AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Netikerty Selenant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Netikerty Selenant

avatar

Date d'inscription : 17/06/2012
Messages : 2

MessageSujet: Netikerty Selenant   Jeu 21 Juin - 23:59

Nom : Selenant

Prénom : Netikerty (Neti pour les connaissances)

Sexe : F

Age : 16

Espèce : Banshee.

Groupe : Les Familles du Pays d’Or.

Métier : Aucun - affiliée aux Mortelune.

Equipement : Le seul objet ayant une place particulière dans le cœur de la banshee est un médaillon en or hérité de son père représentant l’emblème des chevaliers d’Hergrim, ce dernier ayant dû les quitter sa mère et elle afin de repartir pour sa patrie.

Capacités : -De par sa nature, Neti ne peut se retenir de pousser un long hurlement en sentant venir la mort. En revanche, étant liée aux Mortelune, son cri ne concerne que les membres de cette famille. Particulièrement aigüe, sa complainte est connue pour provoquer d’incontrôlables frissons à ceux qui l’entendrait.

-Comme certaines banshees, Netikerty dispose du don de Double-Vue. Aveugle de naissance, elle semble avoir tiré profit de son handicap en développant cette capacité de manière presque instinctive et naturelle. Ce pouvoir lui permet de se focaliser sur une empreinte invisible présente en chaque personne : celle de leur esprit. Elle est capable de
« ressentir » la nature profonde des gens l’entourant et d’être sujette à certaines « impressions » les concernant. Cependant, son don ne lui permet d’obtenir des informations que sur le fond des gens, pas sur leurs intentions. Tout comme les prédictions des banshees adeptes de la divination leurs apparaissent sous formes de visions fragmentées ou sujettes à interprétation, les « sentiments » qu’éprouvent Neti au sujet de ses interlocuteurs sont éphémères et vaporeux.

Faiblesse : A sa grande honte, la banshee est absolument inoffensive. Incapable de se battre, elle ne représente aucune menace pour un quelconque agresseur et serait plus un fardeau que d’une aide quelconque pour ses partenaires. De plus, si son excellente mémoire spatiale lui permet de jouir d’une autonomie quasi-totale au sein de la demeure familiale et de ses alentours directs, la présence d’une personne la guidant est requise lors de séjours à l’extérieur, que ce soit dans le reste du comté ou de l’autre côté de l’océan.

Particularité (facultatif) :
Aveugle et insomniaque. Il n’est pas rare de la voir déambuler dans les couloirs du manoir Mortelune en pleine nuit.

Physionomie : Neti emprunte quelques traits caractéristiques des banshees de la famille Selenant. Sa peau semble aussi claire et pure que les neiges de la Chaine d’Argent bordant le comté, et sa chevelure est d’une blancheur lunaire. Légèrement plus grande que sa mère, elle n’hérite malheureusement pas de ses formes, les siennes étant pour le moins « avares ». En effet, Neti est plate comme une limande et d’une minceur désespérante, même pour une banshee. Surtout pour une banshee. Sa corpulence fluette (pour ne pas dire chétive) et sa pâleur éthérée lui valurent d’être fréquemment la cible de petites piques de la part de l’entourage du comte, mais également de leurs enfants qui lui courent autour tout en poussant des hululements de fantôme dès qu’ils parviennent à se faufiler dans les appartements du manoir où elle loge avec sa mère. Ce qui ne l’empêche en rien de leur faire de vilaines grimaces pour les faire fuir.

Son fragile cou de cigogne supporte un visage aussi fin et délicat que s’il avait été taillé avec la pointe d’une rapière. Un nez légèrement retroussé et de fines lèvres viennent compléter une frimousse respirant la douceur et la gentillesse, contrebalançant partiellement l’effet répulsif de l’aura funèbre à glacer le sang qui suinte constamment de sa personne. Malgré l’absence évidente d’yeux, son visage se révèle incroyablement expressif et elle se montre incapable de camoufler ses pensées. Il n’est donc pas difficile d’y lire son état d’esprit ou de jauger ses réactions au cours d’une discussion.

Dans la vie quotidienne, la banshee se montre d’une sobriété ascétique. Ses cheveux sont régulièrement coupés courts pour la simple et bonne raison qu’ils sont impossibles à coiffer une fois qu’ils ont atteint une certaine longueur. De même, ses vêtements sont toujours blancs et d’une simplicité systématique. Ses longues tuniques sans manches, lui arrivant sous les genoux, sont ses tenues les plus fréquentes. Néanmoins, à l’occasion de rares cérémonies officielles ou lorsque le Comte leur rend visite, elle dispose d’un surcot tout aussi immaculé au col joliment brodé qu’elle ne semble pas apprécier outre-mesure. Elle n’a jamais été très adroite avec les vêtements trop longs. Seule entorse à cette sobriété affichée, un tatouage sur le torse situé juste au dessus de sa poitrine. Tracé d’une encre composée de plantes du comté de Mortelune, il s’agit d’une rune représentant un œil enchâssé sur une patte de corbeau, au symbolisme évident.

Moral : Si son apparence globale et son aura ténébreuse mettent les visiteurs intermittents mal à l’aise, les habitants et les invités réguliers du Manoir la connaissent suffisamment bien pour ne pas se sentir trop oppressés en sa présence. D’une douceur insoupçonnée, d’un calme constamment olympien, elle se veut beaucoup plus accessible que sa mère, plus froide et distante, et bénéficie donc d’un fort capital sympathie auprès des employés du Comte et de son cercle de connaissances intimes. Bien que très jeune, elle fait preuve d’une sagesse et d’un discernement bien particulier propre aux banshees accompagnant la famille Mortelune depuis plusieurs générations. Conciliante et réfléchie, elle est devenue au fil du temps un soutien appréciable et n’hésite plus à participer aux réunions avec le Comte et/ou ses héritiers.

D’une bonne volonté à toute épreuve, elle déploie une masse de travail considérable pour être digne de prendre la relève et devenir la banshee attitrée du Manoir lorsque sa mère ne sera plus. Même si ses efforts paient rarement, son enthousiasme parfois effrayant et sa ténacité se suffisent largement à eux-mêmes.

Très sensible à l’opinion qu’ont les personnes la fréquentant, sa maturité émotionnelle n’est néanmoins pas aussi développée que l’on pourrait le penser. Ainsi, les critiques ne manquent jamais de la démoraliser et de lui faire perdre tous ses moyens. Dans ce cas de figure, il est courant qu’elle se ferme rapidement et adopte une expression des plus moroses, empreinte de désespoir. Cependant, le contraire est tout aussi valable : les encouragements et autres remarques positives l’animent d’un souffle nouveau et semblent lui faire pousser des ailes, aussi difficile que soit le contexte.
Son immaturité s’en ressent également dans ses rapports aux autres. Bien qu’elle déteste les rassemblements mondains et exècre au plus haut point d’être au centre de l’attention, elle hait encore plus la solitude et trouve toujours le moyen de coller aux basques de quelqu’un. Dans son monde de ténèbres, avoir une présence à ses côtés, quelle qu’elle soit, la rassure inconsciemment.

Histoire : Euridice Selenant, conseillère des Mortelune. Une femme mystérieuse et discrète, ne quittant que très rarement les appartements dédiés aux banshees de la famille, à l’exception des cérémonies officielles impliquant le Comte ou ses héritiers. Sa vie privée est une énigme, et son seul partenaire reconnu ne l’est que pour sa paternité. Netikerty ne connait peut-être pas le nom de son père, mais elle connait son histoire.

Du temps d’avant sa naissance, un groupuscule d’activistes cherchant à renverser la famille des Hergrim semait la terreur dans les campagnes des Chaines d’Argent. Menant des pillages et commettant des massacres parmi les montagnards qui refusaient de prendre part à leur rébellion, ils étaient sans cesse en mouvement et profitaient systématiquement de la frontière commune avec le comté de Mortelune pour échapper aux soldats de la Couronne lancés à leurs trousses. Malgré la paix toute relative installée sur le continent, des mouvements de troupes traversant les frontières sans préavis pouvaient être une source de graves incidents diplomatiques, et faire renouer les familles des pays d’Or avec leurs vieux démons.
C’est dans ce contexte troublé qu’Euridice rencontra celui qui serait son amant pendant un an. Conscients que ces provocations n’étaient destinées qu’à provoquer ce scénario, les Hergrim dépêchèrent un courrier aux Mortelune, leur expliquant le problème auquel il faisait face et leur demandant d’accueillir sur leur sol un régiment de leur armée afin de traquer ces criminels. Après concertation, le Comte accepta la demande du roi Menos.

Les soldats de la Chaine d’Argent s’installèrent donc à proximité des montagnes dans le comté de Mortelune, tandis que les recherches seraient organisées depuis le manoir familial en la présence d’un homme de confiance des Hergrim. Chevalier servant la Couronne, homme très apprécié pour son humilité et sa diplomatie, il mènerait l’enquête en coordination avec le Comte et ses principaux stratèges.
En tant que conseillère, Euridice siégeait également aux côtés du Comte lors de ces réunions et, chose étrange, elle développa au fil des mois une relation pour le moins ambigüe avec le chevalier des Hergrim. Certes, le Comte lui-même commençait à apprécier cet invité de marque, mais c’était sans commune mesure avec le lien semblant les unir. Des rumeurs commencèrent à se répandre, s’interrogeant sur la fiabilité de la banshee, mais le comte… n’en tenait guere compte (hah). Il savait que l’allégeance d’Euridice n’allait qu’au sang des Mortelune.

Les choses étant ce qu’elles sont, la banshee finit par tomber enceinte. Au delà de la problématique que posait un enfant né hors union, le souci principal était celui de son appartenance à tel ou tel royaume. N’étant pas adeptes des procédures officielles chargées d’établir l’ascendance d’un nouveau né et désirant le meilleur pour leur enfant, les deux amants établirent un accord tacite : si c’était un garçon, il partirait avec son père. Fils de chevalier, il recevrait la meilleure éducation et servirait fièrement l’armée d’Hergrim. Si c’était une fille, elle serait très probablement une banshee et serait donc l’héritière d’Euridice auprès du Comte de Mortelune.

Néanmoins, le destin peut se montrer capricieux. De cette union éphémère naquit une petite banshee, à la grande joie d’Euridice. Mais, coup du sort ou mauvais présage, l’enfant vint au monde sans yeux.


-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-


« -Aller, viens Willow ! »

« -Arrête, on va se faire tuer cette fois. »

« -Mais non, elle nous trouvera jamais ici ! Y’a jamais personne.»

C’était comme une rumeur lointaine, ou un chuchotement. Netikerty, 5 ans, l’oreille plaquée contre la serrure donnant sur le couloir. Ce n’était pas souvent qu’elle entendait des voix autres que celles des servantes ou des gardes du manoir durant leurs patrouilles. Confinée dans ces lieux d’aussi loin que remontait sa mémoire, elle avait reçu de sa mère l’interdiction formelle d’en sortir. Cette dernière semblait vouloir à tout prix la protéger d’un monde hostile, où le moindre objet trainant par terre représentait un potentiel obstacle mortel, et préférait la garder en sécurité.

Pourtant, elle n’était pas si maladroite que ça. Malgré son jeune âge, elle avait déjà dompté les quatre pièces constituant l’appartement des banshees, et avait désormais l’impression d’être un animal tournant dans sa cage. Sa mère devant assister à une quelconque cérémonie, Neti était restée seule avec la domestique s’occupant de cette partie du manoir, qui était en train de faire la poussière dans la pièce voisine.

« -Tu crois qu’elle nous a vu ? »

« -Attention, baisse-toi ! Regarde, elle va passer à côté… »

D’après les voix qu’elle entendait, il y avait une fille et un garçon. Ils avaient probablement le nez contre la fenêtre et devaient observer ce qu'il se passait à l'extérieur. Les deux adolescents avaient du mal à se retenir de pouffer de rire. Ils avaient l’air de bien s’amuser. Elle aimerait tellement pouvoir jouer avec eux, leur parler...
Son cœur battant la chamade, la petite banshee ouvrit lentement la porte qui se mit à grincer de manière fort désagréable. Elle entendit un bruit sec, comme si les deux intrus s’étaient retournés d’un coup. Personne ne prononça un seul mot durant ces quelques secondes qui lui semblèrent durer une éternité. Ce face-à-face embarrassant fut finalement interrompu par un violent bruit de porte et de pas lourds.

« -Mais qu’est-ce que… Ah je vous y prends, vous deux ! Attendez un peu que j’appelle Mathilde ! »

Ambre et Willow déguerpirent en rigolant tandis que la domestique sorti du salon des banshees comme une furie en secouant violemment ce qui semblait être un plumeau. Peu habituée à marcher si vite et légèrement essoufflée, la servante mit sa main sur l’épaule de Neti et la guida jusqu’à sa chambre.

«-Venez mademoiselle, vous allez vous faire disputer si votre mère vous voit dans le couloir. »

La banshee soupira légèrement et se résigna à regagner son refuge qui lui apparaissait de plus en plus comme une prison.


-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-


« -Mère, j’ai terminé ! »

Euridice vint inspecter la métamorphose de sa fille. Une petite paire d’ailes froissées dans le dos, quelques écailles orangées le long de ses doigts et… C’était tout. La banshee soupira et tapota gentiment la tête de sa fille avec les pages manuscrites qu’elle tenait à la main.

« -Recommence Neti, ce n’est pas encore ça. »

Netikerty, qui avait fêté ses douze ans il y a peu, sentit le désespoir la gagner. A son âge, beaucoup de banshees maitrisent un minimum la métamorphose partielle. Mais pour une raison qui lui échappait, elle en était incapable. Pire, elle avait tendance à se retrouver constamment dans des situations frôlant le ridicule de par son inaptitude à la contrôler. Elle n’oubliera probablement jamais le jour où elle ne pu s’exprimer que par des croassements durant plusieurs heures, incapable de formuler un mot ni d’inverser le processus de transformation (Qui au passage fut un échec total physiquement parlant).

Néanmoins, tout n’était pas aussi déprimant dans la vie de la jeune banshee. Son quotidien désormais beaucoup plus confortable était rythmé entre les promenades interminables au sein du manoir durant lesquelles elle prenait ses marques et mémorisait l’emplacement de chaque obstacle potentiel, et l’enseignement de l’histoire du comté par les archivistes des Mortelune. Il y avait eu, certes, quelques ratés. Lorsqu’elle rencontra le Comte pour la première fois, vers ses sept ans, elle se prit les pieds dans son surcot beaucoup trop grand à son gout et s’affala de tout son long devant le patriarche de la famille. Mais ces incidents isolés n’étaient pas pour la décourager, d’autant plus qu’elle s’était entre-temps découvert un don étrange. C’est environ au même âge qu’elle commença à manifester les premiers signes de la Double-Vue. Elle n’a peut-être jamais été douée en métamorphose ou ne disposait pas de la puissance nécessaire, mais ce pouvoir lui serait certainement bien plus utile. Et surtout, elle sentait que sa mère était à la fois fière de sa fille et rassurée qu’elle ne serait pas totalement vulnérable pour le reste de sa vie malgré son handicap. Au contraire, ce dernier semblait même accentuer la sensibilité de cette capacité à sonder l’esprit de ses interlocuteurs.

« -C’est bon ! »

La banshee leva le nez de ses documents et observa sa fille sous toutes les coutures. Plus d’ailes ni d’écailles, mais quelques plaques de plumes noires et duveteuses dans le dos réparties de manière aléatoire. La transformation, ça ne serait pas pour tout de suite.



-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-


La nuit était tombée sur le comté depuis bien longtemps. Les domestiques étaient dans leurs logis à se reposer de leurs dures journées de labeur et le silence caractéristique des grandes demeures de campagne s’était installé sur la propriété des Mortelune. Soudain, comme sortie d’un véritable cauchemar, une complainte déchirante perturba le calme de cette nuit d’été qui semblait devoir durer pour l’éternité.

Plus précisément, ce furent deux longs hurlements qui, à l’unisson, n’auguraient rien de bon pour les habitants du manoir. Et en particulier pour l’un des principaux concernés. Lorsque le Comte frappa à la porte du salon des banshees et fit irruption dans l’appartement plongé dans la semi-pénombre, il retrouva Euridice assise sur l’un des deux canapés se faisant faces. Elle savait qu’il viendrait aux nouvelles et, même si elle n’avait aucun moyen de savoir qui allait partir, s’attendait à ce qu’il ait besoin de lui parler. Neti était assise contre sa mère, la tête distraitement appuyée sur son épaule, somnolente. Bien que sans regard, son visage trahissait son état de fatigue et sa respiration était d’une lenteur qui ne trompait personne. A demi-endormie, elle écouta les deux adultes parler à voix basse. Malgré la fatigue, elle n’eut aucun mal à déceler dans la voix du Comte une angoisse profonde et sincère. Comme elle le pensait, le sujet qu’ils abordaient était celui de la fille illégitime. Elle l’avait appris quelques années plus tôt, suite à sa disparition, au cours d’une discussion entre le Comte et sa banshee, comme aujourd’hui. Ils avaient jugés utile de la mettre dans la confidence. Elle était en âge de garder les secrets et inspirait déjà la confiance la plus totale. En revanche, son identité demeure un mystère, pour elle comme pour sa mère. Mais ce genre de détail ne les préoccupait pas. Etant elles-mêmes très pudiques, elles comprenaient parfaitement la réticence du Comte à aborder ce genre de sujet sensible et ne cherchèrent jamais à savoir de qui il était question précisément.

Incapable de trouver le sommeil, le Comte passa le reste de la nuit à faire les cent pas dans la cour du manoir, craignant le pire pour son enfant disparue. Ce n’est que plus tard dans la matinée que la nouvelle lui fut apportée par un jeune page.

Parti au petit matin de son pavillon de chasse en compagnie de ses suivants, le frère cadet du comte, le seigneur Erik, avait succombé à une chute mortelle lorsque son cheval prit peur en apercevant un loup rôder à proximité du petit groupe. Déchiré entre la tristesse d’avoir perdu un frère mais l’espoir d’avoir toujours une fille, le Comte semblait dans un état difficilement descriptible, même pour Neti. Ce n’est qu’à ce moment-là que la banshee comprit l’importance de sa tâche en tant qu’annonciatrice de la mort, et le fardeau dont elle serait bientôt la détentrice. Néanmoins, bien que compatissante avec la douleur du patriarche des Mortelune, elle ne pouvait s’empêcher de trouver le rôle que sa mère exerçait, et qu’elle exercerait bientôt, d’une beauté et d’une poésie extraordinaire.

Après tout, la mort n’arrivait qu’une seule et unique fois dans une vie, et ce serait à elle qu’il incomberait de l’accueillir en grandes pompes.

V- En dehors du jeu (facultatif naturellement)

Prénom/pseudo : Varia

Age : 22 ans

Comment avez-vous découvert le forum ? : Par les partenaires d'un partenaire d'un partenaire d'un...

Une remarque sur le forum ? On a déjà dû vous la faire, mais j'adore son thème !


Dernière édition par Netikerty Selenant le Ven 22 Juin - 9:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ambre Bellamy
Admin/Fondatrice
avatar

Date d'inscription : 10/07/2011
Messages : 999

MessageSujet: Re: Netikerty Selenant   Ven 22 Juin - 0:01

En ce qui me concerne, tu es validée, il te manque juste l'avis de Metis (qui risque d'arriver très vite) et tu pourras commencer à rp si tu veux !

_________________
____________________________

Fiche & mémoires
Revenir en haut Aller en bas
http://dearmad.forumgratuit.org
Metis Adhbreith
Modératrice HRP/Fondatrice
avatar

Date d'inscription : 11/07/2011
Messages : 834

MessageSujet: Re: Netikerty Selenant   Ven 22 Juin - 9:42

Tout d'abords bienvenue ^^
De mon point de vue tout me semble parfait, tu as parfaitement réussis à intégrer ton perso à l'univers du forum (ça fait plaisir à voir).
Tu es donc validée, tu peux commencer à rp

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Netikerty Selenant   

Revenir en haut Aller en bas
 
Netikerty Selenant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tuatha de Dearmad :: Hors rpg :: Personnages :: Fiches validées-
Sauter vers: