AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Poster un nouveau sujet   Partagez | 
 

 Alura Nya'o Athdrivar

Aller en bas 
AuteurMessage
Alura Nya'o

avatar

Date d'inscription : 29/05/2016
Messages : 11

MessageSujet: Alura Nya'o Athdrivar   Lun 30 Mai - 19:27

I- Informations essentielles

Nom : Athdrivar
(Littéralement « mort » en runique oublié)

Prénom : Alura

Sexe : Féminin

Age : 17 ans

Espèce : Banshee

Groupe : Peuple d’Yla

Métier : Chamane (Guide spirituel et guérisseuse)

Domaine : /

Rang : Nya’o
[Ainia O] = titre honorifique unique donné au chaman du village d’Idrilis
(Nya’o pour une femme et Nya’e pour un homme)
Alura l’utilise à présent pour se présenter tel un nom de famille. Le sien, en plus d’être trop révélateur sur son identité, lui fait horreur.


Croyances : La mère d’Alura lui avait souvent parlé des dieux des continents civilisés, les dieux de son père. Elle avait appris qu’il valait mieux craindre Kaadan et respecter Brud et que Kashka était liée à son destin. Cependant, le cœur d’Alura n’allait pas vers ces divinités qu’elle trouvait écrasantes par manque d’un autre terme. Alura vénérait au plus profond de son âme, les Esprits d’Yla, pures incarnations de la Nature elle-même. Elle regrettait souvent de ne pas être née, comme son père, parmi les sorciers, afin de partager une connexion primaire avec ces êtres éthérés. Elle ne comprenait pas ce qui avait pu l’amener à placer sa foi en Brud et Elska qu’elle trouvait si limités, lui qui de naissance était voué à servir la forêt des Lucioles. Sa mère lui disait qu’il avait appris à aimer chacune de ses croyances en harmonie, et que c’était cela qui l’avait attirée vers lui. De manière presque irrationnelle, la jeune banshee craint de devenir l'instrument de la Mort et de ne pas être maître de son propre sort.
Non vraiment, Alura ne croyait ni aux toiles du destin comme sa mère, ni aux dieux civilisés. Pour elle la Nature était son royaume, un royaume dont les oiseaux chantaient les louanges et dont la Lune gardait l’entrée.

Equipement :

  • Un bâton tribal en bois de saule surmonté d’une cornaline, symbole de son titre de chamane. Alura a rajouté à l’autre extrémité trois dards en os de lapin.
  • La dague en argent de son père
  • Un tome manuscrit des Manifestations des Esprits d’Yla à travers le temps offert par la vieille Naja avant de mourir
  • Une petite ceinture contenant herbes, terre, feuilles mortes et plumes d’oiseaux rappelant toujours sa proximité avec la nature, mais lui permettant également d’administrer quelques remèdes d’urgence (antipoison et venin basiques, baumes pour brulures, coupures… en tout genre)
  • Jem un matma’th blanc recueilli dans les montagnes alors qu’elle chassait le cervidé

Capacités : Alura a Crié pour la première fois à l’âge de 6 ans, alors que sa tante Moira, de retour d’expédition, venait de l’enlacer. Elle fut emportée par une fièvre inconnue deux jours plus tard. Depuis ce premier Cri, elle qui se transformait régulièrement en corbeau dans les bras de sa mère, n’a plus jamais été capable de le faire totalement, comme si la découverte de la mort avait capté et redirigé un partie de son pouvoir. Elle n’est à présent capable de changer que le haut de son corps au-dessus de la taille : yeux, oreilles, bras en ailes... A l’âge de 14 ans, la nuit de la mort de sa mère, son Cri a amené avec lui une vision de cette mort imminente. Sa mère était partie quelques jours plus tôt pour soigner un vieillard dans les montagnes à l’Est. Si elle l’avait pu, Alura se serait lancée dans la traque de ce mage au sourire jauni qui lui avait arraché sa mère. Depuis, elle a découvert qu’après de longues heures de méditation sous la lune, il lui arrivait de rêver de ce qui n'était pas encore advenu.

- Cri lorsqu’une personne est sur le point de mourir
- Transformation partielle en corbeau (yeux, oreilles, ailes)
- Rares prémonitions

- Elle sait manier le bâton avec adresse et chasser à la lance
- Compétences de survie en milieu naturel
- Connait le pouvoir des herbes présentes dans son environnement et est capable de réaliser des remèdes et poisons plus ou moins compliqués
- Les habitants de son village, comme elle-même, sont persuadés qu’elle peut communier avec la nature, ce qui fait d’elle une chamane. Mais cela peut tout aussi bien être dû à son sang de sorcière qu’aux mixtures hallucinogènes qu’elle absorbe de temps en temps.

Faiblesse :

- Faiblesse physique (force brute)
- Mépris des dieux civilisés
- Haine viscérale des mages qu’ils soient pratiquants ou non
- Sa mère était une fugitive parmi les Hergrim, si quelqu’un venait à apprendre sa filiation, elle serait en danger
- Serait déboussolée dans une grande ville


Particularité : Le tatouage en forme de lune qu’elle arbore à l’épaule a été placé là à ses 14 ans afin de dissimuler une rune sculptée au couteau sur sa peau. Cette rune permettant d’identifier le lignage d’Alura est transmise de mère en fille depuis la première banshee de la famille. A la mort de sa mère, très peu désireuse de revendiquer son appartenance à une longue lignée de servantes de la mort, Alura avait décidé de s’en débarrasser comme elle pouvait. De plus, cela la protégerait du passé de sa mère. Son oncle a toujours affirmé, sans preuve ceci dit, que cette marque remontait jusqu’aux toutes premières banshees ayant foulé ces terres.
<--

II- Physionomie

Alura est une jeune fille fine et musclée. Ayant toujours vécu dans la forêt luxuriante d’Yla, elle a dû dès son plus jeune âge, être en mesure de s’y déplacer et de s’y nourrir. La nature aime mettre à l’épreuve ceux qui croisent son chemin, et Alura avait vécu en harmonie avec elle depuis plus de 15 ans.

Son visage est celui d’une guerrière. Ses traits se sont durcis alors qu’elle quittait peu à peu l’enfance. Là où rondeurs et douceur prévalaient, sont apparus angles et ironie. Qui aurait l’occasion de l’observer quelques temps pourrait y lire à la fois une tristesse sourde et une joie sauvage, un conflit intérieur qu’elle semblait pourtant bien maîtriser.
Ses cheveux sont noirs, raides et laissent percevoir des reflets bleutés de temps en temps. Pâle la nuit, elle se dore d’un hâle rassurant au matin. Ce petit détail l’éloigne quelque peu, pour le temps d’un jour ensoleillé, de l’archétype même de la banshee sinistre qu’elle incarne à merveille par temps de grisaille. Et ce ne sont pas ses yeux bleus comme la glace qui viendraient réchauffer son apparence dans de telles conditions. Pour les gens qu’elle aime ces yeux seraient la plus pure des mers au chaud d’une crique des Sept Gouttes d’Or, mais ses ennemis auraient le privilège d’un regard dur comme l’acier.
Il n’est pas rare pour Alura de porter des peintures sur son corps et son visage. Elle aime le sentiment de proximité avec les animaux et la forêt que cela lui procure. Combattante dans l’âme, ces dessins s’apparentent souvent à des peintures de guerre ou tribales. Ces marques éphémères sont d’ailleurs fortement liées à sa fonction de chaman au sein de son petit village. Depuis ses 14 ans, sur son épaule gauche, une lune marquée au couteau encharbonné l’accompagne, lui rappelant à tout instant sa vraie nature.

Les biens matériels n’ayant aucun intérêt à ses yeux, elle se contente de porter des vêtements en cuir, en tissu ou bien des peaux plus chaudes pour les mois d’hiver. Il peut lui arriver de natter négligemment sa longue chevelure et d’y glisser des plumes récupérées sur son chemin, ou plus rarement lorsqu'elle se résolvait à abattre un oiseau pour le repas. On lui avait bien proposé quelques breloques clinquantes à la mort de sa mère – en tant que nouvelle chamane du village, il était bien vu qu’elle fasse gling gling à chacun de ses pas – mais elle avait poliment mais fermement décliné ce qui l’aurait plus encombrée qu’autre chose. Sa tenue simple ne l’empêcherait pas d’affirmer une autorité naturelle déjà facilitée par l’aura menaçante liée à son espèce.


III- Psychologie

Alura bien que Banshee, est une fille des forêts dans l’âme. Elle aime le son du vent dans les feuilles des arbres et encore plus celui qui résonne entre les aiguilles des grands épineux des cimes. Il n’y a rien que la nature n’ait à offrir qu’elle ne connaisse déjà et qu’elle ne chérisse plus que tout bien matériel.
Elle a un grand sens de l’honneur qui s’applique à toute vie autour d’elle et elle prend très au sérieux son rôle de guide spirituel au sein de son village. Cependant, sa compassion trouve sa limite chez ceux qui n’en montrent aucune. Face à un profanateur des forêts ou bien à un mage salissant l’essence de la magie, son honneur et même sa raison ne dompteraient pas sa rage.
D’un naturel calme et réfléchi, elle est habituée à apaiser les esprits à l’aide de paroles et de gestes rassurants. Cependant, elle déplore que pour qui n’aurait pas grandi à ses côtés depuis plusieurs années, son aura froide et lunaire ne provoque des réactions de peur, voire d’effroi.

Elle chérit le souvenir de ses parents, celui de son père à travers les récits de sa mère, et désirerait par-dessus tout se retrouver réunie avec eux. Bien que profondément attachée à son foyer et à ses devoirs de chamane, partir à la recherche de son père et de son frère ainé serait la seule raison pour laquelle elle accepterait d’y renoncer. Elle renie inconsciemment sa nature de banshee en s’efforçant de se tenir à l’écart des ténèbres et de la vision qu’elle a de leur signification profonde. Appelée Servante de la Mort, elle a peur d'être corrompue par ce qu'elle considère comme un poison, malgré les effort de sa mère pour lui inculquer que la mort, loin d'être mauvaise par essence, faisait partie de la vie. Elle suit pour cela un code moral très strict, bannissant par exemple la vengeance. Cependant, si un évènement venait à faire resurgir le meurtre de sa mère, il n’est pas sûr qu’elle résiste à son appel. Très exigeante envers elle-même, une vie proche de la civilisation et du lot de secousses, sollicitations et épreuves qui s’en suivrait aurait surement raison de l’équilibre entre rage et douceur que lui permet d’atteindre sa communion avec la nature.

Au niveau sentimental, Alura est une jeune fille se plaisant à partager des connexions psychiques plus que physiques avec l'être aimé. Elle envisage l'amour comme le lien qu'elle entretient avec le monde qui l'entoure, et personne ne s'est encore trouvé à la hauteur, à ses yeux, pour mériter une telle dévotion de sa part. Elle garde à l'esprit à contre cœur, ce que disait sa mère : "Nos pouvoir nous viennent de notre lien avec nos mères banshees, mais également avec nos mères sorcières. Si tu veux donner sa chance à tes filles, car tu porteras des filles ma chérie, choisis leur père parmi les fils des Filles de la Forêt."


IV- Histoire

__Origines.

__________La chaine d’argent, il y a 18 ans

- Il n’est pas question de trahison Galaëdre, tu sais très bien ce que cette famille a fait pour moi, lâcha la jeune femme épuisée.

- Ce n’est pas ce que les gens diront Saraline. Tu te doutes bien qu’ils ne vont pas te laisser partir comme ça. Rien que ton nom fait de toi leur meilleure Veilleuse !

- Ecoute, après ce que j’ai vu hier, rien ne sera plus comme avant ici. Comment veux-tu que notre fille vive au milieu de tout ça ?!


Il fallait partir, Saraline en était persuadée. Elle le sentait dans sa chair. Le palais n'était plus sûr pour les femmes de son espèce. Les gens qui en voulaient à ses maîtres s'assureraient toujours que leurs Veilleuses meurent avant de les attaquer, et elle n'était pas prête à lancer son enfant à naître dans la mêlée. La mort de la banshee assignée à la sœur du roi n'était que le début, bientôt, ils viendraient pour elle, ce n'était qu'une question de temps. La dispute durait depuis plusieurs minutes déjà, Galaëdre était à court d'arguments. Il soupira :

- Tu feras ce qui te semble juste. Tu seras recherchée. On ne quitte pas les Hergrim comme ça, et bien sûr tu seras la première accusée du meurtre d'Ana. Il l'observa longuement avant d'ajouter : Tu sais bien que je ne peux pas partir avec toi. Si le roi te perd, je ne peux pas l'abandonner.

- Il trouvera bien une autre banshee pour le veiller, l’interrompit sa femme, la voix chargée de culpabilité. Il continua sans relever :

- Et Jem a toujours voulu rentrer dans la garde. Sa vie est ici, pas en Yla.

Saraline était déchirée. Sa vie était ici, son honneur, ses amis, son fils et son mari. Mais la Lune lui avait dicté quoi faire, ou bien était-ce une façon d'alléger sa conscience...
Elle partirait pour Yla, Moïra les accueillerait, c'était décidé. Sa fille pourrait y grandir en paix, ou tout du moins dans la paix relative que pouvait amener une existence de banshee. Elle lui raconterait tout lorsqu'elle serait en âge de comprendre, elle s'excuserait de ne pas lui avoir donné le choix, en espérant qu'elle lui pardonnerait. Là-bas se trouvaient des êtres purs mais également tordus et dangereux, des fugitifs, comme elle dans quelques heures, elle devrait faire attention. Mais une fois installées, elle l'avait vu, la vie reprendrait.

__Histoire.

Après avoir sauvé une petite fille de la noyade avant même qu'elle n'ait touché l'eau – avantage peu conventionnel offert par son espèce – la mère d'Alura avait été accueillie dans le village d'Idrilis comme un héro. Elle s'était peu à peu habituée à l'atmosphère ambiante : calme, paisible, sécuritaire et... ennuyante. A la mort du vieux chaman, elle avait tout naturellement pris sa place, en bonne servante de la mort qu'elle était.

Alura eut une enfance heureuse. Elle était aimée, choyée et entourée. La sœur de Saraline, Moïra, était d'une grande aide et pouvait occuper le petit monstre pendant des heures, cependant c'était la forêt qui lui plaisait le plus. Si sa mère s'était d'abord fermement ennuyée, Alura pouvait s'occuper avec la moindre feuille morte qui lui passait sous la main. Enjouée et bagarreuse, il fallait qu'elle soit dehors à se dépenser toute la journée pour accepter de dormir quelques heures par nuit. Le plus marrant, c'était quand sa mère avait le dos tourné et qu'elle pouvait s'envoler discrètement vers les cimes des grands arbres qui encerclaient le village. Sa mère en devenait folle !

Cette vie était simple, mais Alura était heureuse et n'avait jamais connu la peine. C'est à l'aube de sa sixième année qu'elle fit sa connaissance. La mort subite de sa tante et l'apparition de son Cri bouleversèrent la petite qui n'y était pas préparée. Sa mère avait bien pris soin de ne pas laisser sa fille approcher les rares mourants du village, souvent des aînés près à s'en remettre aux dieux, et Idrilis n'était pas lieu de guerre ou de catastrophe, si bien qu'Alura rencontrait la mort pour la première fois à l'âge de 6 ans. C'était bien tard pour une banshee, qui criait habituellement pour la première fois avant même d'avoir vu deux hivers. Élevées par leurs mères dans le culte de la mort, les plus sauvages étaient bercées dans un flot de décès constant. Quant aux plus civilisées, elles servaient souvent de nobles familles et se devaient donc d'être entraînées, dès leur plus jeune âge, à prédire la mort des gens qui les entouraient. Loin de tout cela, Alura avait vécu comme une petite sorcière de la Forêt des Lucioles et se considérait comme telle avant de se retrouver dans une situation qu'elle craindrait toute sa vie : être témoin de la mort inévitable d'un proche. Même jeune et inexpérimentée, Alura avait compris en Criant, à la saveur de la mort dans sa bouche, que le sort de Moïra était inévitable. Et il l'était. S'en suivirent de longues conversations avec sa mère sur l'origine de ses pouvoirs, sur leur signification et leurs conséquences. Elle apprit que certaines visions étaient immuables, comme déjà tissées sur la toile du destin, et que d'autres, plus subtiles, pouvaient encore être empêchées. Tout cela dépendrait donc du ressenti d'Alura face à ses visions. C'était ce dernier élément qui la terrifiait le plus. Était-elle source de mort, elle qui aimait tant la Nature, la Vie ? Était-elle maitre de son destin ou bien la Mort dictait-elle ses actions ? Cependant, tant que les Esprits d'Yla la protégeraient, et qu'elle se comporterait dignement, elle pourrait maintenir à distance l'emprise de la Mort sur son esprit, elle en était persuadée.


Toujours est-il qu'Alura grandit dans l'amour inconditionnel du Pays d'Yla et de son village. De temps à autres, quelques brigands passaient par Idrilis, attirés par le commerce riche et divers de l'orée de la Forêt des Lucioles. Les gredins étaient cependant vite calmés par la milice locale et, il faut bien le dire, la présence de trois banshees ne rassurait jamais les hommes, quelle que soit leur race. Ils se contentaient la plupart du temps de commercer tranquillement en abandonnant leurs manières de voyous. Alura aimait beaucoup les surprendre lorsque certains, plus aventureux que d'autres, se dissimulaient dans les fourrés aux abords des routes quittant Idrilis. Elle avait pour habitude de changer ses bras en ailes et de les aborder à revers, un énorme bec noir à la place de la bouche. Ça faisait toujours son petit effet, mais sa mère n'était pas de cet avis. La fois où elle était revenue un carreau d'arbalète dans le poignet ne l'avait pas aidée non plus.

Elle se moquait souvent de sa mère, mais elle avait pour elle la plus grande admiration. Elle lui était tellement reconnaissante de l'avoir éloignée du monde civilisé. Des blocs de pierre de deux fois sa taille, des robes cousines des serpents étrangleurs, des mariages négociés comme au marché de troc de Cakara,... toutes ces horreurs, très peu pour elle. Son seul regret était de ne jamais avoir connu son père et son frère. Mais ce vide, les esprits l'aidaient à le combler. Après tout, ils étaient sorciers, ils devaient être connectés aux esprits eux aussi, et sûrement pouvaient-ils l'entendre lorsqu'elle méditait.

Huit belles années passèrent, rythmées par des escapades de plus en plus loin dans le pays. Alura apprit l'art des plantes médicinales, écoutant les enseignements de Naja, l'apothicaire et guérisseuse du village, d'une oreille toujours attentive. La vieille femme l'instruisit également dans l'art des poisons afin qu'elle puisse les identifier et les contrer lorsque c'était possible. Avec Rodrik, le plus fin chasseur du village, elle allait chasser tous les deux jours. Chaque chasse était l'occasion d'une nouvelle leçon : pistage, traque, pièges et collets en tout genre,... Elle avait bien essayé de maîtriser l'arc, mais elle n'était vraiment pas douée, malgré beaucoup d'entraînement. Un jour qu'elle chahutait avec son voisin Lilian, Rodrik l'avait aperçue manier le manche à balais avec grâce et ténacité, et en avait conclu qu'Alura ne serait jamais une archère émérite ; son arme était le bâton. Peu à peu, le bâton devint une lance et Alura put enfin rapporter ses premières prises à la maison. Son petit plaisir était de collectionner les lances qu'elle confectionnait elle-même suivant l'usage qu'elle en voulait faire. Elle passait des heures à choisir quels bois, courbure, poids, équilibre, lame, pointe, dard, pour telle ou telle pénétration dans l'air... et ornementations seyaient le mieux à ses œuvres d'art.

Huit années de calme qui prirent fin lorsqu'un jeune homme affolé débarqua dans le village. Il avait laissé son père mourant dans les montagnes de l'Est, et implorait qu'on l'aide. Saraline était partie sur-le-champ, et était revenue dans un linceul.
Sans surprise, la vie ne fut plus jamais la même pour Alura. Elle reprit le manteau de chamane de sa mère et les responsabilités qui allaient avec, s'assurant que tout homme, femme et enfant dans son village ne manquait de rien, et surtout, que tous restaient sous la protection des esprits. La vieille Naja mourut à son tour, les chasses avec Rodrik ainsi que les batailles avec Lilian s'espacèrent, et dans sa grande maison vide, ses multiples bâtons prirent la poussière. Alura n'était pas amère, elle s'en contentait, et la charge de chamane n'étant pas de tout repos, elle avait son compte journalier de péripéties.


Un jour que la terre avait tremblé comme jamais, elle avait reçu la visite de trois sorcières – multicolores est certainement le terme le plus approprié pour les décrire – se disant du clan de Croc'h Ranagh. Une nouvelle île très mystérieuse était apparue, elles le savaient déjà, au beau milieu de l'océan et cela marquait l'avènement d'un nouveau monde. D'après elles – et elles devaient bien avoir raison, après tout elles étaient sorcières – c'était un don des esprits, une terre remplie de magie entièrement livrée à la nature qui venait d'être mise au monde.
Cette nouvelle avait enjoué Alura qui avait décidé de célébrer cette naissance en organisant une grande fête au village. Elle considérait cet événement comme un message des esprits. Bien décidée à profiter de ce que la nature avait à offrir, elle apprit peu à peu à équilibrer ses devoirs avec ses plaisirs et à retrouver la paix. Tout était bien, puisque les esprits veillaient.

N.B :
 

V- En dehors du jeu

Prénom/pseudo : Zoranah

Age : 21 ans mais déjà sur le point de changer…

Comment avez-vous découvert le forum ?
Des petits oiseaux qui caquettent qu'il m'était impossible d'ignorer plus longtemps, soient Greynn, Ari et Sail.

Une remarque sur le forum ?
Ça a l'air top ! On essaye de relancer tout ça ?!


Dernière édition par Alura Nya'o le Dim 5 Juin - 11:05, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ambre Bellamy
Admin/Fondatrice
avatar

Date d'inscription : 10/07/2011
Messages : 999

MessageSujet: Re: Alura Nya'o Athdrivar   Mar 31 Mai - 0:03

Hello et bienvenue !

Je sais que tu es au courant de la situation du forum mais je passe tout de même de temps en temps, donc je te validerai formellement si tu le souhaites.

Pour le moment je n'ai pas trop le temps mais je pense remettre le forum au propre un de ces jours, et peut-être le dépoussiérer un peu pour que ça soit plus facile à repeupler.

Bref en attendant installe-toi bien, même si c'est un peu cracra !



Edit : Oh cette dèche j'ai même plus d'avatar.

_________________
____________________________

Fiche & mémoires
Revenir en haut Aller en bas
http://dearmad.forumgratuit.org
Alura Nya'o

avatar

Date d'inscription : 29/05/2016
Messages : 11

MessageSujet: Re: Alura Nya'o Athdrivar   Mar 31 Mai - 0:20

Hey !

Oui, Sail et Ari m'ont motivée malgré tout, donc si tu peux le faire, ça serait super de me valider.
J'indiquerai lorsque ma fiche sera terminée. Il manque la partie Histoire que je suis toujours en train d'écrire.

Ça serait un beau challenge de remettre en route le forum. Mais je comprends que ça demande d'avoir pas mal de temps à y consacrer.
J'en entends parler depuis bien 2 ans ! J'avais trainé à m'y mettre à l'époque, et maintenant que j'ai un peu plus de temps je ne me prive pas.

Ne t'inquiète pas, je suis sûre que l'expérience vaut le coup malgré tout.
Bon courage à toi, quelques soient tes obligations !

Alura.

PS : Si tu as toujours la carte du monde je suis preneuse. J'avoue que je suis un peu perdue, j'ai peur de mal me figurer l'aspect de la géographie.
Revenir en haut Aller en bas
Ambre Bellamy
Admin/Fondatrice
avatar

Date d'inscription : 10/07/2011
Messages : 999

MessageSujet: Re: Alura Nya'o Athdrivar   Mar 31 Mai - 12:15

Si ça peut attendre une semaine et quelques je peux te refaire un truc vivable d'ici la fin de la semaine pro, avec carte incluse. Pour le moment je suis en partiel donc je n'ai pas trop le temps de m'en occuper mais ensuite j'ai un mois plus calme

Remettre sur pieds je sais pas trop mais mon perso me manque aussi. Il y a quelques trucs néanmoins que je changerai maintenant (dans la manière de gérer tout) si je devais reprendre le fow là, donc on verra bien ce que ça donne, je ne suis pas la seule concernée donc bon ^^


Bref, je passerai quand même dans les jours qui viennent, pas de soucis pour la validation, et puis en ce qui concerne remettre ça au propre je m'y met petit à petit histoire que mi-juin ça ressemble un peu plus à qqch.

Si jamais tu as des questions importantes n'hésite pas, mais si c'est des détails de contexte, on ne chipotera pas donc pas de souci.

_________________
____________________________

Fiche & mémoires
Revenir en haut Aller en bas
http://dearmad.forumgratuit.org
Alura Nya'o

avatar

Date d'inscription : 29/05/2016
Messages : 11

MessageSujet: Re: Alura Nya'o Athdrivar   Ven 3 Juin - 0:52

Hey !

Oui ça serait génial, mais ne t'en fais pas, il n'y a pas urgence.

Ça serait super que tu reprennes ton perso, même si le forum n'est pas remis à neuf. Après tout, on a juste besoin de quoi écrire !

Ma fiche est terminée au fait.

Si tu as le temps de la lire à un moment ou un autre, je veux bien que tu me dises si tu y trouves des incohérences avec le contexte. J'ai essayé de faire attention tout en rajoutant ma touche perso.

Bonne soirée / journée / tout quoi !
Alura.
Revenir en haut Aller en bas
Ambre Bellamy
Admin/Fondatrice
avatar

Date d'inscription : 10/07/2011
Messages : 999

MessageSujet: Re: Alura Nya'o Athdrivar   Dim 5 Juin - 11:32

Bienvenue officiellement !

Concernant ta fiche, elle est riche en détails et je ne vois pas de soucis de contexte. Ton personnage est "puissant" (au niveau des pouvoirs) mais bon, il en faut bien aussi et je te fais confiance pour ne pas en faire n'importe quoi.

Je te valide donc en bonne et due forme !

_________________
____________________________

Fiche & mémoires
Revenir en haut Aller en bas
http://dearmad.forumgratuit.org
Alura Nya'o

avatar

Date d'inscription : 29/05/2016
Messages : 11

MessageSujet: Re: Alura Nya'o Athdrivar   Dim 5 Juin - 23:20

Hey !

Merci bien ! Ya plus qu'à maintenant !
Je vais faire de mon mieux pour gérer ces pouvoirs sans en abuser. Ce n'était pas mon but

A bientôt en RP j'espère !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Alura Nya'o Athdrivar   

Revenir en haut Aller en bas
 
Alura Nya'o Athdrivar
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tuatha de Dearmad :: Hors rpg :: Personnages :: Présentations-
Poster un nouveau sujet   Sauter vers: