AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Nouvelle intrigue : l'Île

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ambre Bellamy
Admin/Fondatrice
avatar

Date d'inscription : 10/07/2011
Messages : 999

MessageSujet: Nouvelle intrigue : l'Île   Dim 14 Juil - 1:14




RÉSUMÉ DES ÉVÉNEMENTS

Il y a deux ans, un tremblement de terre secoua les côtes d'Yla, déclenchant un raz-de-marée monstrueux. La terre fut changée, et ce qui avait disparu en des temps immémoriaux reparu. L'Empire fut le premier à l'apercevoir, mais les Barahy et les Marath du Pays d'Or le suivirent de peu... Une île, presque aussi grande que Desdéris, avait surgit des flots. Tout d'abord, elle ne sembla être qu'un amas de pierres, de coraux, sur lequel les algues séchaient au soleil... Mais quand quelques explorateurs s'y furent aventurés, on ne tarda pas à y découvrir des colonnes et des ruines éparses : d'anciens temples s'étaient trouvés ici.
Le relent d'inquiétude que provoqua l'apparition de la mystérieuse terre aurait pu suffire à arrêter toute tentative d'exploration plus poussée si on n'avait pas découvert d'immenses richesses parmi les vieilles pierres, sans compter les chercheurs qui avaient pour la première fois accès à une faune et une flore sous-marine sans effort. Les expéditions furent donc encouragées.
Bientôt, elles devinrent même une occupation politique essentielle, les différents Etats voyant dans cette conquête une démonstration de leur puissance. Des bateaux furent construits, des chercheurs engagés, ainsi que divers mercenaires et corsaires, car il fallait non seulement affronter les pirates, mais aussi les flottes étrangères. La guerre n'était pas ouverte, mais les batailles navales faisaient rage, et les relations diplomatiques étaient de plus en plus tendues. Le coût des expéditions atteignit des sommes astronomiques, et de tous, ce furent les Adhbreith qui y investirent le plus ; l'Empire devait établir sa suprématie.

Achaladh, le port de l'Empire, devint une fourmilière géante, et les navires affrétés se faisaient de plus en plus nombreux. La Marine fut plus développée qu'elle ne l'était déjà, et la plupart des finances de l'Empire passaient dans cette conquête... Et le peuple eut faim.
Tout commença par quelques murmures dans les Landes vertes, puis les paysans devinrent franchement agressifs envers le pouvoir en place, jusqu'à ce qu'une émeute éclate à Caerwyn. La situation était critique, et ce fut le jeu des alliances qui sauva les Adhbreith, qui partirent se réfugier chez les Marath, laissant seuls l'empereur et son frère sur place pour gérer les débordements. Une véritable guerre civile commença, comme au temps de Gareth Adhbreith et les navires impériaux se raréfièrent.
Cependant, un second fléau s'abattit sur l'Empire : un mal étrange se répandait, les gens souffraient d'abord de fièvres délirantes puis mourraient assez rapidement. Bien sûr cela ne touchait pas toute la population, mais l'épidémie était suffisamment inquiétante pour que l'on parle de malédiction, et des prédicateurs dérangés commencèrent à apparaître, accusant le mal de venir de l'île comme une malédiction qui punirait ceux qui avaient osé fouler les premiers cette terre inconnue.
Bien entendu, ce n'était là que des discours d'illuminé, et l'épidémie n'était sans doute due qu'à une nouvelle maladie, mais qui pouvait bien le savoir ?
On commença donc à éviter l'Empire, qui resta livré à lui-même.


__________________________________________________________________

Vous trouverez ci-dessous le détail de ces événements, narrés par différents personnages. Cela vous permettra d'avoir une vision globale de ce qu'il s'est passé durant les deux dernières années.



_________________
____________________________

Fiche & mémoires


Dernière édition par Ambre Bellamy le Dim 17 Nov - 18:50, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://dearmad.forumgratuit.org
Ambre Bellamy
Admin/Fondatrice
avatar

Date d'inscription : 10/07/2011
Messages : 999

MessageSujet: Re: Nouvelle intrigue : l'Île   Dim 14 Juil - 1:27



 





Mission du Sud, quinzième jour,
La mer est plutôt calme, il faut dire qu’on ne croise pas grand monde ces derniers temps au Sud de l’Océan. Depuis quelques semaines, tous les navires se précipitent au Nord, il parait qu’on a trouvé une nouvelle île. Il est dit que c’est le séisme récent qui a tant remué la terre qu’il a fait resurgir une île engloutie. L’Empire mettra sûrement le grappin dessus, avec une flotte comme la leur. Il faudrait tout de même qu’on aille voir dans le coin, Gaël Barahy ne tardera pas à nous le demander de toute façon.



Mission du Sud, dix-septième jour,
Nous avons croisé un capitaine qui revenait des côtes d’Yla, visiblement l’Empire s’installe petit à petit là-bas. J’avais donc raison de le supposer. Ils y développent même des ports ! Il paraît que l’île est étrange. J’aimerai bien juger par moi-même, mais je dois d’abord passer par les Sept Gouttes d’Or pour discuter avec les Barahy. Et il vaut mieux que j’évite de trop me frotter à la flotte de l’Empire avec mon seul navire.



Arrivées à l’Archipel,
Nous voilà aux Gouttes ! Henry Barahy nous a accueillis en personne, moi qui avais l’habitude de rencontrer son frère, j’ai été surprise de le voir. Comme je m’y attendais, il souhaite que nous fassions cap vers l’île en repérage, avant d’être rejoints par une flotte plus conséquente. Nous étions plusieurs Capitaines de vaisseau ainsi recrutés contre monnaie trébuchante. Nous partirons dans trois jours, quand les hommes seront reposés et les vivres chargées. Nous devrons être rapides.



Mission de conquête de l’Ile, septième jour,

Voilà une semaine que nous sommes partis, j’ai aperçu un navire Marath au loin. Bobby raconte à qui veut l’entendre que les Marath espèrent eux aussi disposer d’une partie du territoire de l’île. Ils y enverraient aussi des mages et de chercheurs, apparemment l’île est … différente.



Mission de conquête de l’Ile, vingt-cinquième jour,
Le monde est fou… Au loin, les navires se battent sans relâche. Les Marath et les Barahy se sont unis contre l’Empire. Nous, les corsaires, nous nous attaquons aux navires plus légers. Nous sapons les ressources qui parviennent aux colonies de l’Empire installées en coulant les navires marchands ou d'approvisionnement. L’Empire avait même fait nommer une de ses princesses gouverneuse... On ne la verra pas ici.
Dans quelques jours, le dernier navire de la flotte sera coulé et nous aurons gagné.







Colonie de l’Ile, ancien corsaire Barahy,
Cela fait presqu’un an que je suis installé sur l’Île. Je n’ai jamais pu y faire, je l’ai toujours appelée l’île, depuis qu’on l’a découverte et que j’en ai entendu parler. J’ai beau être né dans les Landes vertes, mon cœur a toujours appartenu à la mer, et depuis que je suis gosse je navigue.
Il y a deux ans que tout cela a commencé. Un séisme a secoué la terre dans tous les sens, déclenchant un raz-de-marée au Nord et détruisant maintes récoltes. Mais on s’en est tous remis, ce n’était pas la première fois que le temps était dur avec nous… Pourtant… Cette fois il amena l’Île. Elle avait passé toutes ces années sous l’eau, mais on trouva bien des colonnes et des vestiges d’anciens temples en l’explorant. Je me demande si elle replongera un jour.

Ce fut d’abord l’Empire qui mit le grappin dessus, comme on s’y attendait. Dominer la nouvelle terre semblait être une question d’honneur pour les Adhbreith. Evidemment au début, ils n’avaient pas trop de concurrents, mais les Barahy et les Marath se réveillèrent assez vite et envoyèrent leur flotte afin d’installer quelques comptoirs sur place.

Les Marath se contentèrent de quelques ports d’attache au Sud, mais les Barahy colonisèrent toute la côté Ouest. C’est ainsi que je connus l’Île. Ils avaient besoin de navires, et ils n’avaient pas la richesse nécessaire pour en construire et pour agrandir l’armée, alors ils recrutèrent des corsaires. On n’a pas refusé, on n’était pas fous. On était payés pour couler les navires ennemis, et s’installer dans une crique jusqu’à l’arrivée des renforts, du jeu d’enfant. En plus, ça nous permettait de bien repérer les lieux, et d’installer nos petites magouilles, c’est qu’il y en avait des beaux cailloux dans le coin !



Après… c’est devenu confus un temps, à cause de la rébellion dans l’Empire. J’ai dû retourner là-bas, ma famille s’y trouvait toujours. J’ai trouvé tout le monde changé, même ma sœur si forte était malade, ils avaient plus rien à manger, car les champs n’avaient pas bien repris après le tremblement de terre. J’ai jamais vu mon frère en rage comme ça, il a réussi à soulever tout le village ! Visiblement nous n’étions pas les seuls, et peu après on a entendu dire que les Adhbreith s’étaient enfuis chez les Marath ! Mais on s’était réjoui un peu vite, l’empereur et son frère étaient restés.

Pour ma part, je n’assistais pas à la suite des événements, car je profitais de la situation pour retourner vers l’Île, accompagné du navire qu’un compatriote. On s’installa sur une île plus petite, mais très proche de la grande. De là, on pouvait voir tout le monde passer, et même tendre des embuscades à qui il nous plaisait, et nous fûmes rejoint au fur et à mesure par d’autres pirates, qui trouvaient notre planque idéale.

Petit à petit, une ville se construit, les tavernes, les auberges, les maisons de passe, y’avait tout pour contenter un homme ! Je pense que la ville est toujours dans le même état d’ailleurs, moi j’ai changé d’endroit, pour rejoindre les Barahy.

On m’appelle corsaire à nouveau, je ne pense pas que ça soit faux, bien que je reste à terre. Mes confrères et moi avons trouvé un endroit pratique pour le commerce, au Nord de l’Île, comme ça, à la moindre alerte, on peut filer vers Yla ! Mais les hommes n’aiment pas trop ça, le vieux continent a mauvaise réputation. Forcément du coup, c’est pas tous les jours la joie avec les flibustiers sans maîtres du coin qui nous traitent de chiens, sans compter qu’il reste quelques comptoirs impériaux et Marath un peu partout.

Mais on s’habitue, et puis… Un corsaire qui n’aime pas le mouvement se doit de changer de métier…



Camp de réfugié de l'Empire, Marath,
Quand mon frère est mort, lui si plein de santé, j'ai décidé de quitter l'Empire et ma ville. J'ai cloué les portes et fenêtres de mon commerce. C'était l'investissement de ma vie, mais en regardant mon épouse et mes deux fils, les regrets se sont estompés. Il serait temps de revenir. Avec une partie de mes économies, j'ai pu nous payer un voyage à bord d'un navire marchand qui a emporté la majorité de nos affaires. A présent, toute notre vie tient dans ces malles empilées sous cette tente de fortune dans ce camp de misère. J'espère que nos altesses réfugiées pourront trouver les appuis nécessaires.

J'ai peur que la maladie nous ait suivi ce qui est également le cas des habitants de Marath. Nous sommes traités comme des pestiférés et les vivres manquent. La situation ne pourra pas être tolérée plus longtemps.

Cela fait déjà de longs mois que nous attendons dans la misère.



Yla, un ermite parmis les arbres,

Depuis des années que j’arpente Yla, je n’ai jamais vu cela ! Je m’étais reclus ici afin de me rapprocher de la nature, du calme, tout était si bien jusqu’à présent… Et encore une fois il a fallu que les hommes gâchent tout !

J’étais près du rivage de l’oubli quand le séisme arriva, je ne m’en formalisais pas à l’époque, j’avais vu pire. Je ne savais pas que le tremblement de terre avait fait jaillir une île de l’eau, le pauvre ermite que j’étais ne pouvait naviguer. Cependant, je ressentis le changement, des vents jamais vues se levèrent, et les couleurs des arbres semblaient plus vives ; la forêt elle-même me semblait plus profonde.

Ce ne fut qu’au bout de quelques mois que j’aperçus des voiles pour la première fois. Ils s’approchèrent du rivage où ils établirent un campement, et leurs rires chassèrent les oiseaux et les animaux. J’eus même l’impression que la forêt se gonflait, comme le pelage d’un félin qui feule, mais peut-être était-ce mon imagination.

Depuis, il ne se passe pas un mois sans que j’aperçoive leurs silhouettes au loin. Mais la forêt n’aime pas cela, j’ai l’impression de l’entendre gronder dans mon cœur, et je les félicite de ne s’y être jamais vraiment aventuré…



Marath, une servante des Adhbreith,
Je n’ai pas suivi les troubles qu’avaient apportés l’Île, car je ne m’y intéressais que de très loin, pourtant, c’est de là que vient toute notre misère. J’entendais les courtisans, les marchands et surtout mes maîtres en parler, mais je m’en moquais, que pouvait bien valoir une terre caillouteuse, sur laquelle on ne pouvait cultiver ?

Je n’étais pas la seule à penser ainsi, et bientôt on entendit dire que la colère grondait dans les Landes vertes, mais tout le monde haussa les épaules. Il fallut qu’un groupe de jeunes gens lancent des légumes pourris en direction de l’empereur lors d’une sortie pour que l’on comprenne que la menace était réelle. Une épidémie ravageait apparemment les terres agricoles et les fermiers mais il fallut attendre quelques mois avant qu’elle ne touche Caerwyn. La plupart de ceux qui attrapaient la maladie mourraient, même si certains étaient assez forts pour s’en sortir, et les bas quartiers de la ville furent les premiers touchés.

La situation empira alors, mes maîtres, les membres de la famille impériale, ne pouvaient plus sortir qu’en calèche fermée, et encore, cela n’empêcha pas l’émeute du marché d’avoir lieu. On dénombra plusieurs morts, et plusieurs blessés.

Je crois que c’est à ce moment que j’entendis parler du départ. Tout avait été prévu depuis plusieurs semaines, « au cas où »… Les Marath nous recevraient, car nous étions leurs alliés, et dans le silence le plus total, je partis avec mes maîtresses pendant la nuit vers Achaladh. Un bateau nous attendait là-bas, nous étions une petite trentaine, seuls l’empereur et le général des armées étaient restés sur place, et nous mes maîtresses avaient emmenés quelques servantes sans attaches –comme moi- avec elles. Je leur en suis aujourd’hui reconnaissante.
Nous logeons chez les Marath eux-mêmes, en attendant de savoir quoi faire et où aller. Nous sommes perpétuellement en attente de nouvelles, sans pour autant avoir beaucoup d’espoir… J’ai entendu Kalia pleurer hier soir, elle croit que l’épidémie vient de l’Île, et que les dieux vont nous punir, je crois qu’elle se trompe, mais je ne puis être sûre.




_________________
____________________________

Fiche & mémoires
Revenir en haut Aller en bas
http://dearmad.forumgratuit.org
 
Nouvelle intrigue : l'Île
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» RECENSEMENT N°1, faisons place à une nouvelle intrigue.
» Petite nouvelle du Renard
» Le kidnapping comme nouvelle forme de déstabilisation
» NOUVELLE INTERVENTION MEURTRIERE DE LA MINUSTAH/FLASH
» Comment créer sa nouvelle équipe ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tuatha de Dearmad :: Hors rpg :: Histoire et contexte :: Histoire-
Sauter vers: