AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Génèse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Metis Adhbreith
Modératrice HRP/Fondatrice
avatar

Date d'inscription : 11/07/2011
Messages : 834

MessageSujet: Génèse   Mer 3 Juil - 21:14



La genèse



Lors d’un temps que la mémoire humaine ne peut cerner, naquirent des Esprits Supérieurs, des Divinités appelées à gouverner notre monde. Ils s’élevèrent dans un royaume devenu invisible à l’œil humain d’où ils pourraient commander. Les mythes et histoires comptées nous permettent de comprendre un peu mieux ces divinités dont nos vies dépendent.

Sèbre
La légende dit que cette divinité maritime est née de l’écume, de l’amour de la lune et du cœur de l’Océan. Elle n’a pas de liens formels avec le reste du panthéon, c’est une divinité jugée sauvage et spontanée. Ses origines étant très floues, on ne sait guère plus précisément les origines de cette créature divine. On dit qu’il n’est pas rare qu’elle se confonde à la faune maritime, qu’elle vienne danser avec les poissons, remonter les rivières, voler avec les mouettes. Comme l’eau, elle n’a pas de forme distincte mais est toujours rattachée à l’eau.
Les paysans ou les habitants près d’un fleuve lui sont coutumier. Lorsque le fleuve a une crue dévastatrice ou bénéfique ont l’assimile à l’humeur de Sèbre, à ses jeux dans l’eau. Sèbre incarne une insouciance dangereuse, on dit qu’elle est comme une enfant qui ne voit pas les conséquences. Si elle effraie le poisson qui ne vient plus nourrir les marins, elle ne se soucie pas de la famine. Si les champs sont asséchés, elle s’amuse des suppliques. Mais comme l’eau clair et douce, c’est une image de simplicité généreuse.
On dit également, qu’elle aime beaucoup les jeunes marins et que lorsque certains disparaissent en mer c’est qu’ils sont tombés dans les bras charmeur de Sèbre. Sèbre l’insouciante qui préservera sa vie en l’emmenant au cœur de l’océan. Jusqu’à ce que l’homme fait pour vivre de terre et air ne meurent et qu’elle ne souffre d’un gros chagrin d’amour. Si ce dauphin est curieux, méfiez-vous en, si la tempête se lève, soyez prudent.

Kashka et Kitemona
Ces deux jumeaux sont nés d’Elska. Le dieu de l'amour ayant décidé d'expérimenter l'amour de soi au sens propre en s'accouplant tout seul. Cette excentricité donna naissance à deux jumeaux. Dont Elska se désintéressa immédiatement. Seule sa personne comptait chez une divinité absolument narcissique. On dit que ce sont des esprits des forêts qui ont pris soins des bébés. Leur enfance reste très conterversée. Différentes versions existent, de la forêt aux montagnes, confiés à un érudit ou à d’autres.
Les jumeaux n’ont que peu en commun avec Elska. Ils sont tout deux sérieux, érudits, et sévères. Kashka est devenue celle qui commande à la vie, celle qui enseigne la voie de la guérison alors que son frère, plus distant s’est isolé pour étudier la Magie.
On dit que Kashka vécu très mal cette séparation et que c’est pour cela que lors de ses colères parfois s’abattent de terribles épidémies sur le monde qu’elle délaisse. Kitemona est lui indifférent aux émois et agissement de sa sœur. Il s’est dédié à l’étude absolue de l’Energie et méprise tout autre chose. Ce mépris a profondément blessé sa jumelle qui aigrie a commencé à choyer la mort autant que la vie. La cruauté, la sévérité vécue étant reproduite. Son innocence et sa clémence se sont perdues et les hommes sont devenus plus faibles. Ils avaient perdus leur protectrice attentionnée qui les protégeaient des maux et des blessures par la faute de son frère.
De fait, si Kitemona est adulé par les esprits érudits et les mages, il est souvent décrié et détesté chez le commun de la population qui ne le voie que comme un être arrogant et cruel.
Depuis, les deux frères et sœurs se disputent souvent. Lorsqu’un orage éclate, il est de coutume de dire que c’est Kashka qui a dérangé les études de son frère au point qu’il laisse éclater son énergie dans le ciel et parfois embrase la terre.


Imyndun
On dit que ce dieu de l’imaginaire et de la création est né d’un rêve, tantôt d’Elska, tantôt de Kashka, les textes ne sont pas toujours les mêmes. Cet être à l’aspect éthéré et fragile est un dieu volatile. Les mythes et légendes qui le concernent sont souvent en lien avec Elska à qui il voue un amour platonique. Cet idéal de beauté est tant source de souffrance que d'inspiration. Une essence à atteindre à travers ses oeuvres. Elska étant un être capricieux, il aime à jouer avec ce dieu fragile et inconstant. Il aime être flatté par ses œuvres mais se vexe tout autant souvent de se voir représenter de manière pas assez fidèle à sa parfaite réalité. Cette relation distante et étrange rythme les dogmes liés à l’Inspirateur. Tout ce qui est beau et qui a attrait aux arts peut être relié à Imyndun. Pour le reste, ce dieux à une influence très effacée sur le court des choses.

Freyhda et Neehsa
Le ciel est immense et infini. Le ciel est une voute qui surplombe notre monde et le protège de l’extérieur. C’est lui qui est la limite entre le monde mortel et le monde divin. Il est à la fois une frontière, une prison et un cocon protecteur. Le soleil, la lune sont les représentations des divinités qui on le dit surveillent que cette frontière à la fois absolue et fragile soit bien portante. On dit des étoiles tantôt qu’ils sont les enfants de ces dieux, tantôt qu’ils sont simplement des gardiens qui les aident. Les dieux gardiens se relaient inlassablement dans le ciel. L’une la nuit, Freyhda, l’autre le jour, Neehsa. Ces jeunes filles à l’aspect peu impressionnant sont des gardiennes puissantes. Lorsqu’elle perde une bataille, on leur attribue diverse catastrophe naturelle. Cela peut être une erruption volcanique, un tsunami, un tremblement de terre… il n’est pas nécessaire que la corrélation avec le ciel soit évidente.  
Pourtant, ces luttes ne sont pas réputée fréquente. Les orages en sont une manifestation claire. Hors de cela, les deux divinités célestes sont réputées comme très passive. On dit qu’elles aiment observer la vie humaine depuis le ciel. Les hommes font souvent référence à cet aspect. C’est un regard qui ne juge pas, elles sont neutres et lointaine. Elles sont de simples spectatrices et leur influence sont très mystérieuses. En effet, comme le ciel touche de près aux étendues divines, on ne peut qu’imaginer sans savoir ce qu’il en est réellement. On ne sait rien de leur naissance et très peu de leur influence.

Kaadan
Divinité venant traditionnellement de l’Empire sont influences s’est étendue au cours des siècles aux autres de par ses aspects très pragmatique sur la stratégie militaire. Il existe de fait de nombreux ouvrages de stratégie rattachés au dieu guerrier. Car si Kaadan incarne la puissance et la force brute, il est également réputé pour son esprit de stratège. Les militaires vénèrent donc chacun des ces deux aspects très différents. Il existe de nombreux contes et légendes narrant des grandes batailles que le dieu guerrier aurait gagnées et jamais perdues. On raconte également qu’il a inspiré de nombreuse victoire lors de conflits antiques. A l’heure actuelle, l’Empire étant prospère on loue généralement le souvenir de ces faits plutôt que de le prier pour de nouvelles victoires. Les peuples de l’Ouest le prient moins facilement que l’Empire. Il est reconnu mais ces peuples lui donnent moins de mérite quant à l’influence sur un champ de bataille. Pour les peuplades du Pays d’Or, la victoire est un mérite humain. Un mérite de sang et de sueur. C’est un fait qui rejoint le culte de Kaadan mais lui donne bien moins d’influence. Il n’est donc qu’une image de la perfection guerrière un peu lointaine. Par contre, les généraux et chefs étudient généralement assidument les stratégies que son culte portent. Les sanctuaires à cette divinité ont formés de nombreux guerriers et être un prêtre de Kaadan peut être plus assimilé à être un instructeur ou un formateur de militaire. Ou tout simplement, un guerrier ou un chef. Les prêtres de ce dieux se consacre à son culte mais avant tout sont des guerriers, combattant ou militaire. Leur mérite se mesure à leur fait d’arme et stratégies et non dans les chants et autres activités oisive de prêtre.
Ces fervents méprisent d’ailleurs les prêtres des autres divinités pour ce fait.

Elska
Dans la douceur d’une aurore timide, une larme coule et éclos.
De cette larme, nait une fleur. Elle est magnifique. Bru, dieu de la terre et des végétaux s’en ému profondément. Il apporta tant de soin à cette fleur unique qu’un jour elle se transforma. On dit que c’est l’amour de Bru qui transmit à cette plante dont la beauté seule émouvait l’âme qui le fit naître. Dans les premiers instants de sa vie et de sa jeunesse, Elska avait donc l’aspect androgyne d’un humanoïde végétal. Il accompagnait partout le dieu fermier et par un mystère émouvant charmait tout être qu’il rencontrait. Peu à peu l’être fleur devint peu à peu plus humain. Fasciné par l’homme et les autres divinités, il se désintéressa peu à peu à l’univers de Bru qu’il jugeait fade. Il quitta donc ce père de substitution sans une larme. Elska était déjà très frivole dans ses sentiments. Un jour, il aime, l’autre il oublie. Inconstant, insensible, il vogue au fil des rencontres. Il éprouve l’amour, il goute, il joue, il vit. Il vit à la folie. Il garde cette capacité à moduler sa forme, d’homme à femme, il veut tout vivre. Tout expérimenter.
Elska possède une beauté absolue. Une essence qui fait fondre le plus dur des cœurs comme le narre les contes qui le concerne. Pourtant, Elska n’est pas un dieu bienveillant. Il est égoïste, narcissique et surtout tête en l’air. Rien n’a réellement d’importance mis à part son plaisir. Mais personne ne peut lui en vouloir. Elska est ainsi fait, incarnant autant l’innocence candide, la beauté vierge que la décadence, l’orgie de luxure. Plus rien ne le ratache à la fleur qu’il était, mais pourtant, il ne semble pas éprouver de sentiment réellement « humain ». C’est donc un comportement difficilement compréhensible.

Bru
Ce dieu est solitaire. Il est entouré d’être parfois difforme, parfois d’animaux. Il se promène ainsi à travers champs et forêt. Il vit dans un monde particulier ou s’émerveiller devant un jeune frêne ou un bleuet pendant des heures est normal. C’est un dieu de la nature à proprement dit. On dit que sous ses pas, la vie germe et pousse à une vitesse miraculeuse. Que ses larmes de tristesse font revivre la plus desséchée des plantes et abreuve les plus arides des terres. Les oasis du désert sont réputés comme étant le résultat de ses larmes qui ont fait germer au milieu du néant chaud et hostile des havres de vie. Bru a croisé la vie de nombreux dieu mais c’est Elska qui l’a le plus marqué. Ce dieu est né d’une fleur et il en est responsable. Ce prodige prouve l’immensité des pouvoirs de fertilité de Bru. Pourtant, il reste effacé et modeste. Il existe quelques contes le concernant, mais très peu de faits exceptionnels autrement que des créations végétales, des espèces magnifiques, des prodiges de la nature. Bru est l’essence de la nature sauvage, mais il est très vénéré par les fermiers. Ces derniers s’assurent toujours de ses bonnes grâces et font le maximum pour ne pas blesser la nature ou le domaine de Bru. En effet, il est dit que ne pas respecter la terre c’est s’attirer la malédiction de pauvres récoltes.

Les Dieux Mineurs

Astarée
C’est une divinité locale du Royaume de Marath et du Comté de Mortelune. Son nom est connu de tous mais peu de personne lui voue de culte. Il semblerait qu’Astarée ait été la divinité de la justice mais les écrits sont maigres et les traces perdues. Un jour peut-être quelqu’un remettra son culte à la place qu’elle occupa… mais pour l’instant, Astarée reste une ombre de divinité oubliée de la majorité. Ses fervents sont souvent perçu comme des charlatans.

Inéva
Ce dieu incarne plutôt une image du pouvoir, un idéal et une représentation dans l’absolu divin de ce que doit être le pouvoir. Pourtant… il n’a aucune influence, aucune importance majeure. Cette ironie ne le prive pas de représenter toujours et inlassablement les grands et les souverains qui lui rendent des cultes secrets. Ces derniers sont sensés assurer la longévité de leur règne et dynastie. C’est la seule influence que les nobles et puissants lui vouent. Celui de leur porter chance et d’influencer favorablement négociation et machination.

Argohnn
Il personnifie la Chaîne d’Argent. C’est un dieu de la montagne, un gardien silencieux. On le dit parfois endormi au cœur de la montagne. Parfois on le dit errant sur ses flancs. Quelques mythes entourent son existence mais il n’est pas vénéré. Il existe comme existe la montagne. Il est terrible comme est la montagne. Ainsi s’arrête son influence et son importance. Il est la montagne. Cet absence d’intervention plus caractérisée et globale fait qu’il n’est connu principalement que du Pays d’Or et des voyageurs qui ont traversés ces montagnes.
On dit que le fleuve qui prend sa source dans la Chaîne d'Argent serait issu de son union avec le Ciel, il y a bien longtemps. Certains disent que ce serait même un chemin vers les cieux. Mais personne n’a pu en trouver la clé ou l’accès. Le fleuve est donc tout aussi mystérieux que la montagne.


Ohlundyn
Frère d’Argohnn, il est la forêt. C’est une divinité hostile. Si Bru représente la nature bienveillante, Ohlundyn représente la force hostile de la nature qui se protège. On dit que Bru, attristé par cette haine destructrice a enfermé Ohlundyn dans un bois sombre du Pays d’Or. Une forêt sombre et impitoyable. Depuis, la divinité forestière a perdu en pouvoir et en influence. Amère, elle règne sur son petit monde. Il vaut mieux ne pas se perdre dans ces bois sombres.
En Pays d'Or, on croit qu'elle aurait quitté Yla à l'apparition des premières Sorcières, quand le monde était encore jeune. Ses liens avec les sorcières sont obscures mais certains. Le culte de Bru ne précise rien et le mystère demeure.


Génèse rédigée par Murmure


_________________
Revenir en haut Aller en bas
 
Génèse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Haïti: Genèse de l'échec des partis politiques part 1
» VERMINE : La Génèse
» Génèse - La chute d'un Paladin.
» Wound, le détenteur de Génèse.
» Bureau de Terragénèse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tuatha de Dearmad :: Hors rpg :: Histoire et contexte :: Religion-
Sauter vers: