’est là le bon mot pour décrire cette réponse, qui gêna très fortement le jeune Cei. Il s’était déjà senti comme ça. Oui il s’en rappelle : a 8 ans, alors qu’un Ancien de son village apprenait au jeune enfant l’histoire du monde et comment lire et écrire. L’Homme parlait de la grandeur passée des peuples différents, il parlait de la hiérarchie qui les séparait alors. Les Hornt, bien que non négligés, n’était pas du tout en haut de l’échelle. Comme touché par ces événement, si loin de lui et pourtant si proche, il s’était levé, avancé devant tout le monde, et avait parlé de sa race pendant quelque minute. Il vivait ce « discours ». Il commençait a pleurer d’émotion, mais l’Ancien, d’une tape dans le dos, l’arrêta et le renvoya chez lui, sous prétexte qu’un enfant de son âge ne doit pas parler de chose qu’il n’a pas connu et dont il ne connait pas la nature.
Il était maintenant silencieux, devant cette femme, au visage qu’il observa discrètement, cachant ses yeux et ses cornes sous sa capuche. Les yeux en amandes, teintés de gris. Ses lèvres fines, rougeoyantes qui contrastaient énormément avec ses cheveux turquoise.

Comment pouvait-elle être si froide avec les gens ? Se ressaisissant il réfléchit : Pourquoi était elle si froide avec lui ? Peut être parce qu’il ne s’était pas présenté ? C’est vrai qu’en se dissimulant sous sa capuche, et en parlant discrètement dans son dos, il ne se facilitait pas les choses… Elle n’avait pas vraiment l’air d’avoir envie de lui parler. Peut être parce qu’elle avait remarqué ses cornes sous sa capuche, chose que Cei désirait cacher au maximum. Il avait aussi remarqué ses gardes. Jeunes et élancés, elles étaient assissent non loin de leur maitre. Des ses premiers mots, elles avaient tressaillis, une réaction typique de gardes. Mais pourquoi n’avaient elles pas attaqués, ou seulement éloigné le jeune garçon impertinent ? Était-ce une décision de leur maitre, ou bien était-ce une décision humaine, simplement parce qu’elles voulaient comprendre la situation.
Il eut alors une réaction très idiote, sans comprendre pourquoi. Il rit. Et parla de nouveau.


- Excusez-moi, Très Chère. Je vais reformuler ma question, en espérant ne pas vous avoir offensé, et en espérant avoir une réponse. Je suis Cei Humath. Habitant du Royaume des Marath dans un village très peu connu à quelque lieue de la Cité Des Vents. Je quittais pour la première fois mon village il y a quelque mois, et je foule la terre de l’Empire pour la première fois. Sans contact et sans possibilité de paiement d’une auberge, je cherche de l’argent, ou même un petit boulot pour survivre quelques jours ici. Auriez vous l’obligeance de faire rasseoir ces gardes, ma foi charmantes, dont la lame me dérange un peu ?

Pendant ces paroles, il avait légèrement relevé la tète, laissant entrevoir ses yeux. La forme de ses cornes se dessinait plus distinctement sous la capuche.
Revenir en haut Aller en bas
Metis Adhbreith
Modératrice HRP/Fondatrice
avatar

Date d'inscription : 11/07/2011
Messages : 834

MessageSujet: Re: Premiers pas [PV Metis] terminé   Mar 14 Fév - 9:37

Alors que Metis s'attendait à ce que le jeune homme parte, vexé, ou que au contraire il se jette sur elle pour l'attaquer, ce qui lui aurait permis au passage de demander à ses gardes d'en finir une bonne fois pour toute avec ce "problème", il se mit tout simplement à rire. Décontenancé la jeune femme ne put empêcher que son visage prenne certaines marques de la surprise. Se reprenant cependant assez vite elle du subir le discours de l'inconnu. Ce discours apaisa un peu son esprit, allons bon, ce gars n'était qu'un paysan ignorant d'un pays lointain, il était donc normal que ses manières laissent à désirer. Il était aussi normale qu'il ne sache pas qui elle était. Cette dernière pouvait peut être surprendre, venant de la part de Metis, cependant la petite impératrice n'était pas aveugle au point d'imaginer que chacun connaissent son nom et sa réputation, et après tout tant mieux. Non, elle pouvait pardonner facilement à cet ignorant pour son erreur, par contre elle ne pourrait jamais lui pardonner pour ce qu'il était tout simplement : un truc du genre masculin.

En parlant de truc, Metis se demanda à quelles espèces pouvaient bien appartenir le jeune homme, avant de se dire qu'elle s'en fichait comme de son premier parfum et qu'elle avait autre chose à faire. Se tournant un instant vers ses deux gardes, elle se demanda pourquoi celles-ci n'avaient pas immédiatement réagis en écartant ce Cei de son passage ? Ils leur faudrait avoir une petite discussion une fois sur le bateau, pour mettre au point une ou deux règles. Tout d'abords, on ne s'approchait pas d'elle, et si c'était le cas on repoussait gentiment l'inconnu en lui disant que la personne qu'il tentait d'aborder ne voulait pas être abordée. En attendant elle devait se débrouiller avec ce gars, puisque que ses gardes ne semblait pas vouloir agir, et que ce n'était pas demain la veille qu'elle supplierait pour un peu d'aide dans ce genre de situation.


"Votre histoire, est comment dire" très ennuyante "charmante." Restons diplomatique.
"Dans ce cas Cei, je vais éclairer votre ignorance, ici dans l'empire, il y a certaines personnes qu'il ne faut pas aborder ainsi, et il se trouve que j'en fait partie." A dessein Metis ne révèlait pas son identité, cela aurait été suicidaire dans un tel endroit ou n'importe qui pouvait entrer, ami ou ennemi.
"Et c'est parce que je fais partie de ces personnes, que mes gardes ici présentes, ont la main à l'épée, main qu'elles garderons d'ailleurs, pas que je n'ai pas confiance, mais je ne vous connais pas, donc sans vouloir vous vexer je préfère éviter le moindre incident".
Le ton de Metis était resté froid, mais il n'était plus accentué par la haine ou le mépris, ce qui était déjà ça de gagné pour le jeune Cei.

"Si tu veux du travail je sais où tu en trouver mon garçon." C'était une des gardes de Metis qui venait de s'exprimer, une jeune femme proche de la trentaine aux cheveux auburn.
"Mon frère travaille à la corporation des marchands, il connait chaque artisans de la ville, il sera donc qui a besoin de bras fort pour l'aider. Tiens je vais te dessiner un plan pour que tu puisses le trouver facilement, avec son nom et sa description." Sur ses mots la garde sortit un petit morceau de parchemin de sa poche ainsi qu'un peu de charbon gras et se mit à dessiner.

Metis fut soulagé de l'initiative de son personelle, plus vite le jeune homme aurait ce qu'il voulait, plus vite il partirait. Et plus vite il partirait, plus vite pourrait reprendre sa longue attente, plus ou moins calme, de son navire. C'est au moment où la petite impératrice eu cette pensée qu'un courant d'air violent, venant de la porte que l'on venait d'ouvrir, souffla dans l'auberge. La garde eu le réflexe de retenir son bout de papier, mais la capuche du jeune Cei glissa malheureusement de sa tête.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Cei Humath

avatar

Date d'inscription : 11/02/2012
Messages : 30

MessageSujet: Re: Premiers pas [PV Metis] terminé   Mar 14 Fév - 10:39

Un plan ? Mais pourquoi diable avait il dit qu’il voulait un travail ? Quel idiot, il n’avait pas de travail et n’en voulait pas, pour la bonne et simple raison qu’il venait de tromper un homme pour son argent. Peut être était-ce une réaction d’innocence… Mais un autre problème s’ouvrait à lui désormais : le vent. En effet, un ouvrier venant boire sa choppe quotidienne, en ouvrant la porte, avait provoqué un courant d’air qui avait renversé sa capuche. Il était maintenant découvert : ses cornes, blanchâtres, striées, et brulées en leurs pointes. Ses cheveux en bataille, lui tombait maintenant sur les yeux. Il n’était plus crédible du tout. Le courant d’air avait aussi laissé apparaitre ses dagues, simples, acérées, efficaces. La bourse pleine, aussi. Découvert, il devait s’effacer, ou tout expliquer –si on lui demandait- la vraie raison de sa venue.

Mais qui était cette femme qui se « cachait » plus ou moins, comme lui ? Elle disait ne pas être de la même classe sociale que la plupart des personnes dans cette taverne. Cei avait appris durant son enfance, que sur les terres de l’Empire, il y avait des familles plus riches que les autres ; des familles importantes représentant le pouvoir. Il se pouvait très bien qu’elle fasse partit de ces familles. Parce qu’elle n’était pas habillée comme les autres femmes riches. Oui, elle était extravagante, avec cette robe assortie à ses cheveux, turquoises…

Alors, supposant qu’elle faisait partit de ces familles, comment allait elle réagir face a ce Hornt, insignifiant a ses yeux vu la qualité de ses vêtements, son ton faible, et son air hautain, malgré sa situation ? Il avait aussi apprit qu’a l’Empire, les hommes et les femmes riches, moins habitués au ton et aux regards des campagnard, pouvait avoir des réactions très étranges. Il fit alors un acte surement idiot, et les gardes réagiraient surement, chose qu’il désirait. Il détacha la pochette d’aiguilles à sa ceinture, calmement. Plus rapidement, tout en regardant fixement les yeux de la jeune femme, il saisit ses dagues, les planta violemment sur la table. Il recula doucement, faisant mine de s’abaisser, et enleva sa cape. A découvert, il saisit sa serpe dans son dos, et la posa au sol. Déposant son genou sur le parquet grossier, il abaissa la tête, découvrant de plus ses cornes et prononça ses mots, comme apaisant, selon lui.


-Comme je vous l’ai dit, je ne vous veux aucun mal. Je sais que a vos yeux, je ne suis qu’un sujet de plus parmi les autres. Vous devez être fille de prince, ou princesse vous-même, vu vos gardes obéissants et votre accoutrement -laissez moi vous le dire. Je cherche, en fait, des connaissances, car je suis pour le moment seul. Accepteriez-vous de me faire connaitre le port ?

Sachant que cette requête était inutile, car il se doutait de la réponse, il rit, encore une fois. Il tandis aussi sa main, dans l’espoir que son impertinence porte ses fruits.
Revenir en haut Aller en bas
Metis Adhbreith
Modératrice HRP/Fondatrice
avatar

Date d'inscription : 11/07/2011
Messages : 834

MessageSujet: Re: Premiers pas [PV Metis] terminé   Mar 14 Fév - 13:16

Le coup de vent qui ampli la taverne décoiffa Metis. Agacée par ce phénomène la jeune femme prit le temps de se recoiffer avant de se tourner vers Cei qui se trouvait encore devant elle. Sa cape venait de tomber, révélant deux cornes pour le moins étrange. Metis connaissait un grand nombre de Cornu, après tout ils étaient presque aussi courant que les humains, mais elle n'avait jamais vu des cornes comme celles-ci, petites et striées. Enfin, ce n'est pas le détail qui retient le plus l'attention de la demoiselle, après tout il y avait autant de cornes différents que d'Hornt pour les porter... Non ce qui dérangeait la jeune femme n'était ni les cornes, ni la bourse pleine de jeune homme, qu'elle ne vit même pas, trop habituée à l'or, mais les divers armes que le garçon portait sur lui. La vu de ces armes ne plut absolument à la petite impératrice, qui se tourna rapidement vers ses gardes qui étaient déjà entrain de se lever pour agir. Mais avant que celles-ci n'est pu faire quoi que ce soit, le jeune Cornu eu une très étrange réaction qui fit bondir, d'une façon très peu impérial, Metis de sa chaise. En effet, l'homme ne venait rien de moins que planter ses dagues dans la table, s'agenouiller avant de poser ses armes au sol et lui demander d'une façon humble de lui faire visiter le port tout en affirmant qu'il ne lui voulait absolument aucun mal.

Encore tremblante de peur et de surprise, Metis prit d'abords le temps de se reculer pour se placer derrière ses gardes, se recomposer un visage serein et froid avant de réfléchir à sa réponse. Si elle avait été seule, elle aurait surement donner un bon coup de pieds à ce Cei un peu trop présomptueux à son gout. Mais elle était ici de façon trop officiel pour pouvoir mal se comporter. Elle n'allait tout de même pas ternir sa réputation pour cette histoire non ? Bon alors, comment éviter que les ragots et les rumeurs, car elle savait déjà qu'elle allait en être l'objet, ne prenne trop de proportion pour les jours avenir ? Il fallait dire pour commencer que l'on croisait rarement une personne de son rang dans un tel établissement, et encore moins dans ce genre de situation. Une fois calmée, Metis prit donc sa décision.


"Quand on veut aucun mal à une personne on évite ce genre de démonstration.... On va dire que je laisse passer pour cette foi, au vu de votre ignorance de nos coutumes. Pourquoi ne pas continuer cette conversation à l'extérieur voulez-vous ? Je n'aime pas spécialement me donner en spectacle..." elle avait failli ajouter "devant le peuple, la populace, la plèbe, la fange de l'humanité", mais pas stupide elle se contenta de se taire, pour éviter que la situation ne dégénère encore plus.
Sur ces mots elle sortit donc, encadrée par ses gardes qui ne laissaient personne s'approcher d'elle. D'ailleurs personnes ne semblaient assez fou pour venir lui parler et tous s'écartèrent pour la laisser passer. Une fois dehors la jeune femme respira un bon coup l'air frais de l'océan, avant de froncer son nez à cause des divers odeurs peu ragoutante que l'on peut aussi sentir dans port. S'éloignant un peu de l'entrer de l'auberge, la jeune femme se prit à prier pour que son second navire soi déjà à quai. Malheureusement celui-ci ne semblait toujours pas être arrivé.
Résolue à régler son problème avec ce jeune Hornt un peu trop présomptueux, Metis ne tourna vers lui, tout en espérant qu'il avait finalement fait le choix de ne pas la suivre.


"Ecoutez, je connais bien mal le port et ses environs, et je n'ai pas la moindre envi de jouer les guides touristiques. Si vous vous sentez seul, et bien ce n'est pas mon problème, maintenant si vous voulez bien m'excuser..."

A peine venait elle de finir de prononcer ses mots qu'un grondement attira son attention à sa droite. Un mouvement de foule accompagné de cris de la foule apeurée fit sourire la jeune femme. Il n'y avait qu'une seule créature à sa connaissance qui pouvait créer une telle agitation, sa dragonne Souveraine. L'animal, pas si bête que ça décidément, avait vu sa maitresse s'éloigner à l'avait suivit. Fonçant vers elle sans vraiment faire attention aux gens autour, elle se s'arrêta juste devant sa maitresse qu'elle salua avec un petit grognement. Souriant face au comportement de sa dragonne Metis ne put s'empêcher de sourire, ce qui pour elle revenait à un rictus ironique. Portant sa main sur le museau de la dragonne elle la caressa un moment avant de lui flatter l'encolure, oubliant un instant sa journée mouvementée. Pendant ce temps autour d'elle des rumeurs venant de la foule s'amplifiait. Tous les habitants aux alentours du palais connaissait les différents dragons de la famille impériale, et celui-ci était reconnaissable entre tous avec ses écailles noirs aux bords violacé, tirant vers le rose. Ainsi le nom de Metis Adhbreith commença à se reprendre autour de la jeune femme, qui décidément était toujours si extravagante.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Cei Humath

avatar

Date d'inscription : 11/02/2012
Messages : 30

MessageSujet: Re: Premiers pas [PV Metis] terminé   Mer 15 Fév - 16:11

La jeune femme avait commencée à calmer son ton de parole, mais le fait de déposer ses armes n’avait en fait pas facilité la tache de Cei. Oui, elle s’éloignait, ses gardes toujours sur ses talons. En sortant, elle prononça quelque mot qu’il ne comprit pas, à cause du bruit provoqué par un grondement dehors. Prudent, il ramassa ses dagues et sa serpe, rattacha ses aiguilles à sa ceinture, mais rangea sa cape. Prêt a toutes éventualités, il prépara serpe au combat. Mais en sortant, il fut tellement étonné qu’il la lâcha. Devant la taverne se tenait majestueusement un dragon. Grand, large, imposant, impressionnant. Dans la rumeur qui s’élevait peu à peu, il distinguait maintenant le nom de cette femme, oui, des bribes de conversation lui emplissaient les oreilles.

-…Regardez, c’est la dragonne de la vieille Adhbreith !!

-…L’ambassadrice est là, Metis est la, avec sa dragonne !!

Metis Adhbreith. Ambassadrice. Tout s’expliquait maintenant … Mais Cei ne s’attarda que peu de temps sur ce sujet, en effet, il observait avec attention le dragon, non, la dragonne. Elle avait ses écailles noires, légèrement grisées. Sa collerette et les écailles du bout de sa queue étaient roses pales. Inconsciemment, il s’avança, il s’avança car il avait toujours été impressionné par les grandes bêtes. Comme s’il ne mesurait pas son courage mortel, il s’approcha de Metis, et donc de ses gardes, mais principalement du dragon. Il s’abaissa doucement, comme pour la saluer. La dragonne grogna légèrement, ça qui effraya Cei, qui recula. Dans ses yeux rosés, il remarqua une lueur, une lueur calme et douce, comme s’il ne risquait rien face a une créature aussi imposante. Conscient des regards se tournants sur lui, la dragonne et l’ambassadrice, il se décida à remettre sa cape, et se tourna vers la jeune femme.

-Ambassadrice c’est ça? Honoré, Milady Adhbreith. Maintenant, je voudrais savoir quelle conversation vouliez vous continuer dehors, alors que vous ne vouliez pas vous donner en spectacle, car il me semble que la foule n’observe que vous, mais vous, n’observez que l’océan, attendez vous quelqu’un, ou quelque chose ?

Parlant, il désigna la foule et l'océan, toujours aussi tumultueux. Il commença alors un stratagème, espérant sa réussite: Il présenta -bien que tout le monde ici la connaisse- Metis Adhbreith ventant sa beauté, son extravagance et son calme tout en gesticulant. La foule, alors intéressée par les grognements de la dragonne, se retourna, simplement pour connaitre la source de ces hurlements. Son stratagème était simple, attirer la foule pour s'éloigner avec l'ambassadrice. Désireux de parler plus sérieusement et de manière approfondie de la situation dans laquelle il était, Cei pris le soin de remettre sa cape, rabattant sa capuche sur ses cornes. Tournant le dos a la jeune femme, comme pour la défendre, il fit un signe discret aux gardes, ésperant que ces dernières viendrait promptement conseiller a leur maitre de se retirer.
Revenir en haut Aller en bas
Metis Adhbreith
Modératrice HRP/Fondatrice
avatar

Date d'inscription : 11/07/2011
Messages : 834

MessageSujet: Re: Premiers pas [PV Metis] terminé   Ven 17 Fév - 19:53

Metis flattait distraitement sa dragonne, ignorant superbement la foule qui l'entourait. La jeune femme avait l'habitude d'être un véritable spectacle à elle toute seule quand elle sortait du palais. Après tout elle était un membre de la famille impériale, une sorte de célébrité que tous connaissait de par sa réputation. Faisait fit de l'attroupement, Metis se demanda un instant si elle ne devrait pas tout simplement grimper sur le dos de Souveraine et s'envoler loin de cette agitation. La tentation était grande, mais le bateau pouvait apparaitre à l'horizon d'un instant à l'autre, mieux ne valait donc pas prendre le risque de trop s'éloigner des quais. Alors qu'elle regardait distraitement la mer, l'importun rencontré à la taverne vient une nouvelle fois vers elle. Mais enfin n'avait il pas compris qu'elle ne voulait pas qu'il la colle ? Ecoutant son discours sans vraiment y prêter attention, la jeune femme du néanmoins revenir à la réalité quand le jeune Cei se mit à hurler à la foule des compliments à son égard. Surprise par une attitude pareille, et ne comprenant pas vraiment ce qui poussait le Cornu à agir ainsi. Même si son visage était froid et sans expression, la jeune femme ne restait pas moins surprise d'un tel comportement, et ne savait pas vraiment comment réagir à cela. C'est pourquoi quand ses gardes lui demandèrent de la suivre Metis se laissa faire. Les suivants aux côtés de sa dragonne, la jeune femme ne cherchait même pas à décider où aller. Il faut dire qu'elle n'en n'avait pas vraiment cure, après tout tant qu'elle pouvait voir les quais cela n'avait que peu d'importance.

A mesure que la jeune femme avançait, la foule se fit moins dense, et bientôt il n'y eu presque plus personne autour d'eux. Soupirant de soulagement Metis se sentit instantanément mieux. Elle préférait mille fois le calme au bruit que pouvait produire les habitants du port. Fatiguée elle aperçut un banc un peu plus loin, au milieu d'un tout petit espace vert. Prenant place, Souveraine vient se coucher à ses pieds et posa son énorme tête reptilienne sur les genoux de la petite impératrice. La jeune femme, d'abords gênée, finit par sourire à ce contact. Décidément, cette dragonne ressemblait parfois plus à un gentil chien qu'à un féroce dragon. Lui grattant donc le museau avec douceur, Metis profita un instant de la brise du vent dans ses cheveux et du bruit des vagues qui venait échouer sur la grève. Tout était calme, tranquille, parfait en somme. Soupirant d'aise l'héritière impériale alla jusqu'à fermer les yeux un instant, juste pour profiter du moment présent. Elle sentait le poids de sa dragonne et son propre poids. Le contact du banc et des vêtements sur sa peau. Elle sentait l'odeur de la mer, salée et fraiche, qui emplissait l'air du port. Cette odeur était pure, différente de celle qu'elle avait sentit en sortant de la taverne, qui était elle, mêlée à d'autres immondices.

Profitant donc de cet instant pleinement, la jeune femme finit néanmoins par réouvrir les yeux, encore un peu perdu dans ses pensées. Tout ce qu'elle espérait à présent était que ce Cei ne la trouve pas pour qu'elle puisse embarquer rapidement et partir pour le centaine qui se tenait au royaume des Maraths. Tournant son regard vers l'horizon la jeune femme ne se rendit pas tout de suite compte de ce qu'elle voyait. Quand l'information parvient finalement à son cerveau elle bondit de sa chaise, faisait sursauter sa dragonne, le bateau était enfin là ! Enfin, il arrivait au loin et ne serait certainement pas au port avant une bonne heure, mais quand même il était enfin là ! Sautant presque de joie Metis se contint tout de même. Elle n'allait quand même pas exprimer sa satisfaction comme une vulgaire campagnarde sans é
ducation tout de même ? Néanmoins elle ne put s'empêcher de sourire légèrement. Enfin elle allait pouvoir partir et se sauver loin de cette affreuse journée.


Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Cei Humath

avatar

Date d'inscription : 11/02/2012
Messages : 30

MessageSujet: Re: Premiers pas [PV Metis] terminé   Mer 28 Mar - 23:11

Absente, non, ce n’était pas le mot pour décrire ce que Cei remarquait lorsqu’il observait l’Ambassadrice, une jeune femme charmante, bien que sèche et fermée. Le vent souffla au port, sur les quais mouillés que foulaient constamment les pécheurs. La foule était dehors, suite au boucan qu’il avait provoqué. Mais a ce moment la, il remarqua que justement, il ne pouvait plus l’observer puisqu’il l’avait perdu de vue. Oui, la foule commençait à se resserrer, pourquoi, il ne savait pas, car Metis avait disparu. Tout les relents de poisson, de mer, de sable, de rance émanait de la foule. Les pécheurs, les vendeurs, les ivres, les vendeurs étaient sorti pour voir ce spectacle si futile soit il, pour se divertir dans leurs vie parfois si morne. Mais Cei était mal dans cette cohue compacte, bruyante. Comme pris dans une étreinte se resserrant peu à peu. Il regarda le port et remarqua un bateau majestueux sur cette eau calme et douce. Peut être un bateau pour voyageurs fortunés. C’était un bateau immense selon Cei. Cinq mats, oui et pas moins du double de voiles. D’un blanc de marbre les voiles étaient gonflées par le vent, et les mousses et matelots s’affairaient pour les plier. Il distinguait bien les marques remarquables du teck, bois pour les bateaux en son pays. Malgré cela, il reprit ses esprits. En se retournant vers les ruelles il aperçu la queue de la dragonne disparaissant au loin. Marchant calmement, tel un voleur, dans les rues plus ou moins propres, plus ou moins sales du port, il retira quelques bourses, et vit enfin un banc, entouré de deux femmes cuirassée, et d’un dragon, calmement reposé. Il se décida enfin.

-Milady Adhbreith, je vous demande sincèrement d’accepter mes plus plates excuses pour tous les heurts ou empêchement que j’aurais pu vous causer. Maintenant, j’aurais un conseil à vous donner, aussi pauvre et insignifiant que je paraisse, de ne pas être aussi fermée, sèche, ou violente parfois dans vos expressions. Les hommes, enfin, c’est ce que je crois, aiment certes les femmes qui s’impose, mais jusqu'à un certain degré. Je vais, je pense me retirer, et (sans savoir pourquoi ni comment, ses cornes vibrèrent légèrement vers l’océan) vous laisser prendre ce bateau, un peu marginal je dois dire, qui vous emmènera je ne sais où.

Un peu surpris de son propre monologue dont ses mots n’étaient pas vraiment contrôlés, il n’attendit pas la réponse de Metis, et se retourna, rabattant sa capuche sur ses cornes, comme un hors la loi. Il comptait bien revoir cette femme, et mieux s’entendre avec elle, car, comme lui ayant dit lui-même, elle avait été vraiment étrange avec lui. Cette première rencontre n’était pas vraiment celle qu’il aurait souhaitée mais c’en était une intéressante. Il continua sa route seul, confiant, mais une pointe de hasard lui chatouilla les entrailles.
Revenir en haut Aller en bas
Metis Adhbreith
Modératrice HRP/Fondatrice
avatar

Date d'inscription : 11/07/2011
Messages : 834

MessageSujet: Re: Premiers pas [PV Metis] terminé   Mer 4 Avr - 13:10

Enfin le bateau approchait, il serait bientôt à quai, près à l'accueillir et l'emmener loin d'ici. Loin de la puanteur du port. Elle allait enfin pouvoir se reposer sans à avoir à rester dans une auberge pouilleuse indigne de son rang ou se faire embêter par un gamin. Gamin, elle exagérait, ce Cei approchait de l'âge d'homme, d'ailleurs il était déjà un danger, un mâle près à bondir sur sa proie. Metis se dit qu'elle aurait du le faire exécuter, après tout cela aurait fait une menace en moins sur cette terre. Ah, comme il pouvait être gênant parfois d'être haut placé et de devoir faire attention à ses actes en publiques. Enfin bref, pour le moment la seule chose qui l'occupait c'était de voir cet énorme navire s'approcher peu à peu des quais. Il faut dire qu'il avait de l'allure cet énorme bâtiment, il était tout à fait digne de son rang avec ses envergures colossales. Alors qu'elle le contemplait tranquillement le cornu de tantôt vient une nouvelle fois la rejoindre pour lui tenir un discours grandiloquent sur son comportement. Puis une fois que ce fut finit il partit sans attendre de réponse.

Figée Metis se retient d'ordonner à ses gardes de se jeter sur cet énergumène qui osait lui faire la morale et lui donner des leçons. Non mais pour qui se prennait-il ce gueux sans cervelle ! Fulminant de rage, intérieurement, seul ses yeux plissés et ses poings tendu traduisait son énervement, Metis ne put s'empêcher de blêmir. Elle détestait que l'on se rende compte de son dégout pour les hommes, il s'agissait d'une faiblesse et personne ne devait connaître ses faiblesses. Ses gardes finirent par s'apercevoir de sa colère et s'écartèrent légèrement de la princesse, ne voulant pas l'énerver d'avantage. Une Adbreith en colère n'était jamais une bonne chose, encore plus lorsqu'il s'agissait de Metis qui savait être impitoyable quand elle le décidait. Souveraine, consciente de la rage de sa maitresse se fit à grogner et à cracher de la fumée par les naseaux. La calmant par une petite caresse Metis se dit que ce hornt avait bien de la chance qu'ils soient en public, car si tous cela c'était déroulé au palais, une tête serait certainement tombée. Le maudissant dans sa barbe la jeune femme se jura que la prochaine fois qu'elle le verrait, si elle se souvenait encore de lui, elle lui ferrait couper la langue pour avoir oser lui parler ainsi.

Se levant pour marcher un peu et calmer sa colère, la princesse entreprit de se rendre vers les quais pour retrouver le bateau qui n'était pas prévenu de son arrivée. Heureusement le capitaine avait prévu de rester pour la nuit au port, ce qui lui donnait largement le temps de se faire connaitre et de négocier la traversée. Oh bien sur pour ce dernier point, cela ne serrait qu'une formalité. Le capitaine était un homme de l'empire, elle était sa princesse, il la faisait traverser point finale. Et si jamais il osait se plaindre de sa dragonne ou du nombre de ses bagages.... Et bien, il valait mieux pour lui qu'il n'ouvre pas la bouche sur ces derniers points. Voulant monter à bords du navire au plus tôt, pour s'enfermer dans sa cabine, Metis envoya chercher ses bagages pour qu'ils soient déposés sur les quais, prêt à être embarqués et de son côté s'en fut attendre l'embarcation qui ne tarda pas à arriver. Quelle ne fut pas la surprise de l'équipage et du capitaine lorsqu'ils la virent au loin, plantée sur le quai les attendant de pieds ferme dans une posture plus qu'impériale. Les négociations furent brèves, car allant de soi, et bientôt Metis put tranquillement s'enfermer dans sa cabine, des plus luxueuses. Elle était enfin au calme, prête pour rejoindre les négociations qui l'attendait à la fin de cette traversée.



RP Terminé

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Premiers pas [PV Metis] terminé   

Revenir en haut Aller en bas
 
Premiers pas [PV Metis] terminé
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les 100 premiers jours du gouvernement vus par...
» Une clinique medicale pour les premiers soins a St-Ard (Archaie)
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tuatha de Dearmad :: Le Passé :: Anciennes aventures-
Sauter vers: