AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Mauvaise pioche (pv Irwin Saw)

Aller en bas 
AuteurMessage
Ambre Bellamy
Admin/Fondatrice
avatar

Date d'inscription : 10/07/2011
Messages : 999

MessageSujet: Mauvaise pioche (pv Irwin Saw)   Lun 26 Nov - 19:28


« Alors marché conclu ? »

« Marché conclu, à condition que vous me rameniez ce que je demande… »

« Oh cela devrait faire l’affaire ne vous en faites pas. »

A peine ces mots prononcés, Ambre tourna les talons, elle n’avait aucune envie de traîner ici. Le pont était déjà désert, les marins avaient rejoint les docks et les tavernes crasseuses qui s’y trouvaient, et ils devaient probablement y noyer leur misère. Alors qu’elle s’approchait du ponton pour regagner la terre ferme, deux voix la firent de crisper… Deux soldats de la Marine se trouvaient sur son chemin, lui tournant le dos, et discutait joyeusement pendant leur tour de garde. Visiblement celui-ci avait été instauré depuis peu, et visait à surveiller et empêcher le commerce illégal et probablement de repérer et si possible arrêter les flibustiers.

Ambre savait que son signalement était connu, les pirates albinos ne courraient pas les rue d’Achaladh… Alors qu’elle se creusait la tête pour savoir comment passer, un claquement la fit sursauter. Deux poulies de deux mâts de deux navires différents venaient d’entrer en collision, provoquant un vacarme infernal à cause de l’écho. Malgré le son plutôt désagréable, cela lui donna une idée… Ce n’était pas beaucoup plus sûr ni beaucoup plus raisonnable que de rejoindre les quais à la nage mais au moins elle pourrait garder ses vêtements secs.

Retournant sur ses pas, elle rejoignit en quelques instants le pont du navire marchand qu’il l’avait ramené de l’Archipel. Comme il était toujours désert, elle n’eut aucun mal à escalader le grand mât discrètement. Dès qu’elle fut assez haute pour pouvoir attraper une corde du trois-mâts avoisinant le bâtiment sur lequel elle se trouvait, elle se dirigea prudemment vers celui-ci. A force de mouvements d’acrobates peu sûrs, elle parvint à atteindre l’autre mât, et ainsi elle se retrouva sur le deuxième navire.

Elle traversa ainsi deux autres bateaux jusqu’à avoir suffisamment dépassé les deux gardes pour être tranquille. La prudence était de mise ce soir. Vérifiant que le pont du navire sur lequel elle se trouvait était désert, elle entama sa descente petit à petit. Celle-ci était plus compliquée, d’autant qu’elle s’arrêtait au moindre bruit pour guetter les alentours. A moins de deux mètres du sol, elle se laissa tomber souplement afin d’éviter tout fracas. Il n’y avait pas une âme, mais elle se doutait que l’endroit était certainement gardé, même peu attentivement, et elle ne voulait pas traîner dans les parages. Elle se dirigea doucement vers le bastingage, qui lui permettrait enfin de rejoindre la terre ferme. Alors qu’elle l’enjambait, un bruit de pas de fit entendre…

Son sang se faisant qu’un tour, elle n’eut pas le temps de quitter le navire et elle se contenta de se cacher derrière un tas de cordes si haut qu’ils auraient pu être deux à se tenir derrière. Elle ralentit sa respiration, tendant de la rendre aussi inaudible que possible, mais visiblement, le nouveau venu avait aperçu sa silhouette tout à l’heure car il guettait les alentours… Où était-ce une impression ?

Risquant un coup d’œil, elle ne fut pas ravie de voir que l’homme avait l’air plus grand qu’elle et qu’il portait une arme à la ceinture. Tentant un dernier mouvement pour disparaître, elle glissa du mieux qu’elle put vers l’arrière, et entendit avec horreur une voix s’élever et s’adresser à elle…

_________________
____________________________

Fiche & mémoires


Dernière édition par Ambre Bellamy le Dim 14 Juil - 1:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://dearmad.forumgratuit.org
Irwin Saw

avatar

Date d'inscription : 09/07/2012
Messages : 78

MessageSujet: Re: Mauvaise pioche (pv Irwin Saw)   Lun 26 Nov - 23:27

Achalad… Ce n’est pas un endroit où il fait bon rester lorsqu’on était un pirate. Le Némésis était à quai, de manière totalement incognito, bien entendu, après tout, même les pirates devaient finir par faire escale. Le navire forban était entré dans la rade sous le couvert du début de la nuit. La surveillance s’était quelque peu renforcée depuis leur dernière visite mais les matelots sous les ordres du Flamboyant savaient ce qu’ils faisaient et ils réussirent à s’amarrer en douceur, avec autant de tendresse qu’un pétale de rose qui se pose sur l’eau. A la faveur de la lune, l’un des membres d’équipage était parti, or en bourse, faire enregistrer le navire sous un faux nom afin que les autorités ne s’inquiètent pas trop d’un emplacement de navire occupé et non déclaré. Irwin connaissait les rumeurs qui courraient sur lui et le nom de son navire n’était pas tellement cité dans toutes les histoires, et puis, ce n’était pas comme si le nom était écrit en lettres clinquantes et brillantes. Et puis, il était rare que quelques autorités corrompues viennent vérifier les allégations d’un marin lorsqu’il ramenait avec lui de quoi convaincre avec une persuasion dorée et clinquante. Ils seraient tranquilles pour quelques heures, voire peut-être un ou deux jours. Le temps de refaire le plein des cales et de glisser à nouveau vers l’océan. Il y avait quelques menues réparations à faire également. Le dernier abordage ne s’était pas passé tout à fait comme prévu, la résistance plus forte que d’habitude, mais un énième bateau pirate reposait au fond de l’océan maintenant. Hélas, ce n’était toujours pas celui que le Capitaine du Némésis cherchait à couler. Une fois les formalités administratives effectuées, Irwin laissa la main libre à son équipage afin qu’il puisse se détendre un peu, tout en restant attentif aux patrouilles. Ce n’était pas le moment de se faire prendre, pas s’ils voulaient profiter de leur butin.

Les cales du Endeavour avaient été assez riches de trésors divers et variés, probablement dus à d’autres pillages effectués par son propriétaire forban. Bien entendu, Irwin n’avait pas été assez stupide pour envoyer toutes ces richesses par le fond. Il savait que sa chasse demandait des fonds, et, surtout, nécessitait d’avoir un équipage « content », et il n’y avait qu’une seule façon de rendre des flibustiers contents, même lorsqu’il s’agissait d’amis. Quoiqu’il en fût, ils avaient convenus que la majeure partie du butin ne serait pas dépensée dans ce port. Il s’agissait là d’une simple précaution, une manière d’être certain qu’il n’attirerait pas trop l’attention et qu’ils pourraient mettre les voiles aussi discrètement qu’ils les avaient amenées. Certains n’étaient pas trop d’accord mais, finalement, l’avis du groupe l’avait emporté et ils partaient donc seulement avec quelques piécettes en poche, ce qui était de toute façon suffisant pour de l’alcool, de la nourriture et, surtout, des femmes à leur volonté. On laissa quelques hommes à bord comme sentinelles et le Capitaine se retira dans sa cabine. Il y avait encore beaucoup à faire, et, surtout, essayer d’estimer un cap. Où ce félon pouvait-il se trouver à l’heure actuelle ? Difficile à dire. Les derniers renseignements commençaient à dater. Peut-être que l’un de ses hommes reviendraient avec quelques informations intéressantes mais il devait commencer à composer sans. Il s’enferma dans l’étude de plusieurs cartes et effectua de nombreuses mesures avant de finalement se décider pour une direction et laisser ses études en plan sur sa table. Il avait besoin de passer à autre chose et, pour cela, il décida de jeter son dévolu sur l’un de ses livres desquels il tirait de nombreuses connaissances végétales.

Il se perdit dans ses livres quand, tout à coup, l’on frappa à sa porte. L’un de ses hommes rentra à son injonction. Apparemment, il semblait y avoir du remue-ménage dans les environs, dans l’un des bateaux qui se trouvait non loin du Némésis. Curieux, Irwin attrapa son baudrier et serra la ceinture autour de sa taille avant de sortir sur le pont. L’air frais lui fit du bien. Il n’eut toutefois pas le temps d’en profiter plus qu’il ne l’aurait voulu. Du bruit se faisait entendre non loin, effectivement, apparemment quelqu’un semblait pourchasser quelqu’un d’autre. A la lueur de la lune, il était difficile de voir réellement ce qu’il se passait et ce n’était pas les quelques torches et braséros qui aidaient à y voir plus clair. Silencieux, et surtout désireux de ne pas attirer l’attention plus que nécessaire, Irwin fit un signe à ses hommes qui se mirent en position. Afin de ne pas alerter de patrouilles, il était temps de mettre un terme à cette « course-poursuite ». Apparemment le bateau était sur leur trajectoire, à quiconque étaient ces personnes qui passaient de bateau en bateau. Alors qu’ils passèrent sur le Némésis, il fit un nouveau signe et ses compagnons laissèrent passèrent la première ombre avant d’arrêter les suivantes, lames tirées au clair. De son côté, le Capitaine s’était mis en travers du chemin de celle qui était passée, en quelque sorte, entre les mailles du filet. « Personne ne met un pied sur mon bâtiment sans mon autorisation. Un pas de plus et je vous embroche sur le champ. » La voix n’avait rien de cordiale, et, qui plus est, Irwin n’était même pas certain de ne pas mettre ses menaces à exécution. Peu importait véritablement les excuses. « Je vous laisse le choix. L’eau, ou l’épée. » Il avait parlé assez fort pour se faire entendre de ceux tenus en joue par son équipage. Leur vie était entre leurs mains, mais, une chose était certaine, s’ils ne sautaient pas, ses hommes n’attendraient pas que leurs ennemis dégainent… Après tout, n’étaient-ils pas des pirates ?


Dernière édition par Irwin Saw le Jeu 29 Nov - 8:35, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ambre Bellamy
Admin/Fondatrice
avatar

Date d'inscription : 10/07/2011
Messages : 999

MessageSujet: Re: Mauvaise pioche (pv Irwin Saw)   Mer 28 Nov - 23:04

Visiblement, les marins de ce navire n’aimaient pas les tavernes, et qui plus est, ils ne buvaient même pas à bord…Beaucoup avaient réagi en moins d’une minute quand leur camarade avait haussé le ton et une demi-douzaine de matelots s’étaient précipités sur le pont. Prenant Ambre pour une voleuse, il l’avait menacé, mais comme elle ne se rendait pas (et puis quoi encore ?), ils avaient décidé de l’attraper et de la forcer à le faire. Bien entendu elle ne les avait pas attendus pour passer sur le navire suivant, abandonnant définitivement l’idée de la jetée.

Sa course était ralentie par nombre d’obstacles, comme les bastingages lorsqu’elle passait d’un bateau à l’autre, des tas de cordes, des tonneaux mal rangés, des poulies, et elle faillit même entrer en collision avec une chèvre somnambule ! Elle s’étonnait presque de croiser aussi peu d’êtres humains : comment les capitaines pouvaient-ils être aussi négligents ?! Elle n’aurait jamais permis un tel manque de discipline sur l’Ombre… Mais la question ne se posait même plus.

La lune éclairait faiblement son chemin, et elle ne prêta pas garde à ce qui se trouvait devant elle, bien trop occupée à surveiller là où elle mettait les pieds. Cependant, pour une fois, l’équipage du navire qu’elle venait d’aborder (d’une certaine manière du moins) n’était pas aussi absent qu’elle s’y attendait… Pas absent du tout même… Bizarrement, la masse d’hommes qui se tenaient près du bastingage la laissa passer. Ils avaient probablement entendu le bruit de la course-poursuite… Elle se mordit les lèvres, et si c’était aussi le cas des gardes et qu’ils étaient allés chercher des renforts ? Malheureusement elle avait pour le moment d’autres chats à fouetter…


« Que diriez-vous de l’eau pour ces messieurs et de l’épée pour moi-même ? Je n’ai pas spécialement envie d’être mouillé. »

Elle avait dit cela du ton naturellement agaçant qu’elle savait employer uniquement dans les situations où elle aurait mieux fait de se faire discrète, mais c’était plus fort qu’elle, elle avait dû être frustrée de ne pas pouvoir être insolente quand elle était jeune ou quelque chose du genre, c’est ce qu’elle se disait quand elle y pensait après coup.

Elle avait instinctivement placé la main sur son pommeau, se battre ne la gênait pas, être blessée un peu plus, et mourir était vraiment embêtant, mais cela ne faisait pas partie de ses projets pour la soirée. Il y avait quelque chose qui la peinait dans la situation présente… Pourquoi l’équipage d’un navire soi-disant marchand était-il armé, réveillé et prêt à réagir au moindre commandement du capitaine -car l’homme qui se tenait devant-elle devait être le capitaine ? Il n’y avait que deux solutions, ou bien un objet de valeurs était gardé sur le trois-mâts, ou bien ils n’étaient pas vraiment ce qu’ils prétendaient être… Elle commençait à en connaître un rayon sur ce dernier principe et plus elle y pensait, plus l’hypothèse devenait probable. Dans ce cas, la situation empirait… Les pirates qui ne se connaissaient pas n’étaient généralement pas tendres entre eux et elle se demanda brusquement si elle n’avait plus plutôt envie d’aller saluer les deux gardes. Au moins aux dernières nouvelles ils n’étaient que deux, soit largement inférieurs en nombre si elle devait les affronter.

Voyant que les hommes derrière elle ne semblaient pas en joie, elle décida de sortir son épée, afin de pouvoir s’en servir plus rapidement si elle en avait besoin. De plus, cela ne faisait qu’appuyer sa précédente déclaration. Elle réfléchit un instant à un moyen d’éviter le combat sans pour autant rejoindre ses autres amis encore bloqués derrière le bastingage, mais il devait être trop tard pour cela désormais…


_________________
____________________________

Fiche & mémoires
Revenir en haut Aller en bas
http://dearmad.forumgratuit.org
Irwin Saw

avatar

Date d'inscription : 09/07/2012
Messages : 78

MessageSujet: Re: Mauvaise pioche (pv Irwin Saw)   Jeu 29 Nov - 12:13

Il y avait toujours suffisamment d’hommes sur le Némésis pour éviter des évènements comme ceux-ci : des individus non identifiés qui finissaient par se retrouver sur le pont d’un bateau sur lequel ils n’étaient pas invités. Il n’était pas rare que certains essayent de fureter sur des bateaux à quai pour y glaner quelque chose, ou simplement pour embarquer clandestinement. Toutefois, le faire à bord d’un navire battant, généralement, pavillon noir, n’était pas une excellente idée. De toute façon, il aurait été bien imprudent pour Irwin et son équipage de battre pavillon noir en plein milieu du port le plus important de tout l’Empire. Cela n’empêchait pas ce navire d’être un navire pirate et cela n’empêchait pas son capitaine d’être intransigeant avec ceux qui montaient à bord sans sa permission. Sa lame au clair de lune, pointée vers ce qui était plus une silhouette noire qu’une véritable personne, il faisait parfaitement confiance à ses hommes pour s’occuper de ceux qui avaient malencontreusement mis le pied là où ils n’auraient pas dû. Quant à lui, il s’occuperait du premier qui allait lui aussi devoir choisir entre la lame et l’eau et dont il espérait une décision rapide et sensée. L’eau n’était certainement pas le plus agréable des choix, mais c’était certainement celui qui évitait le plus de complications et de problèmes. Pourtant, il s’avéra que l’intrus préféra choisir la lame, non sans faire remarquer que l’eau serait des plus adéquate pour ceux qui l’accompagnaient. Le Capitaine du Némésis fit un petit sourire qui passa probablement très inaperçu dans la nuit et se contenta de se mettre silencieusement en garde, laissant quand même le temps à son nouvel adversaire de prendre son épée et de la tirer également au clair. Voilà qui allait être intéressant. Parviendrait-il à combattre en terrain inconnu et à moitié caché ? Le pont d’un navire pouvait être traitre, surtout à la seule lueur de la lune.

« C’est à vous de voir. » Il fallait dire qu’Irwin comprenait bien que son opposant ne voulait pas finir mouillé, cela n’avait rien d’agréable en pleine nuit, surtout qu’il ne faisait pas non plus très chaud. « Messieurs, occupez vous de nos autres invités, je vais personnellement me charger de celui-là. » Sans un mot de plus, conscient que son équipage ne perdrait pas de temps en veine discussion et allait immédiatement commencer à repousser les autres intrus, le Flamboyant se fendit d’une entame de combat afin de mettre les choses dans leur contexte. Après tout, le choix avait été fait, il n’était nul besoin d’en discuter plus avant, n’est-ce pas ? Toutefois, comme dans tous ses combats, Irwin laissait peu à peu monter en lui sa colère, celle qui l’animait lorsqu’il affrontait des hommes sur le pont d’un autre navire, celle qui faisait de lui un « autre » homme, ou, même moins qu’un homme en fait. Son adversaire avait choisi le risque de mourir et Irwin ne comptait pas l’en priver, chacun restait responsable devant ses décisions, tout comme il pouvait très bien lui aussi être battu au sabre par un adversaire non-estimé et potentiellement plus doué que lui à cet exercice. C’était probablement pour cela qu’il avait commencé par des mouvements peu risqués, servant avant tout à évaluer les capacités d’escrime de son opposant afin de pouvoir s’en faire une première idée et déterminer s’il aurait besoin de ruser un peu pour en venir à bout. L’idée principale était de pousser l’intrus à s’approcher du bastingage et à ne lui laisser d’autre choix que de quitter le navire par le plus hydratant des moyens : l’eau fraiche de la rade.

L’esprit tout de même ouvert à ce qui l’entourait, il put se rendre compte que les autres « invités » à bord avaient décidés de tirer les épées afin de ne pas être eux aussi « mouillés ». Cela ne durerait certainement pas longtemps, et, pour cause, la supériorité numérique de ses hommes faces à leurs adversaires, car s’il était bien une chose efficace dans ce genre d’affrontement, c’était le surnombre. Si l’habileté pouvait jouer dans un duel, elle ne pesait plus bien lourd lorsque plusieurs lames venaient tâter de la votre. Aussi, Irwin aurait pu se contenter de temporiser pour attendre ses hommes mais le Capitaine du Némésis n’était pas homme à se cacher derrière son équipage pour mettre à exécution ses menaces. De toute façon, il possédait l’avantage du terrain et, au pire, il pourrait compter sur ses hommes pour lui venir en aide si la situation devait mal tourner, ce dont il doutait quand même un peu. Après tout, il était loin d’être mauvais bretteur, et même si son adversaire semblait également se débrouiller plus que bien, il faudrait plus que quelques passes d’armes pour impressionner un homme rompu à la mort et à l’indifférence face à celle-ci. « Vous êtes toujours libre de choisir l’eau si vous commencez à regretter votre choix. » Il avait glissé cela avec un brin d’ironie. Non pas qu’il espérait que son adversaire revienne à sa décision, mais il s’agissait ici plus ou moins d’une tentative de distraction. Parler et combattre étaient rarement des choses faciles à exécuter en simultané. Tandis que les sabres rythmaient la nuit auparavant silencieuse, Irwin espéra que les gardes ne seraient pas alertés par ces bruits de combat. S’il y avait une chose dont il n’avait pas besoin ce soir, c’était surement bien ça.
Revenir en haut Aller en bas
Ambre Bellamy
Admin/Fondatrice
avatar

Date d'inscription : 10/07/2011
Messages : 999

MessageSujet: Re: Mauvaise pioche (pv Irwin Saw)   Dim 2 Déc - 22:32

Ambre comprit rapidement qu’elle avait bien fait se sortir rapidement son épée. Ses poursuivants ne tardèrent pas à faire de même et tandis que le combat s’engageait, elle entendit des cliquetis de sabres derrière elle. Ils n’avaient probablement aucune chance à moins d’êtres tous d’excellents bretteurs car ils étaient beaucoup moins nombreux que l’équipage du navire sur lequel elle se trouvait. Il fallait qu’elle perde la mauvaise habitude qu’elle commençait à prendre et qu’elle arrête d’accepter des duels avec n’importe qui, avant de juger les capacités d’épéistes de ses adversaires… Elle allait finir par tomber sur meilleur qu’elle et par le regretter… Mais ce jour ne semblait pas venu et pour le moment l’échange ressemblait plutôt à une chorégraphie calculée, peu dangereuse donc. Elle ne doutait pas que tout comme elle, l’inconnu –eh oui elle ne savait pas plus le nom du capitaine que le nom du navire- tentait de savoir à qui il avait à faire.

Elle n’appréciait pas de se battre sur un bateau qu’elle ne connaissait pas et entourée de l’équipage. Elle savait très bien qu’elle ne pouvait gagner puisque celui-ci n’abandonnerait pas son capitaine s’il se retrouvait en difficulté. Elle se concentrait donc simplement sur le jeu (elle avait toujours vu cela ainsi) afin de ne commettre d’erreurs. Ne pas gagner ne signifiait pas perdre. L’escrime ne lui apparaissait que comme un mélange de technique et de chance, et en l’occurrence elle n’avait plus que son expérience pour la défendre, la fortune ne semblait pas s’être mise de son côté aujourd’hui.


« Vous êtes toujours libre de choisir l’eau si vous commencez à regretter votre choix. »

Oh voilà qu’il discutait désormais ! La phrase ne la perturbait pas plus que ça, elle s’était habituée à parler en maniant son arme. Sa concentration était plus physique qu’auditive et tant qu’elle tenait bien sur ses deux jambes, tout se passerait pour le mieux.

« Je peux vous retourner la proposition, j’ai définitivement abandonné l’idée de la baignade. »

L’obscurité l’empêchait de voir les traits de son interlocuteur. Ce n’était pas vraiment gênant mais elle aurait souhaité pouvoir lire ses expressions afin de savoir quel coup l’inquiétait, et quel autre le confortait ; elle ne pouvait le deviner qu’au mouvement qu’il faisait.
La prise de parole lui avait néanmoins mis la puce à l’oreille : il la provoquait sans doute pour en finir plus vite, c’est donc qu’il n’était pas si sûr de lui. Lorsque cette idée lui traversa l’esprit, les gestes d’Ambre se firent plus rapides et son jeu de jambes était calculé pour qu’elle ne recule plus. Elle pouvait tenir cette cadence un bout de temps et si cela suffisait à intimider, autant tenter le coup.

Cependant, jusqu’ici, on lui rendait bien ses coups de lames et elle devait lutter pour ne pas perdre un pouce de terrain. Le résultat était qu’ils tournaient sur eux même, comme enfermés dans un espace trop petit pour le duel. Elle essayait d’ailleurs de se fixer sur cette idée afin d’oublier la présence des autres matelots. Elle n’aurait pas assez d’énergie à leur opposer si le besoin s’en faisait sentir.

Alors que les coups commençaient à se répéter et à devenir prévisibles, Ambre tenta un enchaînement un peu risqué mais qui pourrait lui assurer de prendre le dessus. Elle posa un genou à terre, et glissant vers la gauche, elle se releva deux fois plus près de son adversaire qu’il ne l’attendait. Son sabre fendit l’air à une vitesse surprenante, mais l’attaque ne fut suivie d’aucun cri de douleur, même pas un léger hoquet, elle ne sut donc pas si elle avait atteint sa cible ou non. Quoiqu’il en soit, elle s’était exposée, et ce fut bientôt à elle d’éviter un autre coup dangereux. La lame frôla son bras droit, le coupant très légèrement au passage.

Il n’y avait pas de quoi s’effrayer et la blessure n’était pas handicapante mais ambre sentit un léger filet de sang couler jusqu’à son coude. Elle s’en voulait à mort de s’être laissée touchée aussi facilement, mais le mal était fait et elle ne pouvait qu’éviter qu’il se reproduise. Elle espérait qu’on ne s’était pas rendu compte qu’elle était saignait, elle n’avait aucune envie d’apparaître vulnérable, même si passer pour plus faible qu’elle ne l’était lui avait parfois bien servi. Elle reprit donc la parole pour détourner l’attention si jamais il y en avait besoin.


« A propos à qui ai-je affaire ? Que je sache quel bâtiment je dois éviter lors de ma prochaine fuite au port… »

Elle n’essayait même pas de de cacher que cela lui arrivait plus souvent que la normale. Elle était presque sure d’avoir à faire à d’autres pirates...

_________________
____________________________

Fiche & mémoires
Revenir en haut Aller en bas
http://dearmad.forumgratuit.org
Irwin Saw

avatar

Date d'inscription : 09/07/2012
Messages : 78

MessageSujet: Re: Mauvaise pioche (pv Irwin Saw)   Jeu 6 Déc - 10:37

Un combat de nuit n’était pas le plus facile à mener mais Irwin n’était pas du genre à se démonter pour si peu et, qui plus est, il n’allait pas se cacher derrière cet argument pour éviter un duel, surtout parce qu’il était sur son navire et qu’il était hors de question qu’il laisse un passager clandestin monter à bord, même pour se contenter de le traverser de part en part. Le Némésis n’était pas un terrain de jeu ou de chasse. Et, même si cela ne semblait pas très « équitable », c’était son adversaire du moment qui allait en pâtir. Après tout, il était un Pirate – du moins c’était l’étiquette que certains lui apposaient – aussi, il n’avait pas besoin de s’encombrer de valeurs comme l’Honneur et la Justice. Quant aux combats, il était suffisamment rompu à l’exercice pour ne pas avoir à craindre qui que ce soit. Certes, il y avait certainement meilleur que lui dans ce domaine mais il avait au fond de lui une ressource inépuisable : une colère sourde et muette qui se révélait souvent au fur et à mesure d’un combat, motivée probablement par les cris et les hurlements de ses hommes et de ceux de son adversaire. La mort l’accompagnait souvent lors d’un abordage et elle n’était généralement pas bon signe pour ceux qui allaient croiser sa lame. Et cette veuve insatiable le suivrait surement jusqu’à ce qu’il puisse mettre un terme à sa vengeance, jusqu’à ce qu’il puisse mettre la main sur ce pirate qu’il chassait toujours, incapable de lui-mettre le grappin dessus, insaisissable comme un fantôme. Arriverait-il un jour à le rattraper ? Arriverait-il seulement à le battre ? Cela importait peu pour Irwin qui voulait au moins se retrouver face à face avec lui, pour connaître l’homme qui avait rendu sa vie impossible.

Quoiqu’il en soit, ce n’était pas le moment pour penser à lui, car c’était probablement le meilleur moyen de se retrouver avec une lame en travers du corps et ainsi ne pas pouvoir mettre sa vengeance à exécution. « Dois-je vous rappeler que je suis sur mon bâtiment ? » Il ne manquerait plus que ça, qu’il saute lui-même par-dessus le bastingage de son propre navire ! Il ne manquait pas de cran, assurément. Toutefois, son adversaire ne devait pas se méprendre. Ce n’était pas un manque de confiance qui le poussait à parler, mais bel et bien une simple tentative « d’intimidation », ou plutôt de déconcentration, afin d’essayer d’exploiter une faille qu’apparemment il ne montra pas. Tant pis, ce n’était pas important. Cependant, ce petit échange de paroles sembla donner un coup de fouet à son adversaire qui se fendit d’un mouvement surprenant et auquel Irwin eut bien du mal à faire face. Se reculant devant cette « agression » de son espace vital, il évita de justesse la lame qui se dirigeait vers lui et qui se contenta de mordre la chair de sa joue. Sans trahir cette petite réussite, il se contenta de riposter avec autant de fougue et tenta de rendre la pareille à son adversaire. Le sang coulait doucement sur sa peau et il pouvait en sentir la caresse chaude. Il n’y avait pas de quoi s’inquiéter, et, de fait, il aurait été plus dérangeant d’être blessé à l’arcade, où le léger filet de sang aurait pu obstruer sa vision. Ce n’était pas sa première blessure et, si elle devait laisser une cicatrice, il s’en fichait comme de la première tempête qu’il avait essuyée en tant que marin. Il y avait beaucoup mieux à faire et à penser que de se concentrer sur une légère estafilade.

Ses hommes se battaient avec acharnement et il était convaincu qu’ils ne tarderaient pas à sortir vainqueur de leur affrontement sans aucune réelle difficulté. Après des jours en mer, ils ne tenaient certainement pas à finir embrochés dans un port. Et le silence rompu par les quelques bruits de lame fut à nouveau déchiré par une nouvelle question, cette fois-ci provenant de son adversaire. Un peu désarçonné par le contenu, Irwin ne mit cependant pas beaucoup de temps à se remettre de ce qu’il semblait avoir compris. Sans perdre de sa férocité au combat, il poursuivit le duel, peut-être même plus durement qu’avant. « Pirate, hein ? » Juste une confirmation… Juste une confirmation pour relâcher toute sa colère, pour ne même plus chercher à comprendre quoique ce soit, peut-être pour réaliser qu’il venait peut-être de trouver celui qu’il cherchait depuis longtemps. Une telle « coïncidence » aurait été probablement bien trop belle mais c’était une possibilité… Pourtant, il ne se sentait plus vraiment d’humeur à poser une quelconque question, il était déjà bien trop concentré sur le duel pour réellement s’inquiéter de davantage. Le monde aurait pu s’écrouler autour de lui que cela ne changeait rien. Bien que personne ne puisse le voir, son visage s’était fermé et, à nouveau, la mort accompagnait ses pas. Peut-être aurait-il mieux valu profiter de l’ombre pour ne pas dévoiler ses affiliations, mais si son adversaire pensait lui faire peur en lui révélant qu’il était pirate, c’était raté. Bien au contraire, il venait probablement de signer son arrêt de mort. Du moins, après quelques questions. Commençant à se prendre véritablement au combat, les assauts d’Irwin se firent plus puissants, jouant sur la force, mais également sur la surprise de coups « nouveaux », brisant la rythmique plutôt calme et presque routinière qui s’était installée jusqu’à maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Ambre Bellamy
Admin/Fondatrice
avatar

Date d'inscription : 10/07/2011
Messages : 999

MessageSujet: Re: Mauvaise pioche (pv Irwin Saw)   Mar 25 Déc - 19:40

Le rythme du combat s’accélérait, et les mouvements de son adversaire se faisaient moins prévisibles, plus aléatoires, comme une fausse note au milieu d’une mélodie. Ambre savait que le moment n’était pas au repos et qu’elle ne pouvait se permettre une seule erreur. Elle tâchait de répondre aux coups sans trop de fatiguer, attendant le moment opportun pour frapper, elle savait très bien que sa force était limitée et que son endurance en pâtissait, il fallait donc qu’elle continue de jouer sur l’esquive et la rapidité si elle voulait avoir une chance. Elle ne répondit pas à la question rhétorique du capitaine, il n’y avait évidemment aucun besoin qu’elle le fasse. Elle aurait bien sûr pu expliquer que techniquement elle n’avait pas vraiment de navire et que donc cette appellation était parfois quelque peu contestée mais ce n’était pas spécialement dans son intérêt, le duel était bien trop engagé pour que cela change quelque chose à la hargne adverse.

Elle ne comprenait en effet pas la rage qui semblait le motiver. Elle avait déjà vu des hommes combattre de la sorte, et elle-même l’avait déjà fait, et c’est souvent sous l’effet d’une haine dévastatrice, or il ne lui semblait pas le connaître, elle n’expliquait donc pas cette colère, qui l’inquiétait quelque peu… Elle ne se démontait pas pour autant et évitait la morsure de la lame, du coup jusqu’à présent.

Les hommes de l’équipage semblaient en avoir terminé avec les autres intrus, ses poursuivants, car ils revenaient vers le centre du pont et elle vit du coin de l’œil que certains observaient le duel. Ils avaient l’air prêt à intervenir à tout moment et elle se doutait que seul le manque d’ordre de leur capitaine les empêchait. Quoiqu’il en soit, si celui-ci se réfugiait du côté de la lâcheté, elle était au moins débarrassée des marins qui l’avaient poursuivi, et elle pouvait espérer filer d’ici si les choses tournaient mal. Presque instinctivement elle repérait les distances qui la séparait du bastingage et les hommes qui gênaient son chemin jusqu’au grand mât. Elle ne comptait pas s’enfuir comme une froussarde, mais pourquoi rester si la seule autre issue possible était la mort ou l’humiliation ? (Car d’une certaine manière, à ses yeux les deux se rejoignaient, l’une signifiant la défaite physique l’autre celle de l’esprit).

La simple idée de perdre la fit frémir. Échouer ? Ici ? Au milieu d’inconnus, suffisamment belliqueux pour chasser des intrus à coups d’épées, en pleine nuit dans l’obscurité et qui plus à terre ?! Non, hors de question, elle avait déjà contourné d’obstacles pour que tout s’arrête maintenant. Et puis quoi ? Quand elle souhaitait mourir personne n’était là pour l’exaucer et lorsque la vie redevenait attrayante il faudrait qu’elle le paie de son sang ? Indignée par le hasard des choses, Ambre se ressaisit soudain, portant des coups plus dangereux et plus rapides. Elle ne voulait pas laisser un seul instant de répit à son adversaire, il était après tout à moitié responsable de la situation (oui elle avait un sens du mot « responsabilité » qui lui était propre et qui jusque-là l’avait toujours parfaitement arrangé).

La situation ne pouvait pas durer ainsi éternellement, même s’il lui semblait que le temps s’était arrêté. Elle ne souvenait plus si elle avait sorti son épée il y a une minute ou une heure, rien ne bougeait depuis. Elle commençait à se fatiguer, ses bras se faisaient douloureux à force d’être crispés, et ses jambes, jusqu’à présent prête à réagir à la moindre alerte, s’engourdissaient. Même s’il ne le laissait pas paraître, elle devinait que les muscles de son adversaire étaient dans le même état, il ne pouvait en être autrement à moins de disposer d’une force surhumaine, et il avait pour le moment l’air on ne peut plus humain…

Brusquement excédée par ce combat vain, elle décida d’y mettre un terme le plus vite possible et fendit l’air de sa lame sans crier gare. Le coup était presque suicidaire, car elle était totalement exposée, mais aussi rapide et inattendu, et il marquerait la victoire s’il atteignait sa cible…



[HRP] Désolée je mettrai moins longtemps la prochaine fois !

_________________
____________________________

Fiche & mémoires
Revenir en haut Aller en bas
http://dearmad.forumgratuit.org
Irwin Saw

avatar

Date d'inscription : 09/07/2012
Messages : 78

MessageSujet: Re: Mauvaise pioche (pv Irwin Saw)   Ven 11 Jan - 9:10

Il était difficile de dire pourquoi Irwin se battait encore avec autant de colère et de haine face aux pirates. Dans ces moments-là, son équipage lui-même ne le reconnaissait pas vraiment, mais, il fallait l’admettre, il était rare de reconnaître quelqu’un alors qu’il était plongé dans la fureur de la bataille. La lutte pour la survie était quelque chose qui pouvait changer un Homme très facilement et côtoyer la Mort n’encourageait pas à ne pas tout donner pour l’éviter un jour de plus. Pourtant, depuis qu’il s’était juré de retrouver celui qui avait tué sa mère et sa sœur, la colère qui l’animait à l’encontre des autres pirates n’était pas simplement qu’une simple affaire de survie. Il recherchait avec beaucoup de zèle celui qui était responsable de la destruction de tout ce qu’il avait aimé jusqu’alors et, surtout, qui avait finalement changé le cours de sa vie, et même s’il appréciait cette vie de « piraterie », à voguer sur les océans, il n’en restait pas moins qu’il ne faisait que passer chacun des jours de sa vie à pourchasser un fantôme insaisissable qui devait payer ses forfaits. Le fait de ne pas arriver à mettre le grappin dessus exaspérait Irwin au plus haut point mais il n’y avait rien de mieux à faire que de continuer à chercher les indices, à tenter de le rattraper en donnant toute la voilure et en espérant, à chaque fois, aborder le bon navire. Il savait qu’un jour il y arriverait et que le pirate qui tomberait entre ses mains serait celui qu’il cherchait depuis si longtemps. Quant aux autres… Même s’il n’avait personnellement rien contre eux, la loi de la piraterie était suffisamment claire et les Hommes suffisamment imprévisibles pour savoir qu’un bon pirate était un pirate mort si l’on ne voulait pas finir avec une épée dans le dos.

Le combat commençait à s’éterniser. Son adversaire était bon duelliste et il était difficile de dire si l’un des deux s’en sortirait indemne. D’un regard rapide, le Capitaine du Némésis s’était rendu compte que son équipage avait terminé sa tâche et observait le dernier combat qui animait le pont. Il n’avait pas vraiment besoin de les appeler à la rescousse, comme l’aurait fait ce bon vieux lâche qui lui avait servi de capitaine, il y a de cela longtemps maintenant. Bien entendu, ils n’auraient pas hésité un instant à user de l’acier s’il le leur demandait mais s’il devait faire face à sa Némésis un jour, mieux valait qu’il soit certain de pouvoir le battre et cela passait, notamment, par l’opposition des compétences avec d’autres bretteurs. Il risquait bien entendu de mourir mais, jusqu’à présent, sa haine et son envie de vengeance avaient suffi pour lui permettre d’écraser ses adversaires. Il fallait peut-être croire que ce n’était pas toujours suffisant, malgré les compétences d’escrime qu’il avait développées avec le temps et l’entrainement. Tandis que le combat se poursuivait, les mouvements se faisaient plus saccadés, plus lourds, moins précis. Chacun des deux participants était endurant mais pas au point de pouvoir mener un long combat sans perdre en efficacité. Il y aurait bientôt une fin à l’affrontement, mais il était difficile de dire de quel côté pencherait la balance. Essayant de continuer à travailler son jeu de jambes afin de surprendre son adversaire par quelques coups savamment dispensés, mais rien n’y fit. Pour ainsi dire, c’était la première fois qu’il avait autant de difficulté à se défaire d’un ennemi. Il fallait avouer que l’obscurité n’ajoutait pas vraiment de la facilité à l’exercice qu’ils menaient tous les deux. Qu’importait les obstacles de toute façon, il devait impérativement parvenir à la déstabiliser.

Peut-être impatient d’en finir l’inconnu qui avait abordé son navire tenta un coup rapide, puissant qui surprit Irwin par sa nature quelque peu « suicidaire ». Ne s’attendant pas à ce qu’elle se découvre ainsi dans un coup risqué, il n’eut que le temps de parer maladroitement la frappe qui lui arracha le sabre des mains qui alla choir sur le bois du pont dans un tintement métallique distinct. Sans laisser le temps à son adversaire de comprendre qu’il venait de réussir un tour de maitre, Irwin s’engouffra dans l’ouverture laissée par la frappe et utilisa ce qu’il lui restait : ses mains et ses pieds. Agrippant la main d’épée de celui qui venait de le désarmer, il la frappa d’un coup de genou au niveau du poignet pour lui faire lâcher prise sur son avantage avant de violemment le repousser de tout son corps vers l’arrière. Ce n’était très certainement pas des méthodes de gentlemen mais il n’en était pas un, ne l’avait jamais été et ne le serait probablement jamais, chose qui lui convenait parfaitement jusqu’à maintenant. Tandis qu’il faisait face à l’intrus, le souffle court, sans sabre à portée de main, il se demanda si ce dernier allait continuer maintenant qu’il se retrouvait sans lame lui aussi. Se battre à mains nues n’avait rien de « propre ». « Il est peut-être temps de reconsidérer vos options, non ? » Puisque les lames étaient au sol, le silence était revenu sur le pont, du moins avant qu’Irwin ne le rompe sans quitter son adversaire des yeux. Les lames n’étaient plus dans leurs mains mais, il était encore possible d’essayer de les récupérer. Aussi, mieux valait ne pas se laisser surprendre si l’abandon ne semblait pas une solution acceptable pour celui qui faisait partie des rares à pouvoir lui tenir tête au sabre.

[HRP : Pas de souci, je suis moi-même pas mal occupé ^^’]
Revenir en haut Aller en bas
Ambre Bellamy
Admin/Fondatrice
avatar

Date d'inscription : 10/07/2011
Messages : 999

MessageSujet: Re: Mauvaise pioche (pv Irwin Saw)   Mar 19 Fév - 22:03

Elle eut un air peiné. La parada l’avait surprise et désarçonnée et avant qu’elle ait eu le temps de comprendre ce qui lui arrivait elle se retrouvait avec le poignet douloureux, et qui plus est, sans armes. Elle se frotta l’avant-bras calmement. Au moins, son adversaire était désarmé aussi, mais elle aurait été plus rassurée si c’était le cas de l’équipage. Reconsidérer ses options était en effet une bonne idée…
Se battre à mains nues était exclu, elle risquait de passer par-dessus bord d’un simple coup de poing visant à lui faire perdre l’équilibre, et elle n’avait aucune envie de montrer que ni son poids ni sa force ne lui permettait ce combat. Mais diable ! Elle n’avait aucune envie de finir trempée. Elle envisagea durant une fraction de seconde que l’effet de surprise pourrait l’aider si elle frappait un homme de l’équipage et non le capitaine, mais elle préféra renoncer au projet en les voyant l’observer.


« Hmm… Je pense qu’on pourrait aisément qualifier la situation d’ex aequo, par conséquent, si vous aviez un semblant d’honneur, vous me laisseriez partir sans baignade forcée en échange de quoi je m’engage à disparaître le plus vite et le plus discrètement possible… »

Cependant, elle doutait sincèrement d’avoir à faire à un homme d’honneur. Elle était presque certaine d’avoir à faire à des flibustiers, bien que l’idée de ne pas connaître ce navire tout en étant à Achaladh même ne l’enchantait pas. Et le seul pirate qu’elle connaissait se battant avec une once d’honneur n’était certainement pas dans le coin.
Il lui fallait donc trouver un plan de secours, tout le problème résidant dans le fait qu’elle voulait absolument récupérer son épée avant de s’éclipser : c’était toujours celle que Willow lui avait offerte et le rare objet auquel elle tenait. Oh puis après tout… A quoi bon réfléchir ? Ses prévisions se révélaient rarement exactes et elle finissait toujours par improviser, alors autant commencer tôt que tard. Elle avança d’un pas.


« Vous permettrez, je souhaiterai récupérer mon épée avant de m’en aller, je vois que vous en avez à profusion ici… Pêcher est donc si dangereux ?»

Certains des marins avaient en effet placés leur main sur la poignée de leur arme quand elle avait avancé, quant à la référence à la pêche, elle était évidemment moqueuse, le navire n’était évidemment pas construit pour la pêche, elle espérait que son interlocuteur était suffisamment fin pour s’apercevoir qu’elle doutait de l’honnêteté de ses activités. Bien sûr, elle aurait pu clairement poser la question, mais qui aurait la folie de répondre « oh bien sûr nous sommes pirates » à un inconnu, d’autant que des gardes n’étaient potentiellement pas loin… Bon, certes elle aurait pu le faire elle, mais ses notions de prudence et d’à propos laissaient à désirer.

« A propos, j’ignore toujours votre nom et celui de votre bâtiment, le mien est Bellamy, si par hasard il vous siérait de le connaître. »

Elle n’avait pas bougé depuis l’avancée esquissée pour retrouver sa lame. C’était comme être en présence d’animaux sauvages ou mal dressés, le moindre mouvement brusque et tout pouvait devenir très dangereux.
Une légère brise se levait, mais l’aurore était encore loin. Elle ne distinguait toujours pas précisément les traits du capitaine, ce qui commençait à l’agacer. Il ne manquerait plus qu’elle ne le reconnaisse pas dans la rue !



_________________
____________________________

Fiche & mémoires


Dernière édition par Ambre Bellamy le Sam 2 Mar - 14:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://dearmad.forumgratuit.org
Irwin Saw

avatar

Date d'inscription : 09/07/2012
Messages : 78

MessageSujet: Re: Mauvaise pioche (pv Irwin Saw)   Ven 22 Fév - 14:26

Pour un peu, Irwin n’était pas certain que l’absence de sabre eut été un véritable problème pour continuer le combat si son adversaire l’avait désiré, toutefois, une fois désarmé, celui-ci ne sembla pas chercher à tout prix à récupérer son arme, peut-être à cause des matelots qui s’étaient rassemblés plus ou moins autour d’eux et qui, eux, étaient toujours armés. Avaient-ils craint quelque chose pour lui lorsqu’il s’était fait désarmer ? La question avait le mérite d’intéresser le pirate qui, il fallait l’admettre, perdait très rarement ses duels. Les conditions n’étaient pas idéales pour se battre, mais, tout de même, ce n’était pas habituel. C’est peut-être cela qui délivra – en quelque sorte – le Capitaine du joug de sa colère. Quoiqu’il en fut, un peu plus loin des pensées meurtrières qu’il pouvait avoir à l’esprit quelques minutes plus tôt, l’esprit échauffé s’était assagi, du moins pour quelques minutes. Si le combat reprenait de plus belle, il y avait fort à parier que ses ressentiments referaient rapidement surface, pour le meilleur ou pour le pire. Mais au silence qui succéda la fin de l’affrontement – ou sa pause momentanée – ce ne fut pas des actes qui suivirent mais simplement des mots. Sans toutefois perdre son attention, Irwin continua de s’assurer de la position de sa lame avant de s’intéresser davantage à ce que son adversaire avait à dire à présent. Reconsidérer les options était une nécessité, à la fois pour lui comme pour l’inconnu qui se trouvait sur son navire, pourtant il n’était pas certain de vouloir laisser filer cet homme. Pourquoi ? Simplement parce que rien ne lui disait qu’il n’était pas celui qu’il cherchait, celui qui avait assassiné les siens et qui lui filait toujours entre les doigts. L’ironie aurait été au rendez-vous si cela avait été le cas, mais sans apprécier celle-ci, l’occasion aurait alors été trop belle…

Le « marché » qu’on lui proposa semblait suffisamment honnête mais, entre pirates, il n’avait pas spécialement souvent entendu parler d’honneur. Lui-même semblait l’avoir laissé à côté des tombes de sa mère et de sa sœur, mais, après tout, lorsqu’on devenait un pirate, on apprenait rapidement que seule la survie et les richesses ainsi que les manières de la dépenser étaient les seules choses importantes dans ce bas-monde et que, l’honneur, allait bien souvent à l’encontre de la survie. Pourtant, si Irwin était devenu un pirate, ce n’était pas pour en devenir un, mais simplement car c’était là le meilleur moyen pour atteindre celui qu’il continuait à chercher. Sans ce rôle de Capitaine, il aurait certainement vécu comme n’importe quel homme, avec honneur, dignité, subvenant aux besoins de sa famille et des siens comme chaque père de famille aspirait à le faire. Tandis qu’il réfléchissait encore, un peu perdu dans ses pensées, un mouvement, ou plutôt, plusieurs mouvements le ramenèrent à la réalité. L’inconnu avait esquissé un pas vers sa lame et l’équipage ne s’était pas privé d’exprimer, d’une certaine façon, son désaccord. Les propos que ce dernier rajouta pour justifier son geste fit sourire Irwin. Au moins, il n’était pas trop stupide. Le bateau n’avait rien d’un navire de pêcheur mais il avait senti l’amusement dans les mots de son adversaire. « Les poissons que nous ferrons savent se défendre avec férocité, rendant l’exercice plus dangereux qu’un autre. » Il avait répondu sur un air très sérieux, mais, après tout, ce n’était pas tout à fait faux. Même s’il avait poursuivi dans la métaphore de la pêche, il se doutait parfaitement qu’il comprendrait ce qu’il avait voulu dire par là. Quand il en profita pour lui annoncer son nom, ajoutant qu’il apprécierait connaître celui d’Irwin et de son bâtiment, le Capitaine du Némésis se détendit un peu.

Ce n’était pas l’homme qu’il cherchait. Certes, c’était bel et bien un pirate, à ne pas en douter, mais cela avait beaucoup moins d’importance et, pour le coup, le laisser partir était une proposition tout à fait acceptable. Jetant un regard vers ses hommes, il leur fit signe de se détendre eux aussi et tous ceux qui avaient porté la main à leur sabre se détendirent à leur tour. « Vous êtes sur le Némésis, Bellamy. Et je suis le Capitaine Saw. » Il y avait des chances pour que ce nom lui dise quelque chose mais il n’était pas du genre à se « vanter » de son surnom, qui plus est, il trouvait très pompeux de se présenter comme le Flamboyant, qui était plutôt une façon dont les gens parlaient de lui plus qu’un « titre ». Faisant quelques pas nonchalants vers sa lame, il en profita pour autoriser son adversaire à faire de même. Rengainant avant de refaire face à ce dernier, il revint sur les premiers propos qu’il avait lancé. « L’honneur est une chose dont peu s’encombrent de nos jours… Toutefois j’imagine que je ne perds rien à vous laisser descendre par la grande porte. Après tout, je n’ai rien à vous reprocher, hormis peut-être de vous être trouvé, sans autorisation, à bord de mon navire. » Apparemment, il n’en était même pas responsable, du moins à en juger par le petit comité qui le suivait et dont le sort avait été réglé par ses hommes un peu plus tôt. Qui plus est, s’il était possible de ne pas attirer l’attention dans cette direction, cela vaudrait certainement mieux pour eux deux, car les gardes ne feraient certainement aucune distinction, navire ou pas navire.
Revenir en haut Aller en bas
Ambre Bellamy
Admin/Fondatrice
avatar

Date d'inscription : 10/07/2011
Messages : 999

MessageSujet: Re: Mauvaise pioche (pv Irwin Saw)   Sam 2 Mar - 16:27

Capitaine Saw, Capitaine Saw, elle avait déjà entendu ce nom. N’était-ce pas celui qui coulait à peu près tout ce qui bougeait, navire pirates inclus ? Il lui semblait qu’on lui avait rapporté ce genre d’histoires à son sujet, mais elle n’en n’aurait pas juré. En tous cas elle était sûre et certaine que son surnom avait un rapport avec le feu, quelque chose du genre l’Enflammé ; et s’il avait gagné celui-ci grâce à la hargne avec laquelle il combattait, elle ne pouvait qu’admettre qu’il était bien trouvé. Quoiqu’il en soit, son attitude ne paraissait plus aussi hostile que précédemment, et Ambre ne s’inquiétait plus outre mesure de pouvoir quitter le navire en entière (l’idée lui avait traversé l’esprit quand elle avait inconsciemment compté le nombre des lames de matelots).

« Eh bien dans ce cas, je vous remercie de votre amabilité et de votre hospitalité… Je ne vais pas m’installer plus longtemps … »

Elle se dirigea cette fois sans hésitation vers son épée, qu’elle remit immédiatement après l’avoir ramassé dans son fourreau, afin de ne pas réveiller de suspicion particulière parmi les hommes d’équipage. Elle porta sa main au haut du crâne pour signifier son congé, espérant que le geste se comprendrait dans la pénombre, et se dirigea à pas feutrés vers le côté du pont jouxtant la jetée, mais un bruit l’arrêta.

Des pas sur la jetée, mais pas un homme, ni deux, au moins une dizaine ou une vingtaine ! Maintenant des voix se devinaient, volontairement basses, peut-être espérait-on rester discret malgré le nombre ?

Ambre se pétrifia sur place, ralentissant même son souffle pour mieux entendre. Les hommes de l’équipage s’étaient tus aussi. Les pas se rapprochaient, mais il était difficile d’évaluer correctement la distance, peut-être étaient-ils même encore sur le quai ! Cependant, peu à peu des voix se firent entendre, plus proches. Ambre se retourna vers l’endroit du pont qu’elle venait de quitter, une grimace figée sur le visage.

Sur la pointe des pieds, elle regagna celui-ci, le point où elle se trouvait étant probablement visible de la jetée, elle voulait éviter une rencontre avec un groupe d’individus en pleine nuit, l’hypothèse la plus probable étant que pour être aussi indiscrets, il ne pouvait s’agir que de membres de la Marine Impériale.
Sa pensée se confirma lorsque, cachée par les différents obstacles visuels entre les individus et elle-même, elle entendit celui qui dirigeait visiblement le mouvement dire à voix basse :


« Vérifiez tout le bâtiment, il ne doit pas être loin, ce contrebandier ne connaît pas bien Achaladh d’après ce que j’ai compris… »

Contrebandier ? Ce n’était quand même pas d’Isobalt l’ancien qu’ils parlaient ? Le vieil homme avait à moitié cesser ses activités, et se contentait de traverser de temps en temps l’océan, quand sa santé le lui permettait, avec éventuellement quelques passagers recherchés à son bord, comme il l’avait fait avec Ambre. Ou bien était-ce le navire hostile qu’elle avait traversé ? Cela expliquerait pourquoi il était si bien gardé et l’animosité qui avait saisi les marins…

Mais sa priorité n’était pas du tout de connaître ce qui serait le lendemain le dernier ragot du port, et Ambre pensait avant tout à sa propre sécurité, et les gardes de la Marine restant au port avaient au moins entendu une fois son signalement, son physique était décidemment handicapant.

Elle retourna vers la silhouette du Capitaine Saw et glissa dans un murmure presque imperceptible, masquant l'angoisse dans son ton :


« Je vais devoir abuser de votre hospitalité un peu plus longtemps que prévu… »



_________________
____________________________

Fiche & mémoires
Revenir en haut Aller en bas
http://dearmad.forumgratuit.org
Irwin Saw

avatar

Date d'inscription : 09/07/2012
Messages : 78

MessageSujet: Re: Mauvaise pioche (pv Irwin Saw)   Dim 10 Mar - 11:48

Au moins l’incident était clos. Et, s’il n’avait pas fait couler le sang ce soir, Irwin se disait que, de toute façon, ce n’était potentiellement que partie remise. Si son invité-surprise était un pirate, il y avait de fortes chances qu’ils se recroisent à nouveau en mer et là, ce ne serait pas comme cette rencontre impromptue au détour d’une nuit de lune pâle. S’il n’y avait aucun bénéfice à tuer le dénommé Bellamy sur son pont, il y en aurait certainement plus à s’occuper de son navire. De toute façon, or ou pas, c’était ainsi que se soldaient ses rencontres avec des pirates en mer et il n’y avait aucune raison pour que cela soit différent avec celui avec qui il venait de croiser le fer. Laissant ses hommes s’occuper du reste, persuadé que l’intrus trouverait de lui-même le chemin vers la sortie, Irwin allait se diriger vers ses quartiers – ou plus exactement sa cabine – afin de reprendre ses activités là où il les avait laissé quelques dizaines de minutes plus tôt avant d’être dérangé dans son travail. Décidément, la vie semblait réserver quelques petites surprises d’un cru assez particulier car il ne s’attendait pas vraiment à livrer un duel nocturne sur le pont de son propre bâtiment en plein milieu du port de l’Empire. Pour un peu, il ne manquait plus que la marine impériale vienne mettre le nez dans ses affaires pour que la nuit soit complète, dans un sens comme dans l’autre. Enfin, de ce côté-là, il y avait normalement pas trop de souci à se faire. Cela faisait peu de temps que le Némésis était à quai et si tous les bateaux devaient attirer l’attention, les pauvres soldats de la marine n’auraient surement pas assez de chaque journée pour jeter un œil à tous les navires qui entraient et sortaient du port. Et puis, finalement, c’était aussi un art de passer inaperçu. En quelque sorte…

Des éclats de voix relativement proches figèrent le Capitaine dans son élan. Il ne comprenait pas ce qui se disait mais une telle animation en pleine nuit n’avait rien de particulièrement engageant, bien au contraire. Un regard vers le quai, d’où semblait venir les voix, il put remarquer que son invité n’était toujours pas descendu, lui aussi probablement inquiété par ce qu’ils venaient tous d’entendre. Alors que ses hommes s’étaient eux aussi arrêtés, hésitant à esquisser le moindre geste, à faire le moindre bruit qui pourrait attirer l’attention. Alors que le dénommé Bellamy faisait demi-tour et se rapprochait à nouveau de lui, Irwin ne put s’empêcher d’esquisser un sourire alors qu’il s’invitait plus longtemps à son bord. Il aurait été particulièrement vil de l’obliger à descendre du bâtiment, sans oublier que cela aurait également inutilement attiré l’attention sur le navire, et donc, ses occupants. D’un signe, il indiqua à ses hommes de faire le nécessaire pour que rien ne soit visible depuis les quais et d’un autre, il indiqua à son invité-forcé à le suivre dans ses quartiers. Poussant la porte de bois qui menait à ceux-ci, il entra dans la grande pièce éclairée sommairement par quelques bougies qui reposaient sur son bureau, baignant dans la lumière une quantité non négligeable d’ouvrages en tout genre dont un était grand ouvert. Le fait que le Capitaine avait quitté ses appartements à la hâte n’échapperait probablement pas à l’invité inattendu. Une fois la porte fermée, il désigna la table à côté de laquelle reposaient plusieurs chaises et sur laquelle reposait une corbeille de fruits particulièrement bien garnie. « Faites comme chez vous. Enfin… Pas trop quand même. » L’expression avait du sens, mais même si ce n’était pas nécessaire, il préférait fixer quelques limites.

C’était par pur intérêt qu’il avait accepté de « protéger » quelques minutes de plus son curieux invité, la courtoisie était de mise mais il ne fallait pas pousser le bouchon trop loin, n’est-ce pas ? Se dirigeant vers son bureau, Irwin entreprit de fermer les livres ouverts avant de les poser en pile puis de les ranger sur les quelques étagères qui ornaient tout un mur de sa cabine. Le nombre d’ouvrages pouvait être impressionnant mais cela faisait plusieurs années qu’il les « collectionnait », apprenant beaucoup des livres où le savoir était particulièrement palpable, notamment en herboristerie. Cela avait sauvé plusieurs de ses hommes de maladie sévère, sans oublier que cela permettait également de gérer les épidémies classiques que l’on pouvait retrouver à bord d’un navire. Ils n’étaient pas la science infuse et le Capitaine n’était qu’un autodidacte, mais, tout de même, tout cela se révélait bien utile. Une fois qu’il eut terminé, il s’installa sur son fauteuil, avant d’espérer que son quartier-maître ne trainerait pas trop à venir lui confirmer qu’il n’y avait plus rien à craindre. La présence d’un inconnu ne le gênait pas vraiment, car il doutait que ce dernier se risquerait à essayer d’attenter à sa vie, mais on ne pouvait pas dire que le Flamboyant était du genre à aimer la compagnie d’autrui, bien au contraire. La sociabilité n’était pas son point fort et il n’avait pas spécialement envie de s’améliorer dans ce domaine. Tapotant doucement sur le bois du mobilier, il attrapa un compas et commença à jouer avec, histoire de passer le temps. Jetant un œil à la carte non loin de lui, il espérait qu’un de ses hommes reviendrait avec un renseignement utile qui pourrait leur permettre de ne pas reprendre la mer à l’aveuglette.
Revenir en haut Aller en bas
Ambre Bellamy
Admin/Fondatrice
avatar

Date d'inscription : 10/07/2011
Messages : 999

MessageSujet: Re: Mauvaise pioche (pv Irwin Saw)   Dim 12 Mai - 16:21

Suivant le Capitaine Saw, Ambre fit son possible pour ne pas avoir l'air trop soulagée. Elle avait été plutôt claire sur ses activités en mer (quoique celles-ci brillaient surtout par leur inexistence ces temps ci), et elle fut reconnaissante de voir que s'il chassait les pirates, c'était essentiellement en combat naval. Comme il l'avait amené devant une table comportant plusieurs chaise, elle en choisit une, assez éloigné du fauteuil sur lequel était assis son hôte.

Elle guettait le moindre bruit de remue-ménage qui lui indiquerait qu'il faudrait littéralement quitter le navire, mais tout semblait calme pour le moment, ce qui paradoxalement la décevait un peu. Cela faisait bien longtemps qu'elle n'avait pas eu d'effroi ou des course-poursuite, sa vie était plutôt paisible et pour être honnête (une fois n'est pas coutume), elle s'ennuyait ces temps ci. Certes, le récent duel faisait partie des événements pimentés de sa vie, mais au final elle s'en était tirée indemne ainsi que son adversaire et tout cela avait pris la teinte d'une répétition pour un combat futur. Elle attendait en ce moment. Quoi ? Elle ne savait pas trop mais sa vie ressemblait à une longue attente d'une aventure ou d'un but marquant, car depuis qu'elle avait étanché sa soif de vengeance, la piraterie à terre n'avait plus grand chose d'amusant, il n'y avait qu'à voir comment les autres forbans la considéraient et à se rappeler le premier discours Andrew quand elle l'avait rencontré. Le silence lui pesant -elle se sentait totalement étrangère dans cette cabine- elle ne put s'empêcher de faire remarquer à voix basse :


« Beaucoup de livres pour un pirate non ? »

Oui elle ne machait pas ses mots et si rien n'avait été dit ouvertement, elle savait pertinemment que le Capitaine Saw était un flibustier. Cela dit la phrase avait été lâchée simplement, sans critique ni curiosité, comme un simple constat. Ce n'était en fait pas si étonnant qu'un pirate soit cultivé ou savant, elle était la première à le savoir et le souvenir douloureux de ses leçons d'histoire lui apparut brièvement.
Elle enchaîna sans attendre réellement de réponse à sa première question ni sans réfléchir à ce qu'elle disait :


« D'ailleurs, vous avez commencé par chasser les pirates ou vous en êtes devenu un avant ? »

Eh oui, elle savait au moins cela sur lui alors qu'elle doutait qu'il ait entendu parler d'elle, ce qui n'était peut-être pas plus mal. De toute façon, tous ceux qu'elle avait connu du temps où elle naviguait sur l'Ombre et où on l'appelait encore Capitaine l'avaient oublié, ou avaient disparu, coulés par la Marine. L'océan lui manquait ces derniers temps. Bien sûr elle était toujours près de lui, sur des ports, sur des navires étrangers, mais cela faisait si longtemps qu'elle n'en avait pas été maître qu'elle en oubliait presque la sensation. Et puis... A quoi bon avec un pacte avec l'Océan lui-même si c'était pour rester à terre ? Elle songeait sincèrement à un moyen de récupérer un navire.
Malheureusement, si ce n'était pas difficile d'obtenir un bateau rapidement, trouver des hommes dignes de confiance et qui la respecteraient prendrait du temps, au moins celui nécessaire à ce qu'ils fassent connaissance... Elle s'empêcha de repenser à ses anciens compagnons disparus, elle s'était toujours interdit la nostalgie qui ne menait à rien sinon l'apathie.

Elle leva les yeux vers le capitaine -elle fixait jusqu'ici la corbeille de fruits sans grand intérêt- et en profita pour le détailler, elle n'avait aperçu que sa silhouette à l'extérieur. Le surnom du « Flamboyant » prenait enfin tout son sens et elle constata presqu'avec un sourire que c'était probablement la personne avec le physique le plus singulier qu'elle avait rencontré ces derniers temps, si on excluait les artifices de Metis Adhbreith. Comme Ambre avait conscience que son regard écarlate pouvait parfois gêner ses interlocuteurs, elle finit par le détourner, pour retourner vers la corbeille de fruit.

Finalement, si « Flamboyant » était un bon sobriquet, elle était ravie que le sien ne vienne pas de son apparence car au vu de l'imagination des pirates, elle aurait de se retrouver avec une drôle d'étiquette...



HRP:
 

_________________
____________________________

Fiche & mémoires
Revenir en haut Aller en bas
http://dearmad.forumgratuit.org
Irwin Saw

avatar

Date d'inscription : 09/07/2012
Messages : 78

MessageSujet: Re: Mauvaise pioche (pv Irwin Saw)   Sam 25 Mai - 18:40

Le silence qui régnait dans la cabine pouvait être légèrement décontenançant pour les deux pirates. A vrai dire, il était très rare que deux d’entre eux partagent le même lieu sans que cela ne finisse dans une mare de sang ou de manière plus explosive. Irwin espérait que cette situation terminerait rapidement, mais, hélas, lorsque les gardes de la marine faisaient des descentes sur les quais, ils ne lâchaient pas aussi vite le bout de gras. S’ils cherchaient quelqu’un, ils retourneraient surement la plupart des bastingages avant de retourner à la caserne, à moins qu’ils ne trouvent leur poisson avant ou quelque chose d’autre, de tout aussi intéressant, comme, par exemple, deux pirates. Bien entendu, le Capitaine n’était pas convaincu que ces gardes parviendraient à faire leur chemin jusqu’à sa cabine. Son équipage, bien qu’en effectif réduit pour la soirée, serait parfaitement capable de s’occuper de ces marins officiels. Hélas, ce n’était pas souhaitable car cela impliquerait de devoir larguer rapidement les amarres et il préférait rester discret. Une solution qui ne lui convenait guère étant donné qu’il n’avait pas encore trouvé ce qu’il cherchait ici. Peut-être le trouverait-il ce soir, mais, pour cela, il devait attendre le retour de ses hommes et ce ne serait pas une mince affaire si les officiels locaux se rendaient compte de sa présence dans leur port. Assis sur son fauteuil, il leva un regard en direction de son invité lorsque celui-ci lui fit remarquer qu’il y avait beaucoup de livres pour un pirate. « Certains feraient mieux d’avoir un peu plus de lecture dans leur cabine, cela ne leur ferait certainement pas de mal. » Si c’était un moyen de savoir à quoi il s’intéressait, c’était raté, pour le reste, il pensait effectivement que la lecture ne ferait pas de mal à ces forbans qui, s’ils n’étaient pas des incultes, auraient bien mieux à faire dans une bibliothèque qu’à piller, violer et tuer des innocents.

Quant à sa question concernant le fait de savoir s’il était devenu un pirate avant de commencer à les chasser, il haussa les épaules. Il n’était pas ici pour parler de ses motivations, ni même de son passé. Si son invité forcé se posait des questions, ce n’était clairement pas à lui d’y répondre. Irwin savait qu’il avait déjà une petite réputation, après tout, on ne passait pas plusieurs années à chasser et tuer des pirates, à aborder et couler des navires sans attirer l’attention et les questionnements. Cela ne lui valait d’ailleurs pas la clémence de la Marine, puisque, de temps en temps, il ne se gênait pas pour prendre d’assaut quelques navires marchands, même si cela restait assez sporadique. Mais, après tout, il fallait bien parfois contenter l’équipage quand les pirates se faisaient plus rares, sans compter qu’Irwin cherchait un pirate particulier et pas seulement tous ceux qui pouvaient lui passer sous la main. « Je suis sur que les histoires qui parlent de moi doivent répondre à votre question. » Il avait cessé de jouer avec son compas avant de le reposer à son emplacement original. Le regard de son invité le perturbait un peu, mais, après tout, il avait vu bien pire et ce n’était clairement pas une peau claire et des yeux rouges qui lui feraient froid dans le dos d’une manière ou d’une autre. Lui-même était considéré comme un Salamandre, ce qui poussaient généralement les gens à se méfier de lui, une chose qui lui convenait plutôt bien, même si, bien entendu, tout était faux. Du moins, à sa connaissance il n’avait jamais développé les caractéristiques de ce peuple. Une chose qui n’était pas pour lui déplaire car il devait admettre qu’il avait également une certaine rancœur vers cet homme qu’il n’avait jamais connu et qui aurait surement pu les aider avant le drame.

Posant un regard vers la corbeille de fruits qui trônait non loin de Bellamy, il préféra changer de sujet. S’ils devaient tourner autour de son histoire jusqu’à ce qu’il soit possible pour son invité de repartir, il doutait sincèrement de pouvoir rester suffisamment calme pour que cela ne dégénère pas. « Servez-vous si vous le désirez, ils sont là pour être mangés de toute façon, pas que pour la décoration. » Ce genre de choses était un luxe lorsqu’on était sur un navire. Les fruits finissaient par tourner rapidement et si on pouvait en profiter au début d’une traversée, la fin était généralement beaucoup moins intéressante gustativement même si le cuisinier du Némésis était capable de faire certaines merveilles. A terre depuis quelques jours, il était beaucoup plus facile d’avoir des fruits frais dans une corbeille tous les jours mais cela ne durerait pas de toute façon, Irwin le savait et son équipage également. Eux aussi profitaient allègrement des plaisirs de la terre ferme mais l’océan les appellerait tôt ou tard et il arriverait bien un moment où il faudrait quitter tout cela pour la rigueur de la vie en pleine mer, une rigueur certes, mais beaucoup plus agréable que de moisir dans un port. « Vous passez souvent vos nuits à sauter de navire en navire avec des gros bras sur les talons ? » Assis dans son fauteuil, le Capitaine se demandait néanmoins ce qui pouvait pousser un pirate à passer de navire en navire en pleine nuit, poursuivi par d’autres forbans, pas nécessairement plus agréables que lui.
Revenir en haut Aller en bas
Ambre Bellamy
Admin/Fondatrice
avatar

Date d'inscription : 10/07/2011
Messages : 999

MessageSujet: Re: Mauvaise pioche (pv Irwin Saw)   Sam 8 Juin - 15:35

La scène lui semblait étrangement en dehors du temps, ce qui la faisait paraître à la fois d’une longueur extrême et très éphémère. Ambre ignorait l’heure de la nuit qu’il pouvait être, et elle avait l’impression que sa rencontre avec les inamicaux « marchands » du navire qu’elle avait traversé datait d’il y a plusieurs heures. Le duel avec le Capitaine Saw avait brouillé ses repères temporels, et la situation ne faisait rien pour les améliorer.
Son interlocuteur était plutôt taciturne, ce qu’elle pouvait aisément comprendre. Elle-même ne parlait que d’un ton badin, car il était rare que deux pirates se retrouvent dans la situation des commères de Caerwyn pour discuter des derniers ragots. Les rencontres à l’amiable se passaient bien car les forbans avaient toujours un but précis, or ici, il n’était question que d’attendre le départ de la Marine.
Pas étonnant donc, que Saw n’apprécie pas qu’on parle de son passé. Les sujets trop personnels n’était jamais les bienvenues dans les réceptions de salon. Celle-ci ne manquait d’ailleurs que de thé. Le regard d’Ambre revint vers la corbeille de fruit tandis que son hôte forcé y faisait allusion.


« Non merci, je n’ai pas faim. »

Ce constat l’étonna d’ailleurs. Elle n’avait sans doute pas mangé depuis plusieurs heures. Elle se demandait ce qu’il était advenu de son contrebandier, car visiblement le Némésis n’était pas la cible de la Marine. Elle comptait sur la paresse des officiers et l’heure tardive pour s’en sortir indemne : ils ne devraient normalement pas décider de contrôler tous les navires. Aucun bruit ne venait de l’extérieur, les choses devaient s’être calmées, mais elle n’avait aucune envie de vérifier elle-même et elle préférait attendre l’intervention d’un des pirates. La question du capitaine la fit sourire. La soirée qu’elle passait était en effet singulière, d’autant qu’elle vivait une vie plutôt calme –à défaut de rangée- ces temps-ci.

« Non pas vraiment. D’habitude je me débrouille pour éviter les gros bras. »

Au-delà de l’ironie, ce n’était pas un mensonge. Elle préférait de loin disparaître comme si de rien était que réveiller tous les docks dans une course-poursuite. Ce n’était que suite à l’augmentation e la criminalité dans l’Empire ces temps-ci que le nombre de gardes avait augmenté à Achaladh. Elle s’accommodait très bien des contraintes de la ville auparavant, mais cette nouvelle politique l’obligerait très certainement à faire plus attention. Quelle imbécile orgueilleuse elle faisait à toujours vouloir faire la maligne ! On l’avait désormais aperçu plusieurs fois, et son signalement était connu de pas mal de gardes. Il faudrait qu’elle revoie ses déguisements ainsi que ses couvertures habituelles. Ou qu’elle se trouve un navire. Cela devenait fatiguant de dépendre du bon vouloir des trafiquants ou d’autres flibustiers. La vie devenait rapidement insipide une fois que l’on avait obtenu ce que l’on voulait, et elle était à la recherche d’une nouvelle occupation, car l’ennui la guettait de toutes parts.

« Vous passez souvent par Achaladh ? Je n’ai pas le souvenir d’y avoir vu votre navire, même si je ne passe pas ma vie ici, je connais plutôt bien la ville. »

Evidemment, peu de pirates s’arrêtaient au port impérial. C’était risqué et le jeu en valait rarement la chandelle. On n’y trouvait aucune marchandise rare et que très peu d’informations, à moins de savoir où chercher. Bref, le seul intérêt de la ville était le ravitaillement, ce qui laissait penser que le Némésis ne resterait pas longtemps à quai.



_________________
____________________________

Fiche & mémoires
Revenir en haut Aller en bas
http://dearmad.forumgratuit.org
Irwin Saw

avatar

Date d'inscription : 09/07/2012
Messages : 78

MessageSujet: Re: Mauvaise pioche (pv Irwin Saw)   Sam 29 Juin - 22:22

Le silence dans la cabine commençait légèrement à peser sur l’ambiance. Non pas qu’Irwin s’attendait à quelque chose de fondamentalement joyeux, bien au contraire, mais il était évident qu’ils étaient encore tendus et que cela ne changerait certainement pas, même après le départ du pirate qui s’était vu invité à bord pour éviter des ennuis au Némésis et à son équipage restreint. Si la moitié de ses hommes n’avait pas été à terre, dans une taverne, à fêter, boire, manger et saillir quelques femmes, le Flamboyant n’aurait certainement pas hésité à laisser son compromettant colis à quai – quitte à le laisser entre les mains de la Marine – prêt à prendre la mer si nécessaire. Les quelques soldats n’auraient pas pu empêcher le navire de quitter le port. L’alerte aurait été très certainement donnée et peut-être qu’une poursuite aurait eu lieu en mer mais Irwin avait suffisamment confiance dans son navire et ce dernier était suffisamment rapide pour être capable de semer la Marine sur l’eau sans l’ombre d’un doute. Et si abordage il devait y avoir, il faisait suffisamment confiance en ses hommes pour savoir que l’affrontement direct finirait surement en une victoire pour les forbans, même si, histoire de s’assurer celle-ci, le Capitaine ne prendrait aucun risque et s’offrirait certainement une canonnade en règle pour mettre en pièces des poursuivants trop entreprenants. Malheureusement, avec une bonne moitié de l’équipage loin du navire, il n’y avait pas grand-chose qu’il pouvait faire, même si, bien entendu, il pouvait toujours quitter le port si la situation le forçait à le faire. Irwin avait prévu une sorte de protocole d’urgence avec son équipage, impliquant notamment l’abandon de certains d’entre eux sur la terre ferme si nécessaire, mais c’était là une chose qu’il préférait éviter de faire, ne serait-ce que parce que, d’une certaine manière, il appréciait chacun d’entre eux et ils étaient davantage camarades que Capitaine et équipage.

Tandis que son invité refusait de se servir dans la corbeille de fruit, son hôte, lui, jugea bon de se lever et d’aller chercher une pomme afin de trouver quelque chose à faire dans cette situation légèrement bloquée et embarrassante pour l’un comme pour l’autre. Dans d’autres circonstances, il ne se serait certainement pas gêné pour mettre un terme à la vie de ce pirate mais les choses faisaient maintenant qu’il se trouvait dans sa cabine, à discuter de badinage. Attrapant la pomme, il mordit dedans en silence. La réponse de son homologue concernant ses escapades nocturnes n’était pas très intéressante en soi, même si, à son image, ce dernier ne voulait très certainement pas davantage parler de lui. Il aurait été difficile de l’en blâmer pour cela. Que la discussion puisse prendre un réel tournant pour eux deux semblait totalement irréalisable mais c’était loin de gêner le pirate qui espérait simplement que cette situation prenne fin rapidement afin qu’il puisse simplement retourner à ses occupations sans avoir un autre pirate dans les pattes, une situation particulièrement désagréable, d’une manière ou d’une autre, surtout pour lui qui préférait la solitude. Le regard posé sur son drôle de compagnon de fortune, le pirate resta silencieux quelques instants, mordant dans sa pomme tranquillement, réfléchissant à la question qu’on venait de lui poser. Avant une dernière bouchée du fruit, il soupira doucement. « Ce n’est pas la première fois que j’accoste ici, et probablement pas la dernière. L’avantage de ce navire est qu’il passe relativement inaperçu dans la masse entière de ceux qui se trouvent ici. » C’était la vérité, d’autant plus qu’il était assez difficile de le voir comme un navire pirate, même si, potentiellement, n’importe quel navire pouvait en être un. Fort heureusement, la Marine n’était pas sérieuse au point d’effectuer des fouilles de chaque navire.

Le Némésis avait cet avantage de passer quelque peu inaperçu. Suffisamment grand pour être un navire de bonne taille, il ne l’était cependant pas assez pour réellement attirer l’attention là où de plus grands navires comme les frégates ou les galions laissaient généralement rêveurs tous ceux qui jetaient un œil dessus, et qui, n’échappaient pas du tout au regard des soldats impériaux. Se fondre dans la masse était le meilleur moyen de pouvoir effectuer un ravitaillement tranquillement sans avoir à trop craindre d’être découvert. « Et il faut dire que je vais rarement en ville. Bien que cela m’ennuie un peu, je dois admettre que je suis un peu trop « voyant » et reconnaissable aussi je me limite au strict minimum. » Comme, en particulier, ses petites escapades pour récupérer des plantes spécifiques afin de réaliser ses potions diverses et variées et, aussi, mais plus occasionnellement, ses poisons. C’était suffisamment de risques et puis, de toute façon, il n’était pas spécialement fan des divertissements dont son équipage raffolait alors les soirées à terre ne lui manquaient pas le moins du monde. Mordant à nouveau dans le fruit sucré, il regagna sa place dans le fauteuil derrière son bureau. « Et vous ? Vous semblez bien connaître la ville. Je ne connais pas beaucoup de pirates sensés qui passent plus de temps à terre que nécessaire, même si les soldats ne sont pas souvent intelligents, certains finissent souvent par avoir des éclairs de génie. » L’idée que son invité puisse se faire attraper ne l’ennuyait pas du tout, mais, tout de même, un pirate qui passait beaucoup de temps à terre était quelque chose de peu courant, puisqu’ils trouvaient généralement leur bonheur en pleine mer, là où la Marine n’avait pas l’avantage.
Revenir en haut Aller en bas
Ambre Bellamy
Admin/Fondatrice
avatar

Date d'inscription : 10/07/2011
Messages : 999

MessageSujet: Re: Mauvaise pioche (pv Irwin Saw)   Mar 27 Aoû - 17:56


Elle avait l’impression de voir ses propres réponses tendues dans un miroir dans le discours du Capitaine Saw. Depuis quand n’avait-elle pas été obligée de tenir une discussion de la sorte ? Une dizaine d’année peut-être. Il lui semblait que l’ombre de Mathilde la gouvernante planait au-dessus d’elle, lui dictant la bienséance de ses propos. Et pourtant. Pourtant ils étaient deux pirates, qui avaient probablement tués plusieurs hommes chacun, et tout se passait comme dans un salon aristocrate.
Si la situation n’avait pas été si tendue, l’hilarité aurait rapidement envahi l’esprit d’Ambre, qui se contentait de se détacher de ses propos. Ennui, ennui, ennui. Elle regrettait le duel.


« Tant que je trouverai d’aimables confrères hospitaliers, je suppose que je ne risquerai pas grand-chose à terre… »

Elle n’essayait même pas de provoquer le forban, c’était son ton grinçant habituel, un poil exagéré pour que l’on ne confonde pas sa pseudo-politesse avec de l’hypocrisie.
Alors qu’elle finissait de parler, un grattement se fit entendre sur le pont.
Le bruit était trop faible pour témoigner de la présence des soldats à bord, et Ambre attendit qu’il se rapproche de la cabine pour songer à se lever.
Un grattement se fit entendre contre la porte, et sans qu’elle s’ouvre une voix murmura :


« Capitaine, ils sont partis. »

Ambre jeta un regard vers Saw, elle ne sut pas ce qu’elle y lisait et elle finit par se lever silencieusement.

« Bien, je pense que le moment de fausser définitivement compagnie est arrivé. Je suppose que j’ai une dette envers vous pour votre hospitalité. »

* Une double même, pour ma vie * songea-t-elle.

Elle posa la main sur la poignée et entre-ouvrit la porte de la cabine afin de ne pas laisser filtrer la lumière. Le pont semblait désert, mais si on prêtait attention, on distinguait les marins qui s’étaient faits discrets et s’étaient répartis sur l’ensemble du navire, du moins d’après ce qu’elle en voyait.
Ambre tourna la tête vers le Flamboyant pour lui signifier son départ, et l’inclina légèrement comme au revoir. Une convention encore une fois. Tout s’était déroulé comme s’ils étaient des gens d’un même club qui se retrouvent en bonne société. Les règles sociales avaient été respectées, elle finit par disparaître dans la nuit sans demander son reste, avant que le Capitaine Saw décide de tuer le temps autrement.
Etrange soirée, fut la seule conclusion qu’elle put trouver. Pas une seule fois par la suite elle ne repensa à ce qui aurait pu se passer si seulement quelques détails avaient changé les événements.


~ Rp terminé en ce qui me concerne ~

HRP : J'ai fait court et simple, j'ai trop traîné et je n'étais plus suffisamment dedans pour faire un meilleur poste, j'espère que ça ira, j'ai essayé de ne rien dire des actions de ton personnage, à toi de voir si tu veux répondre ou si on arrête là.

_________________
____________________________

Fiche & mémoires
Revenir en haut Aller en bas
http://dearmad.forumgratuit.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mauvaise pioche (pv Irwin Saw)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mauvaise pioche (pv Irwin Saw)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sidney est une mauvaise fréquentation.
» Mauvaise journée... [PV Dorian!]
» [abandonné]En bien mauvaise posture [PV : Ezekiel]
» Une très mauvaise journée...
» Mauvaise matinée [Taylor D.]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tuatha de Dearmad :: Le Passé :: Anciennes aventures-
Sauter vers: