AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Lou Cernia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lou Cernia

avatar

Date d'inscription : 07/02/2013
Messages : 10

MessageSujet: Lou Cernia   Jeu 7 Fév - 20:02

[Je ne savais pas exactement où poster ma fiche, donc si elle n'est pas au bon endroit, n'hésitez pas à la déplacer =) ]

I- Informations essentielles

Nom : Cernia

Prénom : Lou « Patience »

Sexe : Féminin

Age : 20 ans

Espèce : Sorcière Alca (qui s’ignore)

Groupe : Les Familles du Pays d’Or

Métier : Cuisinière/nourrice itinérante


Equipement : Une paire de boucles d’oreille en nacre décorées d’une perle et de fils rouges, un bâton de marche/de défense, une dague, des livres de cuisine, divers ustensiles pour cuisiner, divers jouets en bois et en métal, un briquet à amadou, quelques sachets de plantes séchées, des vivres, un théorbe (archiluth à douze cordes), une rubeba (sorte de vièle à deux cordes), une roulotte tirée par un cheval appelé Seau, des vêtements de rechange et tout le nécessaire pour voyager avec la troupe.

Capacités: Sait se défendre raisonnablement avec son bâton sans être friande de combat pour autant, et est très sensible aux plantes et aux forêts sans en comprendre la raison.

Faiblesse : A peur du noir et ne supporte pas la vue du sang. Est très loin d’être diplomate et déteste parler aux adultes qu’elle ne connaît pas (mais elle adore les jeunes enfants). Perd totalement de vue son environnement lorsqu’elle commence à cuisiner ou à jouer de la musique, ou à traîner dans la forêt.

Particularité : Excepté la teinte particulière de ses cheveux, Patience a une tâche de naissance sur la hanche gauche, ressemblant de très loin à un animal roulé en boule.


II- Physionomie

Assis devant le feu, le musicien regardait celle qui venait d’intégrer leur troupe en tant que cuisinière et nourrice. Installée nonchalamment près du foyer, en train de tourner une grande louche en bois dans une marmite, elle donnait une impression de sérénité qui le poussait à la détailler tant et plus. Elle était plutôt grande pour une femme, presque autant que lui, et d’une minceur peu engageante pour une cuisinière. Si elle-même ne mangeait pas sa cuisine, qui le ferait ? Cependant, le regard ne pouvait être qu’attiré par les cheveux d’un bleu presque violet qui plongeaient jusque ses reins, comme un écho à ses prunelles céruléennes qui semblaient manger son visage. Son nez fin, presque en trompette, lui apportait un aspect enfantin que confirmaient ses lèvres pleines ouvertes sur un sourire rêveur. Au-delà de ça, elle portait des vêtements simples, une robe de monte d’un brun terreux à peine serrée sur sa taille fine, dégageant des poignets délicats et des mains aux longs doigts agiles qu’il savait pourtant couverts de cals dus à la pratique du luth. Les bottes de bonne qualité mais élimées semblaient faites à ses pieds, montrant qu’elle avait l’habitude de marcher. Concentré, il la regarda repousser ses cheveux et exposer une oreille percée par un bouton de nacre rouge et une nuque traversée par une longue cicatrice qui se poursuivait probablement le long de son dos. Cela lui rappelait qu’elle avait l’air de savoir se servir de ce bâton qu’elle emportait partout avec elle, et il avait pu se rendre compte qu’elle n’était pas aussi frêle qu’elle en avait l’air, puisqu’elle pouvait sans problème transporter la lourde marmite pleine d’eau. Entendant la cloche, il poussa un soupir et se releva, s’approchant de la jeune femme qui ferait désormais partie de leur vie quotidienne en pensant qu’elle était finalement plutôt belle.


III- Psychologie

Appuyée sur le chambranle de la porte de l’orphelinat, Selar regarda la jeune femme s’éloigner dans sa roulotte, le regard triste, les sourcils froncés. Il savait très bien pourquoi elle partait. Les gens avaient peur et cela blessait la cuisinière. Celle-ci n’avait jamais beaucoup aimé les gens, comme si elle sentait qu’elle n’était pas à sa place au milieu d’eux. Elle avait d’ailleurs plus d’une fois renvoyé des parents dans leurs pénates quand elle avait l’impression qu’ils ne conviendraient pas aux enfants. Et elle était très loin d’être une grande administratrice. Lire, écrire, elle pouvait s’en sortir, mais compter… La logique des mathématiques passait à l’opposé de sa compréhension. Cependant, elle adorait les enfants, savait les enrouler autour de son petit doigt pour qu’ils fassent ses quatre volontés telle une dresseuse d’ours. Elle cuisinait aussi merveilleusement bien et leur mécène lui avait plus d’une fois répété que ses talents musicaux auraient été spectaculaire si elle n’avait pas été aussi sujette à des changements d’humeurs radicaux, généralement liés à la météorologie. Il faisait beau, elle allait bien, il faisait froid, gare à vous. Quand il y avait des conflits ou une bagarre et que la moindre goutte de sang était versée, c’était impossible de la revoir pendant plusieurs jours et parfois, elle lançait un petit regard déçu quand un enfant refusait de manger quelque chose.
C’était une femme difficile à suivre, mais elle avait mérité ce surnom qu’il lui avait donné lui-même, « Patience ». C’est ce qu’elle ne cessait de dire aux enfants et c’était sûrement la qualité dont elle faisait le plus montre avec eux. Avec lui, d’un autre côté… Non, ça c’était juste son imagination, ça faisait des années qu’il voulait l’épouser et qu’elle le rejetait poliment. C’était probablement la deuxième raison pour laquelle elle était partie, une population effrayée et un ami trop collant… Cela le fit rire avant qu’il retourne gérer les ours hurlants lâchés en liberté dans la pièce adjacente.



IV- Histoire

Un bébé. C’est ce qu’elle avait été pendant longtemps. Tout du moins en avait-elle l’impression. Il semblait qu’elle ait été abandonnée dans le Royaume des Marath, environ une vingtaine d’années auparavant. Laissée sous un arbre à la porte d’une ville, le bébé aux grands yeux bleus avait été recueilli par une vieille femme qui gérait un orphelinat dans les quartiers pauvres. C’était un lieu austère, d’une misère crasse, où la nourriture était fade et l’enseignement digne de celui du séminaire. Toute la journée, les enfants devaient travailler, soit filer la laine, soit broder, soit couper du bois et rendre de menus travaux qui permettaient de financer leur pitance quotidienne. Lou, qui fut nommée ainsi parce que c’était le premier mot qu’elle parvint à prononcer, n’en eut bien entendu pas conscience avant d’être pour la première fois mise à contribution auprès d’un écheveau. Elle se coupa, pleura, fut battue, détesta cela, s’enfuit, fut rattrapée, battue à nouveau avant d’être envoyée en isolement sans nourriture, dans un petit espace sombre. Elle eut l’impression que cela dura des semaines, enfermée dans ce lieu étroit, des pensées sans queue ni tête tournoyant dans son jeune esprit qui ressassait les paroles blessantes qu’elle avait entendu, venant à la fois de l’horrible gouvernante, mais aussi de ses autres camarades. Elle s’était rendue compte que ses cheveux, d’un bleu lavande étonnant, n’étaient pas normaux. Elle savait aussi que la plupart des gens se moquaient des animaux et de la forêt. Cependant, ce genre de pensées ne dure pas longtemps quand il n’y a que cela à faire, et très vite elle en vint à imaginer que les petits bruits qu’elle entendait venaient de quelque chose de bien plus terrifiant et de bien plus horrible que les simples rats que la plupart des autres enfants craignaient. Elle y pensa tant et si bien que lorsqu’elle sortit, à peine deux jours plus tard, elle resta hagarde et saisie de mutisme, sursautant au moindre claquement ou frottement. Et ce fut le potager qui lui permit de s’en sortir.

Elle l’avait découvert en fuyant les autres enfants. Il ne s’agissait alors que d’un petit terrain envahi d’herbes folles et d’arbustes rabougris, mais elle s’y sentit instantanément chez elle. D’abord à la main, puis avec des ustensiles qu’elle vola en cuisine, elle entreprit de lui redonner une nouvelle vie, avec un instinct surprenant qui lui venait d’elle ne savait où, mais qui l’emportait indéniablement et lui faisait oublier son environnement immédiat. Elle ignorait d’ailleurs qu’elle était observée dans l’ombre par un autre enfant qui avait été intrigué, depuis le début, par la lunatique enfant qui avait été amenée pendant la saison chaude. Selar était le fils de la cuisinière, métier difficile avec une gouvernante aussi près de son argent et qui se moquait complètement de la nutrition de ses enfants.

Après de nombreuses semaines d’observation, il finit par l’approcher, dans son potager, armé d’une petite bêche. Il fut tout d’abord en butte à la mauvaise humeur de Lou, qui ne supportait pas que quiconque se soit immiscé dans son jardin secret, colère due également à la peur que les autres, effrayés par son étrangeté. Il leur fallut longtemps pour s’apprivoiser, mais ils profitèrent l’un de l’autre pour grandir, apprendre à lire et écrire, et surmonter les difficultés du quotidien, elle faisant preuve d'une patience à toute épreuve envers les quelques caprices du jeune homme, lui tolérant avec un humour constant ses sautes d'humeur. Ce fut la mère de Selar qui lui apprit à cuisiner, ce qu’elle se prit à adorer, et son père (soldat de métier) qui lui enseigna le maniement du bâton. Ce fut d’ailleurs lors de ces entrainements qu’elle s’évanouit pour la première fois à la vue du sang, chute malencontreuse qui entraîna une blessure profonde qui la marque maintenant des côtes à la nuque.

Les années passèrent ainsi, dans un équilibre incertain, jusqu’à ce que la gouvernante ne succombe à une maladie ou une autre, qui aurait pu se soigner si elle avait été encline à payer un guérisseur. Ce fut à cette occasion que Lou et Selar, alors âgés d’une douzaine d’années, apprirent que les enfants qui avaient disparus de la maison avaient été vendus et que l’orphelinat était loin d’être aussi pauvre qu’il en avait l’air. Les parents du garçon en profitèrent pour reprendre le contrôle, ne demandant plus qu’aux enfants les plus âgés de travailler, leur trouvant des apprentissages, faisant venir un précepteur pour leur apprendre à lire, écrire et compter, simplement rendant la vie de tous les orphelins beaucoup plus agréable. Bien sûr, ils n’étaient malgré tout pas riches, mais ils se suffisaient. Quelques temps plus tard, un marchand se transforma en mécène protecteur des arts et des lettres, leur offrant cours de chant, de musique, de danse ou de peinture. Lou apprit ainsi à jouer du théorbe et de la rubeba, instruments qui lui furent offerts, et devint apprentie auprès d’un maître queux dans une maison noble. Cependant, elle fut un jour vue et mise à la porte par des gens effrayés, une fois encore, par celle qu’ils appelaient « sorcière ».

Elle revint donc, piteuse, à l’orphelinat, et aida Selar à gérer la maison, prenant à sa charge les enfants, continuant ses cours de musique et cuisinant pour eux. Un jour, elle croisa au marché la route d’une bande de saltimbanques, encombrés d’enfants et pestant après le départ de leur cuisinière. Saisissant l’occasion, elle n’hésita que le temps d’une pensée pour les enfants avant de racheter, grâce à ses économies, la roulotte de la vieille femme, un cheval en bon état qui lui fut cédé à moindre coût pour une raison inconnue, et rassembler ses instruments avant de partir avec eux. Elle savait que le jeune homme regretterait son départ, car il l’appréciait beaucoup, mais il était sa famille, et savait que, si elle en avait l’occasion, elle reviendrait le voir.
Depuis, elle erre donc de-ci de-là, cachant parfois ses cheveux sous un large fichu, élevant les enfants de ces ménestrels qui l’avaient acceptée et cuisinant en apprenant les plantes au fur et à mesure de ses pérégrinations. Elle savait que cette attirance qu’elle ressentait pour la forêt, chaque fois qu’elle passait à proximité, n’était pas naturelle, mais elle avait décidé de n’y pas prêter attention…


V- En dehors du jeu

Prénom/pseudo : Euh… Lou, c’est très bien ;p

Age : >_< (c’est secret)

Comment avez-vous découvert le forum ? : Un top forum

Une remarque sur le forum ?J’aime beaucoup la couleur du fond, tout est très lisible et facile à retrouver… Donc non, pas de remarques =)

_________________
" Pourquoi l'avoir dit ? Je t'aimais bien. Cependant, tu as raison. C'est triste, mais la vie est ainsi faite… Je ris. Tu pleures... Je vis. Tu meurs."

Anselme

Patience, mes amis, ainsi devez-vous aller, et ainsi est-elle.

Quelques mots griffonnés sur une feuille froissée au milieu de livres pour enfants
Revenir en haut Aller en bas
Ambre Bellamy
Admin/Fondatrice
avatar

Date d'inscription : 10/07/2011
Messages : 999

MessageSujet: Re: Lou Cernia   Jeu 7 Fév - 21:08

Bonjour bonjour !

C'est rare ces derniers temps une nouvelle membre et une fiche dans la même soirée, mais ça fait plaisir !
Pour ma part je trouve ta fiche parfaitement en ordre, donc je te donne ta validation. Il te faut celle de Metis et tu pourrais commencer à rp.

Si tu as des questions n'hésite pas.

Je m'excuse par avance et au cas où tu trouverais le forum calme en ce moment : les études de quelques membres dont moi nous empêchent d'être vraiment impliqués, néanmoins il n'est pas du tout destiné à l'abandon, et dès qu'on aura un peu plus de temps, ce qui ne saurait tarder, tout reviendra à la normale ^^

Voili voilà

_________________
____________________________

Fiche & mémoires
Revenir en haut Aller en bas
http://dearmad.forumgratuit.org
Metis Adhbreith
Modératrice HRP/Fondatrice
avatar

Date d'inscription : 11/07/2011
Messages : 834

MessageSujet: Re: Lou Cernia   Jeu 7 Fév - 22:45

Ohohohoh, mon radar à nouveau membre est toujours en état de marche apparemment !
Bienvenu à toi chère Lou (c'est drôle mon tout premier perso sur un forum rpg portait ce nom ^.^)
Pour moi tout est ok tu peux commencer à rp sans problème. Comme l'a dit Ambre c'est assez calme en ce moment à cause des études ont à pas trop le temps de changer les choses que l'on voudrait changer donc ça ralentis. Mais le forum reste ouvert tout de même pour les courageux =)

Voila voila, tu es donc validée !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Lou Cernia

avatar

Date d'inscription : 07/02/2013
Messages : 10

MessageSujet: Re: Lou Cernia   Jeu 7 Fév - 23:27

Merci beaucoup pour ces validations très rapides ^^

J'ai préféré posté la fiche rapidement (le plus long ça a été de trouver le vava) et je ne me suis pas relue, donc il doit y avoir des horreurs (j'ai un peu honte), mais je vais de ce pas remplir ma fiche perso dans mon profil et faire une demande de RP

_________________
" Pourquoi l'avoir dit ? Je t'aimais bien. Cependant, tu as raison. C'est triste, mais la vie est ainsi faite… Je ris. Tu pleures... Je vis. Tu meurs."

Anselme

Patience, mes amis, ainsi devez-vous aller, et ainsi est-elle.

Quelques mots griffonnés sur une feuille froissée au milieu de livres pour enfants
Revenir en haut Aller en bas
Metis Adhbreith
Modératrice HRP/Fondatrice
avatar

Date d'inscription : 11/07/2011
Messages : 834

MessageSujet: Re: Lou Cernia   Ven 8 Fév - 11:41

Et oui nous sommes toujours très rapide quand à la validation (et puis ont aiment bien les nouveaux o/)

Bon je déplace ta fiche dans les validés.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lou Cernia   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lou Cernia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tuatha de Dearmad :: Hors rpg :: Personnages :: Fiches validées-
Sauter vers: