AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ravitaillement et multiples péripéties (PV Irwin) Terminé

Aller en bas 
AuteurMessage
Metis Adhbreith
Modératrice HRP/Fondatrice
avatar

Date d'inscription : 11/07/2011
Messages : 834

MessageSujet: Ravitaillement et multiples péripéties (PV Irwin) Terminé   Jeu 19 Juil - 20:34

Calme, tout semblait si calme lorsque l'on se trouvait sur le pont du Commandeur, vaisseaude la marine impérial. Ici tout était réglé comme du papier à musique, chacun connaissaient sa tâche et l'exécutait à la perfection sans faire la moindre fausse note. Cette régularité exemplaire et la monotonie qui en découlait était tout ce don la princesse avait besoin après l'aventure qu'elle avait vécu quelques temps auparavant. Tremblant encore de ce qui avait faillis lui arriver, la jeune femme tentait tant bien que mal d'effacer les souvenirs de cette malheureuse escapade qui resterait, elle le savait déjà, a jamais gravés dans sa mémoire. Se maudissant intérieurement de s'être aventurée en Yla sans grande protection, la princesse se jura qu'on le n'y reprendra plus à partir ainsi à l'aventure dans des terres aussi hostiles. Un tambourinement à sa porte la fit sursauter et reposer son livre un peu trop vite à son gout. Se reprochant intérieurement se comporter peureux la princesse prit le temps de vérifier son apparence avant d'autoriser celui qui avait frapper à entrer. S'apercevant qu'il ne s'agissait qu'une de ses gardes la princesse se détendit un peu avant de lui demander l'objet de sa visite. C'est ainsi qu'elle fut informée que le navire allait faire une escale de deux jours à Aegan pour refaire quelques provisions et prendre un peu de repos à terre.

Cette nouvelle prit la jeune femme au dépourvus, avant de se rappeler qu'Achalab n'était pas la porte à côté et qu'il fallait en effet refaire des provisions avant de débuter cette traversée. Acquissent donc à la nouvelle de sa garde elle la congédia avant de replonger dans sa lecture. Cette activité l'absorba si bien qu'elle ne vit pas le temps passé. Une fois le bateau à quai Metis envoya un émissaire réserver une chambre dans l'une des auberge du port qu'elle connaissait bien et dont elle pouvait être certaine de la qualité du service et de la sécurité. Décidant qu'il était encore trop tôt pour se rendre à l'auberge pour y diner et dormir, la jeune femme se dit qu'une promenade lui ferrait le plus grand bien. Cela l'aiderait certainement à se détendre et à oublier un peu les problèmes qu'elle venait de traverser. Décidant d'être simple pour une fois, elle se vêtit d'une ample robe blanche qui ne couvrait pas ses bras et qui dénudait légèrement son dos. La pâleur du tissu, savamment choisis, faisait ressortir ses cheveux noirs et ses yeux bleus. Ce manque d'inventivité et d'excentricité dans sa parure était du au fait que pour une fois dans sa vie, elle ne tenait pas plus que cela à se faire remarquer. Enfin, ne pas se faire remarquer... Il n'était pas donné à la première courtisane venue de se parer d'une robe de cette qualité et de cette ampleur et d'être suivit par deux gardes armées jusqu'au dent. Mais pour Metis cela s'appelait se faire discrète.

C'est donc ainsi vêtu que la jeune princesse posa pied à terre, prête à se dégourdir les jambes. Laissant Souveraine se rendre à l'auberge sans elle, la jeune femme prit la direction de la grande place qui se trouvait non loin et qu'elle savait être fort animée à cette heure avancée de l'après midi. Souriant devant l'agitation qui régnait autour d'elle, et qui contrastait si fortement avec son isolement forcé dans les bois, pour la première fois de sa vie Metis put apprécier la présence de ses semblables sans les traiter de cancrelats répugnants. Une telle pensée la fit soudain frémir, elle aimer ses semblables ? Baliverne ! Il lui fallait se ressaisir au plus tôt. Se recomposant alors un visage froid et inaccessible ainsi qu'une stature hautaine et fière Metis prit une grande bouffée d'orgueil avant de reposer ses yeux sur le monde. Alors qu'auparavant tout lui semblait joyeux et animé, elle ne voyait à présent plus que des rues sales à la population variée. Nobles et bourgeois fréquentaient dans les mêmes allées hommes des rues et marins, sans aucun doute pirates. En temps normal la jeune femme aurait craché, mentalement bien sûr, sur cette profession, mais au vue des derniers événements et de sa relation particulier avec leur « prince » elle ne put que les regarder avant dégouts tout en se retenant de les insulter.

Se mettant à marcher un peu plus vite pour échapper au vas et vient qui l'entourait, Metis ne se rendit pas compte immédiatement de la disparition de ses gardes. Ce n'est qu'une fois arrivée sur la grande place, au bords de la fontaine que la princesse ressentit soudain un vide. Se retournant promptement à la recherche des deux femmes qui l'accompagnaient, qu'elle ne fut pas sa surprise de voir qu'elle était à présent totalement seule. Un sentiment de solitude et d'anxiété l'envahit alors et lui donna presque envie de pleurer. Après tout ce qui lui était arrivée, se retrouver seule dans une île pleine de pirates n'étaient pas vraiment le meilleur moyen de lui redonner confiance en elle. Néanmoins grâce à son caractère de fer Metis finit par contenir ses émotions en les enfermants bien profondément au fond d'elle. Une fois cela fait la princesse se dit que la disparition de ses gardes n'était pas si problématique que cela, car après tout elle connaissait parfaitement le chemin pour se rendre à l'auberge seule. Décidant donc de profiter un peu des quelques échoppes qui se trouvaient sur la place Metis s'approcha d'un stand qui semblait vendre quelques bijoux. Appréciant d'un oeil de connaisseur l'étalage, la princesse se demanda un moment d'ou pouvait venir de telles richesses et comment elles s'étaient retrouvées ici. Un simple coup d'oeil à celui qui tenait l'échoppe lui donna sa réponse : pirate.

Souriant intérieurement d'un tel constat, la jeune femme décida de rester bonne joueuse pour aujourd'hui et même de s'offrir le collier qui se trouvait juste en face d'elle. La scène qui s'en suivit alors redonna toute sa bonne humeur à la princesse. En effet, le pirate commença tout d'abords par demander un prix tout à fait exorbitant qui fit même frémir la marchande qu'elle était. Maitrisant fermement le mal aise qu'elle avait à parler avec un être mâle, Metis se mit dans la peaux de la professionnelle qu'elle était et se mit à marchander. Au bout de vingt bonne minutes de négociation ardu la petite impératrice eu la satisfaction d'acquérir le dit bijoux pour un prix dérisoire face à ce qu'il valait réellement. C'est donc avec un sourire supérieur aux lèvres qu'elle paya son acquisition avant de se mettre en route pour l'auberge. Appréciant cette victoire à sa juste valeur, Metis ne prit pas vraiment garde à ce qui se trouvait autour d'elle et finit, comme cela se devait de se finir, perdu au milieu de nul part. Légèrement angoissée de se retrouver dans un endroit qu'elle ne connaissait pas la princesse pressa donc le pas dans la direction qu'elle espérait être celle de l'auberge. La tête baissée elle ne vit pas l'homme qui tourna au coin de la rue, et lui rentra tout simplement dedans en bonne due et forme. Sonnée par le choc Metis tomba en arrière et atterrit très impérialement sur son postérieur. Jurant intérieurement contre celui qu'elle venait de percuter c'est avec une lueur mauvaise qu'elle leva les yeux vers celui qui avait osé lui barrer la route.

_________________


Dernière édition par Metis Adhbreith le Mer 26 Juin - 16:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Irwin Saw

avatar

Date d'inscription : 09/07/2012
Messages : 78

MessageSujet: Re: Ravitaillement et multiples péripéties (PV Irwin) Terminé   Ven 20 Juil - 1:44

Le Némésis avait quitté les côtes du Pays d’Or depuis peu pour faire voile vers l’Archipel des Gouttes d’Or. N’ayant pas pu s’approvisionner directement sur le littoral du continent, il avait été décidé de faire le plein de nourriture et de provisions avant de s’aventurer vers les eaux des côtes de l’Empire afin de faire voile vers le fameux Capitaine que poursuivrait sans relâche Irwin Saw, dit le Flamboyant. L’équipage avait également pu boire et s’amuser de tout son saoul dans les tavernes du Pays d’Or mais un jour de plus ne pourrait le faire de mal étant donné que la traversée serait longue et certainement dangereuse également. Le brick était rapide et manœuvrable et avait souvent semé de trop gros et lourds navires mais il n’en restait pas moins un navire pirate et il fallait satisfaire les envies de piraterie de ses hommes, un moyen également, pour le Capitaine, de canaliser sa vengeance à l’encontre d’un homme dont il ne parvenait à saisir que des rumeurs de passage sans réellement pouvoir le rattraper, à croire que son navire voguait plus vite que le vent et qu’il n’avait pas besoin de faire de longues haltes pour se réapprovisionner ou alors peut-être que son équipage était mort-vivant, victime d’une malédiction, sans plus aucun besoin corporel réellement satisfiable, justifiant ainsi le fait qu’il ne semblait pas perdre de terrain… Qu’est-ce qu’il ne faut pas penser… Un navire de morts avec des voiles noires et un Capitaine si mauvais que l’Enfer lui-même l’aurait recraché ? Comment pouvait-il seulement inventer de telles fadaises ? Irwin se tenait sur le pont avant de son bâtiment. Aegan était en vue et la vigie l’avait annoncée depuis plusieurs minutes maintenant. Le Capitaine avait donné ses ordres concernant les modalités de cette escale et la priorité serait donnée au réapprovisionnement. Une fois n'était pas coutume, le quartier-maître Sherrigan était chargé de rassembler les provisions auprès des marchands avant de les faire embarquer par les matelots qui, une fois que le Némésis aurait le ventre gavé de nourritures diverses et variées, pourraient prendre du bon temps dans une auberge de leur choix avec obligation de rentrer à bord du navire avant la nuit tombée.

Le bateau entra finalement dans une baie et s’amarra à l’un des quais. Les navires de passage ne manquaient pas et tous venaient probablement chercher de quoi remplir leurs cales pour une grande traversée. Epiant certains navires de son poste d’observation improvisé, il avertit le quartier-maitre de faire attention car la négociation risquait d’être âpre. Plus il y avait de clients plus les prix s’envolaient généralement et s’ils ne manquaient pas vraiment d’or, il était hors de question pour Irwin de mettre plus d’espèces sonnantes et trébuchantes que nécessaires à l’acquisition de provisions. Il se dirigea ensuite dans sa cabine tandis que la moitié des hommes d’équipage descendait du navire, accompagnant Sherrigan, alors que l’autre restait à bord pour veiller sur le deux-mâts. Irwin prit un livre et entreprit de le feuilleter. Il avait vu une énième potion dont il possédait les ingrédients nécessaire pour la réaliser et voulait tester quelques manipulations. De toute façon, il n’avait pas vraiment envie de quitter le Némésis, du moins pas maintenant. La journée était encore longue et il voulait attendre les premiers tonneaux et le rapport de son quartier-maître avant de songer à déambuler dans les rues de la ville portuaire qui ceinturait l’ile entière. Ce fut le cas quelques heures plus tard. Son second frappa à la porte de sa cabine avant de lui faire son rapport. Irwin acquiesça de contentement avant de regarder ses hommes charger les barriques de provisions diverses, de rhum et, une fois n’était pas coutume, de liqueur dont les insulaires se vantaient d’être les seuls à produire correctement. Abandonnant ses essais peu concluants, le Flamboyant laissa son bâtiment à la charge de Sherrigan, lui assurant qu’il serait de retour bien avant la nuit afin qu’il puisse s’amuser convenablement. Il avait besoin de se dégourdir les pattes sur une surface plus grande que quelques mètres carrés de bois crissant à chaque mouvement aqueux. Il attrapa son sabre et y glissa la lame en travers de sa ceinture. Sur une ile pareille, on ne savait vraiment jamais face à quoi l’on pouvait tomber et mieux valait certainement avoir de quoi riposter. Il prit également son pistolet d’arçon. Il jugea inutile de mettre autre chose au-dessus de sa tunique de tissus épais et son pantalon de cuir. Ses hautes bottes de cuir frappèrent le parquet de sa cabine une dernière fois avant qu’il n’en ferme la porte et ne quitte le Némésis.

Quittant rapidement le quai d’amarrage, l’Humain trouva bien rapidement le contact de la foule vivant ici. Il y avait de nombreux marins et ils devaient probablement représenter la grande majorité des personnes que l’on trouvait ici. Beaucoup d’entre eux seraient partis d’ici la nuit ou le lendemain matin mais ils seraient bien rapidement remplacés par d’autres qui feraient escale un jour ou deux. Passant sans réellement les voir, sans avoir l’air d’attirer l’attention – peut-être était-ce parce qu’il était habillé plutôt comme un marin que comme un Capitaine –, il parcouru quelques échoppes sans réellement y trouver quelque chose d’intéressant. Il évita une auberge, préférant ne pas trop se montrer et glissa dans une petite ruelle pour continuer à marcher. Il ne savait pas trop où il allait mais il avait noté la position du soleil et l’ordre dans lequel ses pas l’avaient mené. Irwin possédait une bonne orientation, à défaut d’une réelle motivation concernant l’endroit où il voulait mettre les pieds. Il parcourut la longue traversée avant de s’apprêter à tourner quand quelqu’un fit irruption devant lui et le percuta de plein fouet. Oh certes, ce n’était pas rapide mais le força à reculer de quelques pas pour ne pas tomber. Posant les yeux sur la « forme » blanche qui avait chu au sol à cause de l’impact. Il l’observa, le visage fermé, alors qu’elle relevait un regard furibond vers lui. Apparemment elle n’avait pas apprécié se retrouver par terre… Dans un soupir silencieux, il fit quelques pas en avant et tendit sa main droite afin qu’elle puisse s’en saisir pour se relever. Il ne dit pourtant pas un mot, devait-il s’excuser ? Il n’en avait pas l’intention, c’était elle qui s’était jetée presque littéralement contre lui, qu’elle ne s’attende pas à ce qu’il fasse plus grande repentance que celle de lui offrit sa main afin d’oublier sa mésaventure.
Revenir en haut Aller en bas
Metis Adhbreith
Modératrice HRP/Fondatrice
avatar

Date d'inscription : 11/07/2011
Messages : 834

MessageSujet: Re: Ravitaillement et multiples péripéties (PV Irwin) Terminé   Ven 20 Juil - 12:05

La première chose qu'elle vit en relevant les yeux fut une main amicale, enfin semblait-il, tendu vers elle pour l'aider à se relever. Alors que par réflexe elle faillit l'attraper pour se remettre sur pied, elle eu tout de même l'idée de regarder qui tendait cette main. Quand elle se rendit compte qu'il s'agissait d'un homme, sa décision fut vite prise, le mur à côté d'elle serait bien plus que suffisant pour se relever. Se remettant donc debout bon gré mal gré, elle prit le temps d'épousseter sa robe du mieux qu'elle pu afin de gagner du temps. Gagner du temps. Pour quelle raison vous me demanderez vous. Et bien tout d'abords pour se redonner une apparence correct et impérial, même si sa chute avait eu le mauvais effet de fissurer légèrement son image de marque. Ensuite du temps pour calmer sa peur. En effet, ne venait elle de tomber parce qu'elle avait percuté un homme ? Cela voulait donc dire contact physique, très bref nous en convenons, mais contact quand même, et qui plus est avec un de ces êtres honnis. Ainsi le fait de chasser la poussière de ses fripes lui permettait donc de contrôler les tremblements qui l'agitaient, à la fois à cause de la chute et à cause de la peur qu'elle avait eu et qu'elle avait encore. Saleté de phobie ! Toujours là pour lui gâcher la vie, même dans des instants aussi bateau où un simple pardon aurait tout réglé et d'oublier bien vite cet incident, elle savait déjà que cette rencontre allait la mettre de mauvaise humeur pour toute la soirée. Enfin de mauvaise humeur... Elle se mettrait de mauvaise humeur volontairement pour tenter d'oublier la peur qu'elle avait eu. Encore une fois, saleté de phobie !

Une fois ses vêtements parfaitement propre Metis prit un instant pour observer l'homme qui se trouvait devant elle. D'une belle stature, les cheveux tirant sur le roux et l'air plus âgé qu'elle, il ne semblait pas vraiment gêné par ce qui venait de se passer. Ce premier constat agaça légèrement la jeune femme qui tiqua mentalement sur le flegme de celui qui lui faisait face. Elle se dit intérieurement que si jamais il avait su qui elle était il se serait jetter à terre pour s'excuser comme il se devait d'avoir osé bousculé une princesse impériale. Remettant sa coiffure un place tout en calmant son orgueil meurtris, la princesse se demanda un instant si jamais elle devait continuer son chemin sans rien dire, ou bien insulter ce misérable qui avait osé la mettre à terre ? Se rappelant soudain qu'elle était seule et sans escorte, ce qui lui semblait être des comportements naturelles pour elle il y a un instant, lui parurent soudain bien inappropriés. Après tout s'il en avait envie l'homme devant elle aurait bien pu la tuer sur le champs sans qu'elle ne puisse rien faire. Ainsi pour la première fois de sa vie la princesse s'obligea, même si cela lui brisait le coeur et lui écorchait la bouche, à avoir un comportement un minimum civilisé avec ce qui semblait être un pauvre marin sans le sou.


« Je vous pris d'excuser ma maladresse... Seriez-vous par hasard où ce trouve l'auberge de la cloche dorée ? »

En matière d'excuse on avait vu mieux. Elle aurait put par exemple se mortifier de l'avoir bousculé, se gourmander elle-même sur sa maladresse et même s'enquérir du fait que l'homme put être blessé ou non. Mais pour Metis cela consistait déjà un énorme sacrifice personnelle de parler ainsi à un mâle, et encore pire, un mâle pauvre. Au moins les hommes nobles elle savait y faire, elle connaissait, mais les pauvres... Avec eux on ne sait jamais à quoi s'attendre, un jour aimable l'autre traitre, la princesse avait entendu de nombreuses histoires sur leur honneur creux et leur allégeance douteuse. C'est en partie pour cela qu'elle ne côtoyait personne du peuple, l'autre partie de cette décision était aussi du au fait que toute façon les pauvres gens n'avaient strictement rien à lui apporter, que ce soit en avantages financiers ou politiques. Et quand on ne possédait ni l'un, ni l'autre, on existait alors à peine aux yeux de la jeune femme. Cette façon de voir les choses étaient pour le moins réducteur et odieuse, mais pour Metis c'était la chose la plus naturelle du monde. Et pour le moment rien n'était venu remettre en question cette vision du monde, pas même son affreux séjour au milieu de cette bande de sauvages dégénérés aux us et coutumes barbares. Quand elle songea à ce qu'ils lui avaient réclamés pour payer la vie d'un enfant tué par sa dragonne... Ce simple souvenir la fit frissonner intérieurement.

Alors qu'elle venait de "s'excuser", de façon fort peu cavalière nous pouvons en convenir, et de poser sa question, deux hommes firent leurs apparitions au bout de la ruelle où se trouvait la jeune femme et l'inconnu. Les deux lascars semblaient être, au vu de leurs vêtements, de vieux loup de mers qui n'avaient pas croisé la route d'un baignoire depuis fort longtemps. Reconnaissant en la personne de celui qui la désignait, de façon fort impoli avec son doigt, le vendeur de tout à l'heure, la princesse comprit rapidement qu'elle avait des problèmes. Cette intuition fut confirmée quand de douces insultes crachées avec la plus grande amabilité du monde vient échouer à ses oreilles. D'après les propos tenues par le pirate elle crut comprendre que ce dernier avait finit par s'apercevoir son erreur en lui vendant le collier à si bas prix alors que sa valeur réelle était certainement au moins dix fois supérieur à ce qu'elle avait payé. Apparemment, toujours d'après les doux reproches qu'elle entendait, l'homme lui réclamait toute sa bourse ou alors de lui rendre le collier si elle ne voulait pas finir par se retrouver déshonorer et défigurée, comme la trainée qu'elle était, ce soir au bords de la route. Toutes ces belles paroles firent grand effet sur Metis, qui par pur réflexe défensif...se cacha derrière l'inconnu qu'elle avait bousculé en espérant que le sabre de ce dernier n'était pas purement décoratif et qu'il savait s'en servir un minimum. Avec un peu de chance si les deux hommes engageaient un combat avec le troisième elle aurait alors la possibilité de s'échapper tranquillement avec le collier qu'elle ne comptait absolument pas rendre. De toute façon elle n'était pas stupide, même si elle donnait tout l'or qu'elle avait sur elle avec le collier, il y avait une chance sur deux pour que cella finisse mal quand même et que les menaces du pirate prennent vie rien que pour le fait d'avoir eu l'audace de le piéger.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Irwin Saw

avatar

Date d'inscription : 09/07/2012
Messages : 78

MessageSujet: Re: Ravitaillement et multiples péripéties (PV Irwin) Terminé   Sam 21 Juil - 20:46

N’importe qui aurait probablement pu se vexer de se voir refuser l’aide qu’il proposait mais Irwin ne s’en formalisa pas outre mesure, au contraire, il se contenta de retirer sa main inutile et d’observer la jeune femme batailler avec le mur pour se relever et ainsi être à nouveau debout. D’un certain côté, c’était presque mieux comme cela, même s’il ne pouvait toujours pas décemment tourner les talons et se contenter de poursuivre son chemin sans dire un mot. Il aurait toutefois préféré que cela se termine comme cela mais il restait quand même une part de lui qui voulait s’assurer qu’elle allait bien avant de fuir comme un forban, même si c’était là ce qu’il était au final. En silence, il la regarda s’épousseter. Son visage était inexpressif, il n’y avait ni sourire moqueur, ni crainte ou peine affichée, il se contentait de regarder, tout simplement, comme une scène banale qui ne déclenche aucune émotion chez ceux qui la regardent. Cela prit d’ailleurs un petit moment, pendant lequel il crut d’abord qu’elle allait se refaire une beauté complète… Les femmes et leur apparence… Il songea un instant à Erazielle, cette pensée l’ayant inévitablement ramenée à elle, qui, parfois coquette, pouvait passer quelques heures à coiffer sa crinière rousse dont il avait toujours été, d’une certaine manière, jaloux. Cela avait sans doute motivé le nombre de fois qu’il avait pesté contre elle à ce sujet, mais elle avait toujours su continuer les réprimandes de son frère pour finir par lui faire plaisir genou.

Il revint néanmoins à la réalité tandis qu’il se rendait compte que la jeune femme l’observait finalement avant de rompre le silence en lui faisant des excuses au sujet de sa maladresse mais sans s’y attarder, préférant lui demander s’il savait où se trouvait une auberge dont le nom ne lui disait rien. Ce n’était pas ce qui manquait dans le coin et même si, avec un nom pareil, il se doutait que l’enseigne de l’échoppe ne soit pas difficile à reconnaitre, il n’avait rien remarqué qui puisse porter ce nom. « Ce nom m’est inconnu hélas, je ne suis que de passage mais je suis certain que des locaux pourront vous aider si vous avez perdu votre chemin. » La vérité, dans son plus simple appareil, sans fioriture inutile, sans ton condescendant ou mielleux. Il ne la connaissait pas, ni son nom, ni autre chose qui puisse être relié à sa personne, ils n’avaient rien partagés tous les deux hormis cette bousculade et il n’y avait donc aucune raison pour adopter un ton particulier. Les mots se contentaient de franchir ses lèvres de la plus simple des manières, sans artifice vocal. Peut-être aurait-ce été différent s’il avait su qu’il venait de percuter une princesse Impériale mais là encore, cela n’aurait pas changé son ignorance sur l’auberge et n’aurait certainement pas motivé davantage le pirate à l’escorter vers celle-ci, même si elle le lui demandait gentiment, une chose qui était impossible, compte-tenu du caractère de la demoiselle, bien qu’il ne le savait pas lui-même.

Quelques insultes qui fusèrent de derrière son dos lui firent tourner la tête et, dans un mouvement fluide, le reste de son corps, son attention se portant sur la source des injures tandis que sa main droite se porta instinctivement sur la garde de son sabre, l’autre trouva appui sur sa ceinture. Le geste n’était pas menaçant, simplement prudent, en quelque sorte. Apparemment il s’agissait d’un petit conflit commercial dans lequel la jeune femme était mêlée, une histoire de collier vendu pour des clopinettes alors qu’il en valait clairement plus. Une histoire qui ne le concernait somme toute pas et à laquelle il n’allait pas faire face puisqu’il allait se retourner et continuer son chemin. Si elle avait tenté d’arnaquer un commerçant, elle devait s’attendre à des représailles. Ainsi fonctionnait les choses. Qui plus est, même si les menaces pesaient, la solution alternative restait suffisamment galante pour éviter qu’il ne s’en mêle. Il allait d’ailleurs se détourner, lâchant la garde de son sabre, quand la dite demoiselle se plaça derrière lui, le plaçant entre elle et les hommes décidés à récupérer ce qu’ils étaient venus chercher. Il resta interdit quelques instants, lui jetant un regard surpris, qui signifiait davantage qu’elle pouvait toujours compter sur lui pour la sortir de ses affaires, pure ironie bien entendue, qu’une réelle surprise. Il allait d’ailleurs la pousser d’un bras, pour l’écarter de sa route quand un autre prit les devants et qu’on posa un bras sur son épaule avant de forcer à se retourner.

Confusion logique. Les deux hommes pensaient qu’il accompagnait la « voleuse » et ne comptaient pas le laisser s’en tirer à si bon compte lui aussi. Pourtant l’heure n’était plus au dialogue, il le savait. Il n’avait d’ailleurs pas hésité à attraper, en se retournant, le bras de l’homme qui s’était cru permis de poser la main sur lui et le tordit dans un angle qui n’avait rien de naturel. Une fois une distance de sécurité relative réobtenue, il dégaina son sabre en direction des deux hommes. Il n’avait rien contre eux, du moins jusqu’à maintenant, mais, malheureusement pour eux, l’impliquer avait été une très mauvaise idée, qui plus est, une fois son sabre dégainé il n’était spécialement question de le rengainer une fois toute menace écartée. Comme lors d’abordages, il s’abandonnait totalement à sa colère, cette haine qui le nourrissait et menaçait parfois de le submerger lorsque les occasions de lui laisser libre court se faisaient trop rare. Ils n’avaient rien à voir avec sa vengeance mais ils allaient eux aussi, comme les marins des autres navires « innocents », payer pour celui qu’il n’arrivait pas à rattraper, pas encore. Sans un regard pour celle qui se trouvait derrière lui, il fit un pas en avant et se mit en garde. Il ne restait pas beaucoup de solutions pour les deux compères. Soit imaginer qu’ils avaient une chance dans la supériorité numérique, soit tourner les talons et courir. Mais une chose était certaine, mieux valait qu’ils prennent vite leur décision.
Revenir en haut Aller en bas
Metis Adhbreith
Modératrice HRP/Fondatrice
avatar

Date d'inscription : 11/07/2011
Messages : 834

MessageSujet: Re: Ravitaillement et multiples péripéties (PV Irwin) Terminé   Lun 23 Juil - 11:22

Quand Metis se retrouva, par un réflexe absurde et totalement conditionnée, cachée derrière l'inconnu, elle retrouva soudain ses esprits. Pouaa, elle l'avait touché en se cachant derrière ce marin sans le sous. De plus ce dernier ne semblait pas vraiment apprécié sa présence au vu du regard qu'il venait de lui lancer. Espérant pendant un moment qu'il ne la laissera quand même pas seule au prise de ces pirates elle fut soulagée de voir qu'il réagit instinctivement à l'attaque du premier assaillant. D'ailleurs un peu surprise par ce mouvement rapide la princesse prit la peine de reculer d'un ou deux pas pour éviter de ce retrouver en plein milieu de l'affrontement si affrontement il y avait. Pendant un moment chaque camps se regarda, évaluant l'autre. D'un côté, deux braves pirates à la corpulence massive et adaptés au travail en pleine mer, de l'autre, un marin, qui semblait plutôt doué au combat, et une jeune femme qui entre sa robe, ses ballerines et son chignon, ne serait d'aucune utilité. Sachant parfaitement qu'elle représentait le point faible de son « groupe », Metis déglutit péniblement en espérant que si les deux hommes se jetaient sur elle, l'inconnu au cheveux presque roux serait suffisamment fort pour la sauver, si jamais il décidait de la sauver... La meilleur option pour elle aurait été de s'enfuir pendant la bataille en le laissant se débrouiller entre eux, mais qu'elle était les possibilités que cela arrive, et qu'en plus par la suite elle retrouve sans encombre le chemin de l'auberge ? A force de réfléchir Metis parvient à la conclusion que rendre le collier serait peut être sa meilleur option pour éviter le carnage. Oh pas qu'elle tienne à la vie de l'inconnu, loin de là, mais à la sienne et à ses chances de survie, ça elle y tenait. Soupirant intérieurement elle sortit donc l'objet de sa bourse qu'elle tenait accrochée dans un des replis de sa robe.

« Tenez je vous le rend, mais laissez moi tranquille ! »

Et en prononçant ces mots elle s'avança légèrement au devant des hommes avant de leur lancer le collier qu'un des deux hommes attrapa au vol. Un moment encore le silence s'installa entre les deux groupes avant que les deux hommes se mettent à parler entre eux. Se demandant ce qu'ils pouvaient bien comploter la jeune femme entreprit de reculer légèrement pour revenir au niveau de celui dont elle ignorait quasiment tout, tout sauf sa réaction en cas d'agression, agression qui pourrait toujours éventuellement avoir lieu. Néanmoins il sembla que les choses, pour une fois, tournèrent moins mal que ce qu'elle avait prédit. Les pirates finirent par repartir, non sans quelques nouvelles insultes envers elle et l'homme qui se trouvait à ses côtés ainsi que quelques menaces de vengeance. Quand enfin ils disparurent au coin de la rue, la princesse put respirer de nouveau. Elle était presque certaine qu'elle ne recroiserait plus ces énergumènes et faisait donc peu de cas de leurs menaces. Néanmoins toute cette histoire l'avait quelque peu ébranlée et il allait lui falloir un moment pour s'en remettre. Respirant profondément pour se calmer elle se tourna vers celui qui se trouvait à ses côtés en s'interrogeant sur la marche à suivre. Repartir seule à la recherche de l'auberge dans ce dédale de petites ruelles lui semblait être une entreprise risquée. C'est dans ce genre d'endroit que l'on risque le plus de croiser des personnes bien peu recommandables. Et au vue de sa tenue et de son physique, elle était presque sur de faire agresser soi pour son argent sous pour d'autres services qu'elle n'avait aucune envie de rendre. De plus, pour ne pas ajouter à ses problèmes, la nuit n'aller pas tarder à tomber et le soleil avait déjà entamé le début de son couché.

La meilleur solution, même si cela ne la rassurait pas beaucoup, était certainement de trouver quelqu'un pour l'accompagner jusqu'à l'auberge. Mais comment trouver un protecteur fiable et compétent qui ne lui trancherait pas la gorge pour de l'argent ou l'égarerait exprès ? La seule personne qui lui paraissait à peu près potable était l'espèce de rouquin qui se trouvait à côté d'elle. Aillant prouvé qu'il savait un minimum se battre il ne l'avait pas agressé quand elle lui était rentrée dedans, au contraire il n'avait fait que l'ignorer. Et c'est bien cette ignorance, même si cela l'avait fortement agacé sur le moment, qui lui donnait un minimum confiance en cet étranger. Au moins lui ne semblait pas l'avoir vu comme une proie ou un pigeon potentiel et ne c'était pas emporté de se faire rentrer dedans ainsi. Et pourtant, elle en connaissait des hommes qui auraient profiter d'une telle collision pour en faire un scandale et en tirer des avantages. Bon en même temps il est vrai que ces hommes là connaissaient son nom et son rang, mais bon, cela restait malgré tout une sorte de bon point pour l'inconnu. Il était donc certainement le meilleur candidat qu'elle puisse trouver pour le moment. Mettant donc encore une fois sa fierté et son orgueil de côté, ce qui lui demanda beaucoup d'efforts nous en convenons, elle prit la parole pour remercier le marin et lui proposer de l'aider.


« Désolée de mette cachée derrière vous et de vous avoir mis en danger. Néanmoins...merci d'avoir réagi. »

Serrant les dents, la princesse dut se faire violence pour exprimer la proposition qu'elle comptait faire. Après tout elle ne connaissait vraiment rien de cet homme et au vu de sa réaction tout à l'heure il lui faisait tout de même un peu peur.

« Ecouté, je suis perdu, pourriez m'aider à rentrer à l'auberge dont je vous ai demandé la direction tantôt ? Je vous payerais pour votre protection bien évidement. Monsieur ? »

L'interrogation à la fin était bien évidement une question, qui elle espérait, lui apprendrait le nom de l'inconnu qui avait à présent son sort immédiat entre les mains.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Irwin Saw

avatar

Date d'inscription : 09/07/2012
Messages : 78

MessageSujet: Re: Ravitaillement et multiples péripéties (PV Irwin) Terminé   Mar 24 Juil - 13:57

Le carnage aurait pu avoir lieu, il était prêt, prêt à déverser cette haine qui le consumait jour après jour sur les deux inopportuns qui voulaient en découdre. Ils pensaient peut-être faire le poids et c’était peut-être le cas mais Irwin n’en avait plus rien à faire. Il voulait se battre, n’attendant qu’un geste de ses ennemis pour se lancer dans une danse qui serait sans doute mortelle pour eux, ou pour lui. D’une certaine manière, il avait déjà complètement oublié qu’une personne se trouvait derrière lui, que cette personne était la cause de cette lutte qui allait commencer, mais cela n’avait plus aucune importance, plus maintenant, pas alors qu’il était presque possédé par une véritable soif de sang, du sang qui ne méritait peut-être pas d’être versé, mais du sang qui l’apaiserait un peu, du moins jusqu’à la prochaine fois où l’envie se ferait de nouveau trop forte, une nouvelle fois. C’était une sorte de malédiction, un comportement qu’il ne pouvait contenir, pas depuis qu’il rêvait de vengeance, pas depuis qu’assouvir celle-ci était devenu le seul but de son existence, le ciment de sa raison sans lequel elle serait surement depuis longtemps partie en morceaux. Il avait conscience de sa propre misère, de ce fléau qui rongeait ses entrailles et faisait de lui un homme totalement différent de celui qu’il avait pu être à sa naissance mais rien ne pouvait être changé, pas maintenant, plus maintenant, car il était hors de question de faire marche arrière ou demi-tour. Il était impensable de ne plus ressentir ce sentiment contre cet homme qui l’avait privé de famille, pour son propre bien, il devait aller au bout de cette quête, même si la récompense devait être sa propre destruction, car s’il ne la menait pas à bien, il savait qu’il serait détruit tout autant.

Alors qu’il attendait un geste de ses assaillants, ce fut finalement de derrière lui que vint le mouvement. La voix qui retentit derrière lui, lui rappela qu’il n’était pas seul et alors qu’il tournait très légèrement la tête, il aperçut la jeune femme qui s’avançait, le pendentif entre les mains, avant qu’elle ne s’arrête, à ses côtés, pour le leur envoyer. Sans changer de position, Irwin observa la scène, reprit un peu plus le contrôle sur ses émotions qu’il avait laissé le submerger et observa les deux hommes qui semblaient débattre de la situation. Prêt à bondir si nécessaire, le Capitaine les attendait avec une patience redoutable et, au fond de lui, il espérait qu’ils ne se contentent pas de si peu et viennent chercher leur pitance. Ce qu’ils ne firent malheureusement pas. Ils rengainèrent et se contentèrent de leur tourner le dos en faisant marche arrière, leur admonestant au passage plusieurs insultes dont il aurait pu se formaliser mais dont il préféra laisser passer outre. Il attendit qu’ils aient disparus au coin de la rue avant de rengainer son sabre dans sa ceinture avec la précaution de l’habitude et de se retourner vers celle qui avait su faire, apparemment, amende honorable. Il ne savait pas vraiment ce qui s’était passé entre les deux lascars et elle, mais il préférait ne pas le savoir. C’étaient ses affaires. Elle avait probablement eu de la chance qu’il soit là, aurait certainement pu garder le bijou si elle avait compté sur ses talents martiaux mais avait apparemment décidé de prendre sur elle pour laisser repartir son bien jugeant que la somme qu’elle avait payé ne valait certainement pas le sang qui aurait coulé si elle l’avait gardé. Ou peut-être avait-elle simplement eu peur de mourir. Il n’en savait rien et ne voulait rien en savoir, ce n’était pas important.

Ne sachant pas trop quoi dire ou quoi faire, il allait se préparer à repartir et reprendre sa route quand elle s’adressa de nouveau à lui. Elle s’excusait de l’avoir prit comme bouclier humain et le remerciait de ne pas s’en être offusqué et même d’avoir voulu la protéger. Il ne préféra pas lui faire remarquer que ce n’avait pas été par altruisme qu’il avait réagit ainsi, mais simplement parce qu’il n’avait pas eu le temps de la laisser face à ses problèmes. « N’en parlons plus. » Une réponse sobre, qui signifiait à la fois qu’il acceptait ses excuses et ne s’étendait pas sur ses prouesses, si tant est qu’il en avait réalisé. Alors qu’il pensait la discussion close, elle la rouvrit, lui demandant ouvertement s’il pouvait la conduire jusqu’à l’auberge dont elle avait mentionné le nom et dont elle désirait connaître la direction. Comme si cela semblait nécessaire, elle rajouta qu’elle serait prête à le payer pour le dérangement tout en lui demandant subtilement son nom. Alors qu’il la regardait avec une certaine surprise, il n’eut pas nécessairement le temps de s’inventer une identité, alors il fit au plus simple et dans un soupir discret, accepta. « Irwin. Appelez moi Irwin. » Il aurait aussi pu ne rien dire, décliner la proposition, mais peut-être ne l’aurait-elle pas lâché d’une semelle, alors peut-être valait-il mieux essayer de l’amener rapidement à destination. « Nous allons voir si nous pouvons trouver quelqu’un qui saura nous indiquer le chemin. » Sans un mot de plus ou un regard en arrière, il la contourna et s’engagea dans la ruelle de laquelle elle venait. Il avait besoin de renseignements et, pour cela, devait trouver des gens, qu’il trouverait probablement par là, de la direction d’où semblaient provenir un brouhaha à peine masqué. En espérant qu’il trouverait rapidement quelqu’un qui serait en mesure de lui indiquer le chemin…
Revenir en haut Aller en bas
Metis Adhbreith
Modératrice HRP/Fondatrice
avatar

Date d'inscription : 11/07/2011
Messages : 834

MessageSujet: Re: Ravitaillement et multiples péripéties (PV Irwin) Terminé   Lun 30 Juil - 11:00

Metis attendit inquiète la réponse de l'homme qui se trouvait en face d'elle. Pour la première fois de sa vie elle espérait que l'homme en face d'elle dise oui et l'escorte jusqu'à son auberge. D'une certaine façon elle paniquait autant du fait qu'il dise oui que du fait qu'il dise non. Dans le premier cas elle serait alors obligé de rester avec lui, ce qui n'était pas vraiment facile pour elle, et dans le second elle se retrouverait seule, perdu dans un quartier peu sûr a devoir sans personne pour l'aider à rentrer dans l'auberge. Heureusement, enfin d'une certaine façon, pour elle, l'homme accepta, déclinait même son identité. Irwin, c'était bien la première fois qu'elle entendait ce nom, mais après tout pourquoi pas. Soudain le fait que lui aussi puisse lui demander son nom la fit paniquer. Que répondre ? Inventer un nom pourrait être une bonne idée, ou alors juste lui donner son prénom. Quoi que... Son prénom était plutôt orignal et peu de personne en portait un semblable. Enfin, de toute façon ce Irwin ne sembla pas vouloir qu'elle décline son identité, tant mieux cela était un avantage pour elle. Et puis s'il était soudain prit de curiosité elle mentirait tant pis. Elle n'allait tout de même pas avoir de remord à donner un faux nom à un gueux comme lui ? Non elle n'aurait pas de remords du tout. Souriant intérieurement à cette constatation, la princesse entreprit donc de suivre l'homme qui se trouvait devant elle. Le laissant prendre les choses en mains la jeune femme n'ouvrit donc plus la bouche jusqu'à ce qu'ils arrivent dans une petite place populaire d'où une clameur ainsi que de la musique emplissaient l'air.

Se demandant ce qu'il se passait Metis regarda par dessus l'épaule d'Irwin pour voir ce qui semblait être une fête populaire. Une foule de monde se pressait sur la place, dansant chantant et jouant sans retenu. Les yeux écarquillez devant une telle chose la princesse se demanda à quel occasion ces gens faisaient la fête, surtout que d'après ce qu'elle savait il n'y avait rien de particulier à célébrer ce soir. Fouillant dans sa mémoire pour voir si elle n'avait pas oublié une date ou un événement important en particulier qui aurait expliqué ce rassemblement, elle fut interrompus par le passage d'un couple portant un accoutrement plus que révélateur sur la tenue de la soirée. Et bien oui apparemment on fêtait un mariage. Haussant un sourcil devant une telle chose la jeune femme se dit tout d'abords que ce mariage n'avait strictement rien à voir avec ceux qu'elle avait vécu tout au long de sa vie. Plus habituez aux longues cérémonies suivit de bals où se mêlaient élégance et raffinement, elle était pour le moins dépaysé par cet attroupement populaire et ce genre de festivité. Les danseurs se trouvaient au centre de la place et formait de multiples rondes qui tournaient tournaient et tournaient. Au milieu de ses rondes des couples de danseurs se trémoussaient sur une musique joyeuse et entrainante que produisait un petit rassemblement de musicien hissez sur une pile de tonneau.

Le vin coulait à flot au milieu de cette célébration où tous semblaient joyeux. D'abords amusée par une telle scène si...pittoresque, Metis fut rapidement lassée. Toute cette agitation lui rappela sa propre épée de Damoclès et ce n'était pas vraiment le moment. Penser à son propre mariage, dont elle savait que ses frères et sa mère préparaient activement pour être près le jour où ils lui trouveraient un époux mit Metis de très mauvaise humeur et bientôt cette scène auparavant si joyeuse représenta ce qui semblait être la torture ultime pour la jeune femme. Elle n'avait qu'une envie, partir d'ici, retrouver son auberge et aller se coucher pour rentrer rapidement au palais le lendemain. Oui c'était tout ce qu'elle avait besoin. Néanmoins même si rester là lui était insupportable, elle n'osait pas vraiment faire part de son agacement à son guide. Après tout voir autant de personnes réunit était une bonne chose pour trouver un renseignement. Et certainement qu'un de ces représentant de la populace pourraient les aider dans la recherche de l'auberge. Laissant donc Irwin faire, Metis prit son mal en patience du mieux qu'elle put.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Irwin Saw

avatar

Date d'inscription : 09/07/2012
Messages : 78

MessageSujet: Re: Ravitaillement et multiples péripéties (PV Irwin) Terminé   Mar 31 Juil - 12:02

Il n’avait pas besoin de connaître son nom car il espérait bien pouvoir continuer sa route le plus vite possible après ce petit détour. Il n’avait guère le temps pour les bavardages, ou plutôt il n’en avait pas l’envie. Il était descendu du Némésis pour avoir un peu de temps libre au calme et voilà qu’il s’était déjà retrouvé embarqué dans une histoire de collier « volé » et avait risqué une échauffourée dans une ruelle sombre dont il serait probablement sorti indemne mais qui aurait certainement laissé des traces, dans la rue, à défaut de sur son corps. Il voulait éviter les embrouilles. Les pirates avaient beau être tolérés sur ces îles, les cadavres faisaient toujours mauvais ménage avec les forces de l’ordre et Irwin préférait pouvoir mettre les voiles avec discrétion plutôt qu’avec un navire de la marine aux trousses. Son bâtiment serait certainement capable de semer les lourds vaisseaux de la marine des Pays d’Or mais mieux valait ne pas trop compter sur les chances d’éviter un combat naval quand on pouvait déjà éviter les infortunes probables en évitant de se jeter sur le devant de la scène à terre. La population de l’île était conséquente, les allées et venues des marins de passage également, il y avait allègrement de quoi se fondre dans la masse pourvu qu’il ne faisait pas de vague, en particulier qu’il ne se mettait pas à semer des cadavres – qu’il ne désirait pas forcément – derrière lui. Le pire dans tout cela était probablement de se rendre compte que cette jeune femme était la cause de tous ses tourments et que si elle avait regardé avant de tourner, il n’en serait probablement pas là, à essayer de lui trouver une auberge dont le nom ne lui disait absolument rien. Il aurait d’ailleurs pu s’en exaspérer mais il préféra relativiser, argumentant avec lui-même qu’il en terminerait plus vite l’esprit serein que remonté contre la femme dont il était devenu le guide improvisé.

Remontant la ruelle d’où elle provenait, le pirate se rendit compte qu’ils approchaient d’une petite place sur laquelle il semblait y avoir foule. De la musique, en plus du brouhaha généré par autant de personnes, en provenait et il lui sembla rapidement qu’ils semblaient tous fêter quelque chose. S’arrêtant derrière une masse de badauds qui regardaient la scène, il observa à son tour les festivités pour essayer de se faire une idée sur l’origine des réjouissances. Il ne fit pas attention à la jeune femme qui l’accompagnait et qui essaya elle aussi de regarder ce qu’il se passait. Il y avait de la musique, des danseurs… Tout le monde chantait, buvait, se réjouissait. Apparemment l’on fêtait quelque chose d’heureux, mais, à la connaissance du capitaine, il n’y avait pas d’événement particulier relatif à l’île. Puis il croisa lui aussi les deux jeunes gens qui semblaient être le point d’attention de tous. Ainsi donc l’on fêtait un mariage ? De telles réjouissances lui arrachèrent un léger sourire à la vue des deux jeunes gens heureux puis il retrouva son flegme habituel et retrouva son sens pratique. Cette fête ne les aiderait pas à circuler avec facilité, du moins sur cette place, mais avec la quantité de personnes présentes, une, au moins, finirait par savoir où se trouvait cette auberge de la Cloche Dorée. Tapotant sur les épaules du premier badaud le plus proche de lui, il se pencha vers lui, affrontant des relents de vinasse vinaigrée, et lui posa la fameuse question. Avec le bruit, il dut répéter une deuxième fois, plus fort, pour que le joyeux comprenne car il sembla soudain évident à Irwin que ce bonhomme là n’était plus tout à fait clair. Sa réponse le lui confirma d’ailleurs. Fort heureusement, en un sens, il ne savait pas.

Sans se démonter, il fit quelques pas supplémentaires et commença à sélectionner les personnes auxquelles il parlait. Avec préférence, il choisissait celles qui ne semblaient pas trop imbibées de vin ou de tout autre alcool plus ou moins fort et qui n’étaient pas trop occupés à la fête pour l’éconduire sans même l’écouter. Il aurait pu les menacer mais encore une fois, il voulait rester discret. Au bout d’une dizaine de personnes, alors qu’il se demandait si la femme qui le suivait n’avait pas inventé le nom de l’auberge, il trouva quelqu’un qui lui donna quelques indications précises. Le bâtiment n’était pas loin mais il leur faudrait traverser la place et cela n’aurait rien de réjouissant. Apparemment, il semblait y avoir moyen de passer par les petites ruelles adjacentes, du moins Irwin le déduisit, préférant de loin faire un détour que de frayer à travers toute cette foule. C’était un peu comme nager en luttant contre le courant, ça n’avait rien de franchement engageant… Il se tourna vers la jeune femme qui ne l’avait pas quitté d’une semelle – fort heureusement car il n’y avait que rarement fait attention. Il se pencha vers elle, pour être certain qu’elle l’entendrait. « Votre auberge n’est pas loin, mais il faudra faire un détour. Trop de gens ici pour y aller directement. » Il n’avança pas d’argument supplémentaire et, de toute façon, n’entendait pas ce qu’elle discute quoique ce soit. Si cela ne lui plaisait pas, elle pouvait toujours rester ici, demander ses propres renseignements et prendre ses décisions. Il voulait seulement faire au plus vite et au moins dérangeant. Qui plus est, dans la foule, ils auraient très bien pu se perdre… D’ailleurs à cette idée, il fit demi-tour, cherchant une ruelle proche dans laquelle ils pourraient de nouveau être au calme, non sans saisir, sans sommation, sa main, sans tendresse ni violence, pour l’entrainer à sa suite sans la perdre dans la foule.
Revenir en haut Aller en bas
Metis Adhbreith
Modératrice HRP/Fondatrice
avatar

Date d'inscription : 11/07/2011
Messages : 834

MessageSujet: Re: Ravitaillement et multiples péripéties (PV Irwin) Terminé   Mer 22 Aoû - 11:42

Que le temps lui semblait long, mais long. Tout tournait au ralentis autour de la princesse. La musique, la foule, Irwin dans ses recherches. Elle avait l'impression que tous faisaient exprès pour l'empêcher de rentrer plus rapidement chez elle. Tout en suivant son guide du mieux qu'elle pouvait dans cette foule compact qui la rendait presque hystérique intérieurement, la jeune femme maudissait le monde. Se retrouver ainsi entourée bousculée par le peuple comme une vulgaire paysanne ne lui plaisait pas vraiment et ne faisait que croitre son agacement et sa paranoïa naturelle. Surtout qu'il y avait un nombre d'hommes non négligeable et encore moins négligeable une partie de ces hommes buvaient et pas qu'un peu. Dégoutée, et surtout effrayée par tout cela, Metis faisait vraiment attention à ne pas perdre Irwin de vue, quitte à pousser quelques badauds qui l'empêchait de passer. Pour ce n'était absolument pas un problème de s'imposer ainsi n'hésitant pas à bousculer plus ou moins les gens qui l'entouraient. Si quelques regards courroucés accueillir ses manières, c'est des yeux noirs de colères qui répondaient. En général sa simple stature et l'aura qu'elle dégageait, différente de celle du peuple, suffisait à imposer le respect et à faire que les offensés la laisse en paix. De sa au moins elle pouvait être satisfaite, même "incognito" loin de chez elle son aura noble, impériale même, faisait son effet.

Concentrée sur ce point positif, Metis fut contente d'apprendre que l'auberge se trouvait non loin, elle fut moins contente par contre que le marin dusse se pencher vers elle pour lui donner l'information. Esquivant un naturel mouvement de recul elle put tout de même entendre qu'il allait certainement falloir faire un détour pour arriver à l'auberge. Bon d'accords un détour, même si elle n'en n'avait pas vraiment envie elle allait certainement être obligé de le suivre. Et alors qu'elle commençait à avancer derrière lui, l'homme se retourna alors pour lui prendre la main. Faisons une pause ici pour analyser la réaction de la jeune princesse qui ne peut qu'être intéressante. Tout d'abords surprise, la jeune femme ne dit rien mais ses yeux, presque exorbités, transcrivent sa panique naturelle. Se laissant trainer jusqu'à la ruelle la plus proche elle ne dit rien car elle sait que lâcher la main tout de suite serait une erreur. Néanmoins une fois sortie de la place et donc de l'affreuse foule, la princesse ne peut qu'instinctivement arracher sa main de celle du marin, avec un air de souris effrayée. Essayant de se reprendre, consciente de son comportement insolite, elle se recompose un masque digne et arrogant et fait comme s'il ne c'était rien passé. D'ailleurs il ne c'est rien passé...

Se tournant vers le fond de la ruelle pour faire semblant d'examiner le chemin, la princesse ne veut surtout pas voir la réaction d'Irwin, car d'une certaine façon elle se sent affreusement embarrassée. Personne n'aime lorsque son masque se craquèle, et Metis encore moins. Elle est une princesse elle n'a donc pas de faiblesse, enfin aux yeux du monde. Sa seule consolation dans une telle situation est le fait que personne ne sait qui elle est et qu'après tout, plus que de la peur sa réaction pourrait être perçu comme... euh elle ne savait pas vraiment mais tant pis. Pour le moment son objectif était : rentrer à l'auberge, et tant pis si un marin inconnu l'avait...touché (cela l'effrayait vraiment), l'important était de rentrer, rentrer. C'est pourquoi une fois son calme retrouvé et malgré sa phobie et ses angoisses elle se retourna impassible vers l'homme avec qui elle était.


"Et bien où allons nous à présent ? Je vous suis"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Irwin Saw

avatar

Date d'inscription : 09/07/2012
Messages : 78

MessageSujet: Re: Ravitaillement et multiples péripéties (PV Irwin) Terminé   Sam 25 Aoû - 21:50

Il ne fit pas réellement attention à ce qu’elle aurait pu dire, faire ou même penser lorsqu’il lui prit la main, il était bien trop concentré sur le fait de retrouver une ruelle pour continuer leur périple que de s’occuper des éventuels états d’âme d’une jeune femme effarouchée par un petit geste, potentiellement déplacé certes, mais il n’avait pas que cela à faire. En réalité, il ne voulait pas perdre de temps dans la ville. Le Capitaine Flamboyant commençait à être connu et il ne voulait pas être reconnu. Même si, dans ces îles, il était beaucoup moins dangereux de battre le pavillon pirate, il n’aimait pas trop que l’on puisse tracer ses faits et gestes et encore moins son itinéraire. C’était une question de sécurité, moins pour lui que son équipage, car, même s’ils étaient rompus au danger, il était toujours problématique de se retrouver avec quelques navires battant le pavillon d’un royaume ou d’un autre qui vous prennent en chasse, bien que, théoriquement, Irwin n’avait attaqué aucun navire qui ne batte pas le pavillon pirate, aussi, il n’y avait aucune raison pour qu’on essaye de l’envoyer par le fond ou de lui faire subir une très brève chute libre dans le vide suivit d’un arrêt très rapide. L’idée ne lui plaisait pas plus que ça, du moins pas avant d’avoir fait payé sa vengeance à ce pirate qui courait toujours sur l’océan et qu’il ne parvenait toujours pas à rattraper. A croire qu’il avait la faveur de Dieux ou de quoique ce soit qui ait pu lui donner de quoi conserver son avance. Après, il fallait l’admettre, les caprices de l’océan étaient parfois tels qu’un navire avec un jour d’avance évitait de justesse une tempête et gagnait quelques jours de plus tandis que son poursuivant se débattait avec les forces de la nature.

Ce mariage était d’ailleurs une bonne chose en soi, car, même s’il retardait leur arrivée dans cette auberge, lui permettait de passer plus ou moins inaperçu dans la foule et si quelqu’un l’avait reconnu, il n’en avait pour l’instant aucune preuve tangible. Alors qu’ils arrivaient enfin dans la ruelle, la jeune femme retira sa main avec une certaine violence qui stupéfia quelque peu le pirate. Il l’observa alors qu’elle s’avançait dans la ruelle. Quelle mouche l’avait-elle donc piquée ? Il resta silencieux quelques instants avant de s’imaginer qu’elle n’avait peut-être pas appréciée d’être ainsi emmenée de force sans qu’il ne la prévienne ou ne lui donne une quelconque explication. Peut-être s’était-elle imaginée des choses ? Loin de lui cette idée, mais, vu qu’elle garda le silence en observant la continuité de la ruelle, il ne s’en formalisa pas davantage et ne prononça aucun mot d’excuses. Déjà qu’il lui servait de guide – de manière plus ou moins forcée – et qu’il lui avait sauvé la mise, d’une certaine façon, il n’allait pas non plus se faire chevalier servant et bredouiller des mots d’excuses pour une vague main touchée, de façon certes pas très agréable, mais il y avait pire comme contact, non ? Elle finit néanmoins par se retourner, lui demandant où ils allaient maintenant. Cette question. Où allaient-ils ? A son auberge bien entendu. Il regarda la ruelle, fit demi-tour pour regarder la petite place qu’ils venaient de quitter et s’orienta avec un bref coup d’œil dans le ciel afin de repérer la position approximative du soleil que l’on n’apercevait guère, caché qu’il était par les toits des maisons qui faisaient l’étroite ruelle. La direction était donnée, il fallait aller vers l’ouest, par rapport à la petite place et, justement, une ruelle coupait la leur dans cette direction.

Il se mit en marche, prenant les devants. « Essayons par-là, ce n’est, si l’on ne m’a pas menti, pas très loin. » Arrivé au croisement des ruelles, il jeta un œil sur la gauche avant d’aviser que ce n’était effectivement pas une impasse, du moins pas à première vue et s’y engouffra sans même faire attention au fait que la jeune femme le suivait ou non. Vu la manière dont elle avait repris sa main, il doutait qu’elle accepte qu’il la reprenne pour l’emmener à sa suite. Soit. Cela ne le dérangeait pas, et, de toute façon, il n’y avait aucune raison de le faire étant donné qu’ils étaient seuls dans cette ruelle. Alors qu’il marchait promptement, il ne jeta qu’un bref coup d’œil en arrière avant de poursuivre sa route. Il poursuivi tout droit au croisement suivant non sans jeter un œil aux deux autres possibilités et battit le pavé avec la force du cuir de ses bottes. Il tourna finalement une nouvelle fois à gauche avant d’apercevoir, au bout de la ruelle, une nouvelle place, qui, théoriquement devait être celle sur laquelle devait être l’auberge. Il pressa encore le pas, jetant un dernier regard derrière lui avant d’arriver à l’entrée de la fameuse place, épousant celle-ci d’un regard circulaire avant d’apercevoir une enseigne qui semblait fort prometteuse. Il se tourna vers la jeune femme. « Eh bien voilà, je crois que nous avons là ce que vous cherchiez. » L’auberge semblait d’être d’un certain niveau, ce qui n’était pas souvent le cas mais ce n’était de toute façon pas son problème. « Vous pensez pouvoir vous en sortir à partir d’ici ? » Ce n’était pas une boutade, simplement une question. Il fallait traverser la place qui était assez animée elle aussi. Peut-être voulait-elle qu’il la dépose devant la porte, mais, d’une certaine façon, il espérait quand même pouvoir vaquer à ses occupations.
Revenir en haut Aller en bas
Metis Adhbreith
Modératrice HRP/Fondatrice
avatar

Date d'inscription : 11/07/2011
Messages : 834

MessageSujet: Re: Ravitaillement et multiples péripéties (PV Irwin) Terminé   Mar 25 Sep - 13:16

Le temps commençait vraiment à devenir long pour notre chère princesse. Bien que ce Irwin qui l'accompagnant ne semblait pas être un être trop rustre ou trop grossier, il lui faisait tout de même un peu peur et elle ne pouvait donc avoir totalement confiance en lui. Néanmoins depuis le début il avait été à peu près correct, ce qui faisait que malgré sa froideur et le fait qu'il lui est pris la main, la jeune femme était juste effrayé et pas totalement terrorisée, ce qui était un progrès. Mais à part la peur qui l'étreignant toujours, elle n'avait qu'une envie, rentrer chez elle et ne plus entendre parler de rien. C'est avec ce désir profond qu'elle continua à suivre le marin silencieusement, essayant pour une fois dans sa vie, de se faire oublier. Je tiens à préciser que ceci est un événement extrêmement rare et digne d'être noté. Metis cherche toujours à se faire remarquer, sa vie tourne en partie autour de ce fait et ne pas être au centre de l'attention la perturbe toujours beaucoup. C'est pourquoi le fait de vouloir ce faire oublié est assez paradoxale pour cette personnalité profondément narcissique.
Traversant encore quelques ruelles, l'étrange duo finit par atteindre la rue de l'auberge. Soulagée comme jamais, Metis put souffler et respirer, tout en reprenant ses forces. Peu habituée aux longues marches, et encore moins rapide, la jeune femme avait un peu de mal à suivre le marin. Mais à présent elle ne regrettait pas sa fatigue, elle était enfin arrivée et saine et sauve et allait pouvoir se reposer sans penser à tout ce qui c'était passé. Savourant ce sentiment de joie un instant, la princesse se rendit compte que le marin lui avait posé une question. Le regardant un moment elle finit par s'en rappeler et lui répondit.


"Oui je vais m'en sortir à partir de là. Merci de m'avoir aidé...."

Ne sachant pas trop quoi faire ensuite, la jeune femme se dit qu'il lui fallait payer l'homme pour ses services. Une personne normale aurait sans doute été gêné par une telle situation, mais pas la princesse qui avait l'habitude de payer ses domestiques sans faire grand cas de ce cérémonial. Sortant donc sa bourse elle prit quelques pièces, qui en passant représentait une fortune, qu'elle plaça dans la paume de l'homme sans lui demander son avis, tout en essayant de le toucher de moins possible. Puis d'un mouvement vif de la tête elle le remercia une dernière fois avant de se retenir de courir vers son auberge. Malgré la situation elle savait bien qu'elle ne restait pas moins une héritière impériale et de ce fait elle n'allait pas se mettre à courir comme une vulgaire paysanne. Voir l'édifice, d'un certain raffinement, lui réchauffa le coeur. Après s'être retrouvée aux milieux de ces rues sales et mal peuplés la jeune femme avait un moment oublié qui elle était. Mais à présent qu'elle se retrouvait dans son élément son côté impérial ressortait. Elle était Metis Adhbreith et ne craignait rien ni personne ! Sa famille était à la tête de l'empire le plus puissant du monde connus et malgré ses dernières mésaventures elle n'en restait pas moins une des femmes les plus puissantes du monde.

C'est avec cette état d'esprit qu'elle franchit la porte de l'auberge, se retournant rapidement pour voir Irwin une dernière fois et le saluer comme il se devait puis claqua la porte sans cérémonie, oubliant presque aussitôt tout ce qui venait de lui arriver. Ce qui ce passa ensuite n'est pas très important. Ses gardes, folles d'inquiétudes, furent rassurées de la voir rentrer saine et sauve et lui préparent son bain. Une fois propre et détendu la jeune femme put dormir sur ses deux oreilles et continuer son voyage le lendemain vers le palais impériale. Pendant la traversée Metis put faire le point sur ses dernières aventures, très éprouvantes pour elle. Tout cela devait bien évidement rester confidentiel et seul très peu de monde était au courant pour son enlèvement, et encore moins pour sa "promenade" dans les rues du port. Encore secouée par tout cela au moins une bonne chose sortit de cette situation, après avoir frôlée autant de fois le danger et jouer avec sa peur, la jeune femme se sentait plus forte et plus courageuse. Cette nouvelle estime de soi ne fit que grandir son orgueil et sa suffisance mais l'aida aussi à prendre conscience plus en profondeur de son problème qu'elle savait qu'elle devrait résoudre un jour.


Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ravitaillement et multiples péripéties (PV Irwin) Terminé   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ravitaillement et multiples péripéties (PV Irwin) Terminé
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [ Amour, Jalousie, et autres Péripéties ] -PV-
» Kwari - Nouvel éditeur de Manhwa
» « Une Heure, Une Pensée », péripéties quotidiennes
» Premier pas sur Le Baratie , que de péripéties ! ~ [ FB 1621 ]
» Les péripéties d'Aely et d'Heva ♥

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tuatha de Dearmad :: Le Passé :: Anciennes aventures-
Sauter vers: