AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ode au démon chèvre (pv Balsa)

Aller en bas 
AuteurMessage
Ambre Bellamy
Admin/Fondatrice
avatar

Date d'inscription : 10/07/2011
Messages : 999

MessageSujet: Ode au démon chèvre (pv Balsa)   Lun 25 Fév - 22:20


Ambre s'était débarrassée bien vite de la gamine après que la géante blonde les ait laissées sur place. Elle lui avait indiqué le nom de la seule auberge fréquentable ou presque de Caislean, et avait poussé la générosité jusqu'à lui donner le chemin pour s'y rendre ! A présent s'il arrivait encore des pépins à la fille, celle-ci ne pourrait s'en prendre qu'à elle-même.

Deux nuits s'étaient passées depuis cette affaire et Ambre avait largement eut le temps de régler ce qui la préoccupait. Elle ne restait jamais longtemps à Caislean, par paranoïa ou inconfort, l'ambiance de l'île lui déplaisait rapidement. Et puis il faisait chaud… Si chaud ! Les bruines d’Achaladh et les bourrasques de vent de la pleine mer lui manquaient. Tout semblait ralenti par la température ici et il fallait attendre la fin d’après-midi pour commencer à croiser du monde dans la rue.
Le soleil était particulièrement écrasant ce matin, mais heureusement il n’était pas encore trop haut. Et au cas où, il y avait de nombreux espaces à l’ombre grâce à la falaise.

Plusieurs navires quittaient et arrivaient à Caislean durant la journée, et Ambre comptait en profiter pour négocier sa traversée jusqu’au Pays d’Or. Le bâtiment qu’elle avait choisi pour cela était un petit deux-mâts qui prendrait bien un passager supplémentaire moyennant un paiement honorable. A vrai dire, elle le soupçonnait déjà de livrer illégalement quelques épices sur la côté Marath, alors ils n’allaient pas cracher sur un pirate.

Elle avait, avant de partir, fait l’acquisition d’une nouvelle chemise, la précédente menaçant sérieusement de se déchirer en deux au moindre mouvement brusque. Son sac était plus lourd que d’habitude, car elle y avait placé deux pistolets bien enroulés dans le vieux tissu. Néanmoins poids se répartissait bien sur son épaule et ne la handicapait pas, et surtout elle pouvait atteindre le pommeau de son épée facilement même encombrée de la sorte.

Marchant d’un pas tranquille, elle arrivait nonchalamment vers les docks, qui eux étaient animés dès le matin. Ceux-ci étaient situés en contre-bas de la ville, et plusieurs chemins taillés dans la roche les ralliaient au dédale des rues familier. Le bateau n’appareillerait pas avant la marée, c’est-à-dire dans quelques heures, vers le milieu d’après-midi. Elle avait donc largement le temps de flâner.

Son regard se perdait parmi les quelques commerçants présents, et les allers-retours des marins quand il s’arrêta sur une silhouette plutôt familière… La grande blonde. Pourquoi avait-elle besoin de trafiquer ici et maintenant ?

Ambre avait dans l’idée qu’elle n’avait pas spécialement bien marqué à la leur dernière rencontre et elle ne tenait pas à la recroiser. Cependant, le temps que ces pensées lui traversent l’esprit, elle avait disparu de son champ de vision, et Ambre repris le cours de sa rêverie.
Peut-être une heure plus tard, avisant le capitaine du navire qui devait la faire traverser, elle s’étira, craqua son dos en plaçant ses deux mains au niveau des reins et se dirigea vers le contrebandier.

Il fait nettement plus chaud déjà, et la lumière se réfléchissant sur le calcaire blanc de la roche était éblouissante. Ambre ne voyait pas bien devant elle et en atteignant le capitaine, elle bouscula une ombre qui se dirigeait dans la même direction sans le vouloir…

_________________
____________________________

Fiche & mémoires


Dernière édition par Ambre Bellamy le Dim 14 Juil - 12:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://dearmad.forumgratuit.org
Balsa Osane

avatar

Date d'inscription : 12/08/2012
Messages : 105

MessageSujet: Re: Ode au démon chèvre (pv Balsa)   Sam 2 Mar - 14:47

Elle avait finalement pu mener ses affaires. Trois pièces d’or et quelques broutilles en plus dans sa bourse. Le marché de l’armement était florissant. Et la renommée de Balsa commençait à être répandue sur ce continent. Il faut dire qu’elle avait soigné sa singularité. C’était un choix de clientèle. Elle ne visait pour l’instant pas la noblesse. Et puis, ces gens savaient se servir d’intermédiaire. Un jour, si elle devenait réellement réputée, peut-être aurait-elle de nouveau accès. Ce genre de rêve était vital pour elle. N’avoir aucune attache était assurément un incroyable avantage. Mais elle devait veiller à se tenir occupée, à chérir ses biens pour tromper la solitude. Bien sûr, elle y était habituée et la plupart des gens l’aurait traitée de folle. Elle n’aimait pas particulièrement se laver et Caislean était un lieu poisseux qui forçait aux bains si on ne voulait pas mourir de chaud. Une troisième bonne raison de mettre les voiles.

Elle avait pu faire ses affaires sans être gênée par les marchants d’esclaves. Mais elle savait qu’elle ne devait jamais trop tirer sur sa chance. Ses affaires faites, elle n’avait plus aucun intérêt à rester dans un lieu ou être détroussé était une potentialité de tous les jours. Et puis, elle n’avait pas envie de se laver ici. Toutes ces raisons la poussaient à partir rapidement. Elle aurait pu reprendre la route à pied. Mais prendre un navire jusqu’aux côtes d’or permettrait de partir rapidement et de lui faire gagner du temps. Et le temps c’est de l’argent, adage prouvé et reconnu du milieu.

Son but était un petit deux mats tout à fait charmant et dont le capitaine était un marchand dans l’âme. Elle avait déjà fait affaire avec lui par le passé. Ce dernier était un marchand très polyvalent et elle se doutait bien qu’il avait une affaire qui le mènerait du côté de Marath. Premier obstacle, la cohue. Aussi partit-elle aux aurores pour y déposer ses affaires et monnayer son passage. Rien d’exorbitant. Elle refourgua les armes du marchand d’esclave dont elle avait dépouillé le cadavre. Ne pas garder de preuve sur soi était une logique assez pertinente. Elle lui cédait le pistolet et le sabre ouvragé ainsi qu’une chaîne en or pour la moitié de leur prix, mais y gagnait un voyage sûr. Et des pièces d’or supplémentaires. Ô intense jubilation.

Ettore était un bon capitaine et un excellent marchand. Elle aimait côtoyer ce genre d’individu. Elle était bien avec eux. Elle avait passé sa matinée à bavarder et boire quelques pichets et se sentait réellement heureuse de quitter cette région. Elle ne l’avait jamais aimée et n’y venait que pour les affaires juteuses incontournables à y faire.
Sur les docs rempli de vie, elle ne remarqua pas le blond avancer chargé. Elle aidait les marins à empaqueter leur cargaison et caisse d’épice. Elle aidait sans rechigner et mis à part deux confrères cornus de l’équipage, elle était bien plus efficace que les humains qui ployaient sous le poids des caisses.


« Eh bon. On a mis en cale la cargaison. Y reste plus qu’à… eh r’garde où tu marches gamin… »

Bousculée, elle se tourna vers l’infortuné qui venait de la gêner. Balsa était connue pour son tempérament bien trempé et n’était pas habituée à être gênée. Surtout quand elle parlait à quelqu’un d’autre. Bref, elle aurait pu envoyer un poing ou un coup de corne bien senti. Surtout qu’elle ne portait plus son énorme sac mis en sécurité dans le navire et qu’elle n’était pas spécialement fatiguée de l’effort fait auparavant. Elle ne le fit pas car elle reconnu le blond à la gamine. Un frôle de mec efféminé. Elle nota le sac et la direction prise par le blond et ricana. Elle rejoignit le capitaine pour lui proposer de se rafraichir avec une peinte puisque le temps devenait suffoquant et que l’embarquement de la cargaison avait été dument fait et contrôlé.

« Alors c’te pinte on se la boit ? J’ai effectué ma part du marché. J’ai montré à tes taffioles d’marins c’qu’c’était un cornu. »

Elle rit et claqua une tape dans le dos du Capitaine qui vacilla. Elle aimait son métier pour les contacts et les affinités qu’il lui donnait. Elle n’avait pas d’attache, mais partout elle connaissait des gens qui pouvaient l’aider. L’entraide entre marchand, le partage d’intérêts commun, tout cela était un fait qu’elle ne changerait pour rien au monde dans sa vie. Elle resta près du capitaine pour voir ce que voulait le blond. Elle se souvenait de l’épisode malheureux auquel il était rattaché et s’en méfia immédiatement. A cet effet, elle chuchota un mot à l’oreille de son vieil ami.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Ambre Bellamy
Admin/Fondatrice
avatar

Date d'inscription : 10/07/2011
Messages : 999

MessageSujet: Re: Ode au démon chèvre (pv Balsa)   Sam 9 Mar - 23:35

Encore elle ?! Pour peu l’interjection aurait échappé à Ambre… La grande blonde était partout décidemment… Enfin tant qu’elle ne lui voulait aucun mal, ce n’était pas vraiment une gêne, mais la bousculer n’était peut-être pas la meilleure chose à faire pour lui faire garder son calme.

Ambre la regarda s’approcher du capitaine d’un pas assuré puis éclater de rire après avoir déclaré quelque chose que la pirate n’entendit pas clairement. Visiblement ils se connaissaient, et plutôt bien à en juger par l’attitude familière de la cornue, à moins que ce soit sa manière d’être ? Ambre n’aurait eu aucun mal à le croire, elle lui rappelait bizarrement certains marins qu’elle avait connu, notamment un grand type efflanqué qu’elle avait connu un temps sur l’Ombre à l’époque où le navire s’appelait encore le Dragon. Conforté par cette similarité, elle s’approcha des deux joyeux compères, un air impassible sur le visage, ni trop enjoué, ni agressif.


« On m’a dit que vous appareilliez pour la côte Marath, z’auriez un peu de place pour un marin prêt à payer sa traversée et travailler dans la voilure ? »

Elle avait instinctivement précisé la voilure car elle savait que sa carrure le lui permettait et donc que cela inspirerait plus confiance que si elle se targuait de savoir tout faire, iccompris les travaux de force… La cornue aurait eu tôt fait de lui rabattre le caquet. Ambre se tourna vers cette dernière.

« On s’est déjà croisé il me semble, mais la situation ne m’avait pas permis de demander votre nom, je me rattrape donc maintenant, je m’en voudrai d’être condamné à vous appeler « la grande blonde » »

Elle ponctua sa phrase d’un sourire légèrement narquois, mais pas méchant pour autant. Elle contrôlait plutôt bien les nuances de ses sourires depuis que certains quiproquos l’avaient obligé à sortir son épée de manière prompte et imprévue. Sa politesse parfois excessive avait aussi agacé plus d’un de ses compagnons d’armes, mais elle maîtrisait déjà moins cet aspect des relations. Elle avait appris à parler dans un château, et même si cela faisait des années qu’elle sillonnait les mers accompagnée des pires canailles, elle n’en avait pas moi gardé ses habitudes, et puis après tout, cela collait bien à son sobriquet, les princes étaient polis non ?

« Ptet bien que je pourrais trouver une place à bord ouais, faut voir, t’as un nom matelot ? »

Le capitaine n’avait pas l’air de trop reluquer la marchandise qu’il transportait, car de toute évidence, Ambre n’avait rien d’un matelot. Elle ne le prit néanmoins pas comme une pique, mais plutôt comme un signe encourageant.

« James, mais la plupart m’appellent Jim. »

Le nom « Bellamy » commençait ces derniers temps à être un peu trop associé à l’image du pirate albinos d’Achaladh, et puisqu’elle ne pouvait pas cacher ses cheveux blancs –ou difficilement- autant louvoyer sur les détails du nom. Il fallait d’ailleurs qu’elle songe sérieusement à s’en inventer un ou deux nouveaux, ça pourrait toujours servir. Hawkins ne sonnait pas trop mal, c’était le nom d’un marin de son âge qu’elle avait croisé dans une taverne à Achaladh, elle ne savait pas trop pourquoi elle s’en rappelait.

« Mouais, Jim, d’accord. J’sais pas si j’ai un poste digne de ce nom à t’confier, tous mes marins sont présents et j’vois pas pourquoi j’en manquerai, mais si t’as d’quoi payer ta traversée avec du bon argent ou un bon faire valoir, j’vois pas pourquoi je m’y opposerais… »

_________________
____________________________

Fiche & mémoires
Revenir en haut Aller en bas
http://dearmad.forumgratuit.org
Balsa Osane

avatar

Date d'inscription : 12/08/2012
Messages : 105

MessageSujet: Re: Ode au démon chèvre (pv Balsa)   Sam 23 Mar - 0:47

L’air policé que le blond adopta la fit sourire cyniquement. Rien qu’un homme mêlé au trafic d’humain. De plus ou moins loin, plus ou moins indirectement, mais assez pour la rendre méfiante. C'est ainsi qu'elle restait en vie, en étant méfiante et elle avait son avis sur la question. La crevette avait eu raison de préciser la voilure, avec un physique comme le sien, elle ne servait pas à grand-chose d’autre et encore. Il faudrait tâter de ce biceps qui lui semblait un rien filiforme. Les musculatures sèches pouvaient avoir leur potentiel et il ne fallait pas les sous-estimer. Mais là, elle ne lui donnait guère plus d’efficacité qu’une fille. Il avait d’ailleurs une tronche d’efféminé le bougre. Autant dire que la nature ne l’avait pas bien servi. Elle en aurait presque pitié. Presque. Pour l’instant, ça la faisait plutôt rire.

« Tu t’souviens bien. T’étais entrain d’fricoter avec une band’ peu r’commendable. T’as intérêt à trouver un aut’ surnom et d’faire preuve d’une imagination plus polie. C’tout. »

Pas méchant. Assurément mal pris en tout cas. L’effet fut immédiat. Sourcils froncé, visage fermé, bras croisé sur sa poitrine. La contraction légère des muscles fit danser les tatouages sur sa peau. Une musculature qui elle n’avait rien à envier à un homme. Finement dessinée, elle ondulait avec force sous la peau hâlée. Elle était une cornue, c’était un fait indéniable. Elle avait largement de quoi clouer le bec des petits malpolis de son genre. Ha !

James dit Jim ? Reniflement, le nez se plisse, le visage ne s’ouvre pas. Sa tête d’albinos ne passait pas inaperçu. Il faudrait qu’elle se renseigne, ce n’était pas une chose courante. Et il était primordial de savoir à qui on a affaire. Maintenant qu’elle y réfléchissait, il lui semblait avoir entendu quelque chose au sujet d’un albinos… Plissement d’yeux, elle réfléchit. Sans parvenir à un résultat concluant. Elle en reparlerait. Se renseignerai. C'était tout de même la deuxième fois qu'elle le croisait. Les coïncidences ce n'est jamais très bon.


« Une bonne prime, sa tête m’revient pas. Je te l’garderai à l’œil. Faudra qu’on jacte à ce sujet plus tard. »


Il ne cracherait jamais sur l’argent du passager qui en avait, Basla n’en doutait pas. Donc elle surveillerait l’efféminé le temps de la traversée. Elle s’assurerait que sa propre cargaison soit à l’abri de ses petites mains. Assurément, il y avait quelque chose de louche chez lui. Et surtout, il avait été mêlé à une affaire d’un trafic qu’elle haïssait. Bon, il devait avoir compris qu’avec elle on risquait de finir avec une flèche en pleine tête. Littéralement. Mais elle savait toujours se méfier. Elle fit demi-tour et monta la passerelle pour accéder au pont du bâtiment. La grande blonde, accorda un petit regard au duo plus bas qui devait discuter du montant du prix. Le vent vint jouer avec ses cheveux qui en s’élevant laissait entre-apercevoir un tatouage dans sa nuque. Elle porta son regard sur les haubans. Le drapeau hissé claquait à rythme régulier. Le vent apportait avec lui une odeur d’égout et la marchande fut prise d’une envie de mettre les voiles plus pressée encore.

Cette île était un enfer paradisiaque. Et en plus, elle allait devoir faire la traversée en compagnie de cette crevette blonde. Le trajet promettait d’être long. Vraiment très long.

HRP:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Ambre Bellamy
Admin/Fondatrice
avatar

Date d'inscription : 10/07/2011
Messages : 999

MessageSujet: Re: Ode au démon chèvre (pv Balsa)   Dim 12 Mai - 16:18

Ambre ne fut pas ravie d'apprendre que la géante l'avait associé au esclavagistes -alors qu'elle ne les connaissait absolument pas. Non seulement cela entâchait clairement sa réputation (elle ne les appréciait pas plus que la cornue) mais en plus ça serait difficile à rattraper vu que la marchande avait l'air butée comme un bouc, pour prendre une comparaison peu avantageuse.
Etait-ce le mot « grand » ou le mot « blond » qu'elle n'appréciait pas dans le surnom ? Car en fonction, tout une gamme d'autres combinaisons s'offrait comme surnoms... La marchande blonde, la grande marchande, la cornue blonde, la grande cornue... Ce dernier sonnait légèrement malin ou infernal et Ambre décida de ne pas s'aventurer à l'essayer.

Voyant que l'équipage montait sur le pont, Ambre les suivit. La marée devait bientôt être haute et elle avait entendu la... grande-blonde-cornue-marchande dire que la cargaison était chargée, le départ se ferait donc rapidement si elle ne se trompait pas. L'idée que la marchande passe la traversée avec elle ne lui disait rien, elle n'avait aucune envie de se retrouvée analysée en permanence à cause de ses soupçons, sans compter que si quoi que ce soit allait de travers, la pirate n'était pas du tout en position pour se défendre...

Enfin la marée fut suffisamment haute pour que nous puissions partir et Ambre attendit de voir si on n'avait réellement pas besoin d'elle dans les cordages ou si le capitaine n'avait dit cela que pour vérifier qu'elle avait de quoi payer la traversée. Comme rien ne venait, elle s'accouda au bastingage, dans un coin où elle serait sûre de ne gêner personne. Elle préférait se faire la plus petite possible durant la traversée, et elle aurait volontiers pris l'apparence de quelqu'un d'autre pour l'occasion si elle avait pu...

Au bout d'un moment, elle aperçut la silhouette familière de la cornue qui avait l'air de faire une ronde. Elle venait par ici et Ambre reporta son regard sur l'eau. Lui voulait-elle quelque chose ou bien était-ce simplement histoire de signifier qu'elle l'avait à l'oeil ?

Quand elle s'arrêta à sa hauteur, Ambre se tourna à moitié vers elle, puis dit sur un ton moins obséquieux que celui qu'elle avait employé pour se présenter :

« Puisque vous êtes là, autant que ça soit clair, je n'avais rien à voir avec des marchands d'esclaves, mais bon vous croirez c'que vous voudrez. J'suis loin d'être le plus honnête des hommes et je m'en cache pas, mais j'ai jamais mouillé là-dedans... »

Elle ne continua pas, elle ne voulait pas perdre des heures à se justifier, c'eut non seulement été suspect mais cela la fatiguait.

« Vous vendez quoi au fait à Caislean au fait ? »

Cette fois elle avait demandé cela non seulement histoire de faire la conversation mais qui sait, peut-être que ses marchandises n'étaient pas inutiles...


HRP:
 

_________________
____________________________

Fiche & mémoires
Revenir en haut Aller en bas
http://dearmad.forumgratuit.org
Balsa Osane

avatar

Date d'inscription : 12/08/2012
Messages : 105

MessageSujet: Re: Ode au démon chèvre (pv Balsa)   Mar 21 Mai - 21:46

Spoiler:
 

Le vent qui se prend dans la voilure, c’est une sensation, une vue unique et presque émouvante. De voir les larges toiles sacqueboute et porter le navire. Le pousser au large. Le vent qui se met à fouetter le visage et le mouvement récurent alors que le navire chevauche les vagues. Elle resta un instant à la proue, observant l’écume jaillissant des flancs élancés. Après un moment, le spectacle commença à la lasser. Elle n’était pas femme à s’émerveiller vainement de la beauté du monde. Son esprit pragmatique lui interdisait les rêvasseries inutiles. D’ailleurs, elle n’avait pas le temps à cela. Elle n’avait jamais eu le temps à cela, ne se l’était jamais vraiment permis.
Elle retourna donc sur le pont principal sans but réel. Les traversées en navires l’ennuyaient pour cela. L’inactivité. Une terrible inactivité. Elle ramassa donc ses réserves de bois et son biseau. Elle remarqua la tignasse blonde du drôle d’albatros. Elle s’arrêta pour l’observer mais ce dernier se tourna vers elle. Humph. Zut. Évidemment, il initia une conversation.


« C’est amusant… l’ardeur que vous y mettez. Chez-moi, on n’appelle pas ça de l’honnêteté. »


La cornue s’accouda à proximité de lui sur le bastingage. Elle caressa du bout des doigts le morceau de bois brut qu’elle tenait. Un joli bois, de quoi faire une arbalète. Elle voulait en fabriquer une assez petite pour être utilisée à une main. Moins dure à bander, à charger, moins puissante donc moins de portée. Mais plus pratique en défense. Elle accorda un instant une attention profonde au bois, semblant se désintéresser du jeune homme près d’elle.


« De tout, de rien. Des armes, des herbes, … rien de très intéressant pour un gamin. Ca n’a évidemment rien de très charmant, de très féminin… je n’ai pas de vêtement en stock, ni de tissu actuellement. J’en aurais sûrement à Marath. J’ai de quoi investir dans quelques tapisseries… que je revendrai à un aubergiste… hm… sur le chemin je referai le plein de matière première et c’est une bonne saison pour les champignons… »

Le biseau vient tailler dans le bois et faire voler un copeau de bois. Un deuxième, le geste est sûr. La cornue n’a rien d’une femme très ordinaire. Elle ne porte pas de robe, des habits pratiques mais bien trop léger pour être décent. Seuls ses jolis cheveux blonds qui cascadent en ondulation dorée sur ses épaules reflètent de la femme. Sur ses bras, ses épaules d’étranges tatouages décorent la peau, une singularité bien peu féminine. Et le muscle qui gonfle pour tailler à main nue le bois n’a pas plus l’aspect délicat de la femme. Son visage concentré n’est pas méfiant ou menaçant cette fois. Elle semble détendue, plus sereine.

« Et si tu ne vends pas d’humain ou y participe… que tu n’es pas un marin… que fais-tu de ta vie gamin ? »


Elle lui adresse un regard en coin, renifla. La question n’est absolument pas innocente et l’honnêteté de sa réponse étudiée, assurément.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Ambre Bellamy
Admin/Fondatrice
avatar

Date d'inscription : 10/07/2011
Messages : 999

MessageSujet: Re: Ode au démon chèvre (pv Balsa)   Ven 24 Mai - 15:56

Spoiler:
 

Pour une fois, Ambre n'avait pas l'impression qu'elle risquait de se prendre -au choix- une flèche ou un poing dans la figure alors qu'elle s'adressait à la cornue. Celle-ci semblait désormais plongée dans le travail d'un morceau de bois, peut-être pour le tailler en une arme quelconque vu sa réponse précédente... La pirate se demanda un instant les techniques de marchandage qu'elle pouvait utiliser, et un sourire passa sur ses lèvres. Elle ne devait pas trop avoir de problème à convaincre ses clients du bien fondé du prix fixé.

La journée avançait et le soleil se rapprochait de la ligne d'horizon. On ne distinguait déjà plus aucune terre : seul l'océan s'étendait à parte de vue. Ambre fut ravie de constater qu'aucune voile n’entachait le paysage, car il y avait fort à parier que dans ce cas, ce ne serait pas la Marine impériale, loin de là ! Elle jeta un coup d'oeil au travail de la cornu et retint un soupir. Pourquoi avait-elle fallu qu'elle ressemble à ce point à une femme à côté de la marchande, alors que c'était bien elle qui avait tout intérêt à l'éviter ! Certes, la grande blonde n'était pas masculine pour autant, mais il était difficile de la visualiser en robe dans un salon de noblesse, et si Ambre avait fait sa taille et n'avait eu e serait-ce que la moitié de sa masse musculeuse, elle n'aurait peut-être pas eu besoin de se travestir.

La question concernant sa propre activité ne la dérouta pas, il fallait s'y attendre. Elle n'avait pas envie d'inventer une quelconque excuse. Après tout, à part la discréditer ça ne ferait pas grand effet. Les pirates étaient partout autour des Gouttes d'Or, et elle doutait que la marchande puisse lui nuire : même en admettant qu'elle passe par dessus bord elle avait de de grandes chances de s'en sortir car les courants marins du coin étaient rarement violents.



«  Allons, que peut faire quelqu'un qui prétend s'y connaître en cordages à Caislean ? J'vous ai dit que j'étais pas le plus honnête des hommes... »

Allait-elle finir par-dessus bord ? Elle en doutait, mais on ne savait jamais, il fallait se méfier, son interlocutrice avait l'air d'avoir un sacré tempérament.

« Cela dit je travaille à mon compte en ce moment.. »

Qu'elle ne s'imagine pas non plus que tout cela ne pouvait être qu'un piège. On avait déjà entendu des cas de pirates qui s'engageaient à bord de navires marchands et qui les amenaient à se rapprocher d'un îlot ou d'une côté près de laquelle se trouvait embusqué des forbans armés et prêts à l'attaque. Bon évidemment, la cornue n'était pas obligée de la croire, car il fallait être fou pour avoir foi en un pirate, mais pour une fois Ambre ne mentait pas. L'idée d'exposer la pure vérité lui traversa d'ailleurs l'esprit, pour une raison assez simple : si la cornue acceptait, elle ne cracherait pas sur un moyen efficace et moins inconfortable qu'un tissu trop serré pour cacher sa poitrine, mais pour l'instant la question ne se posait pas.

_________________
____________________________

Fiche & mémoires
Revenir en haut Aller en bas
http://dearmad.forumgratuit.org
Balsa Osane

avatar

Date d'inscription : 12/08/2012
Messages : 105

MessageSujet: Re: Ode au démon chèvre (pv Balsa)   Mer 29 Mai - 21:08

Tu vois… si je veux tenter de m’intéresser à toi, l’efféminé. Ce que quelqu’un qui s’y connait peut faire avec des cordages… et qui est malhonnête… et à son compte. Nous pouvons donc formuler plusieurs hypothèses qui te prouveront que ta clarté est plus obscure que ma merde…

Tu pourrais être un pêcheur qui escroque ses clients…

Un braconnier habile aux collets…

Un tisserant qui fait de la contrefaçon…

Un voleur… vu que t’as aucune force tu dois bien avoir des astuces avec des cordes…

Un coiffeur qui revend les cheveux coupés à des prix décoiffant dans le dos de ses clientes…



La cornue se tapotait le bout d’une corne d’un indexe songeur… son visage s’éclaira d’une moue moqueuse et rigolarde quand elle s’exclama :

Ma préférée… tu es un gigolo expert en noeuds et autres arts sexués pourvu de tendance proscrites… coquin va ! Faut pas avoir honte de ses tendances sexuelles ! AHahhahahaaaahaha humph.

La voix a perdu son ton enjoué quand elle reprit.

Non, tu vois, les devinettes hypocrites j’aime pas. Comptes pas noyer le poisson dans tes minauderies de mauvais genre. Alors, tu jactes sérieusement ?
Vu que t’es pas assez intelligent pour te comporter bien dès le départ…

Si tu continue ton numéro, tu vas savoir ce que ça fait une cornue en colère. Tu vois… ça…
elle tapote son index à nouveau sur sa corne, mais plus sèchement. C’est pas de la décoration. J’ai à mon actif bon nombre de démantibulement de mâchoire… et autres joyeusetés. Si dans ton coin t’es à l’aise, ici t’es en territoire conquis. Tu n’as aucun ami, le vieux bouc me mange dans la main.

Et il déteste autant que moi les hypocrites. Il serait même plus définitif que moi je pense. Tu sais, un coup sur la tête, un boulet aux pieds et tu ne te réveilles plus jamais. C’est arrivé à un mec… je m’en souviens, un marin qu’il avait embauché. Il a été pris sur le fait de voler dans la marchandise… et surtout, il avait fait des misères à la pute préférée du vieux… il a fait de jolies bulles et la poiscaille a été contente…

Si ta cervelle est en train de calculer que je te menace de mort, elle aura tout juste. Tu vois, moi je suis honnête. Tu continues à me prendre pour une cruche… et j’me fâche. Ce serait bête… parce que justement, ça se voit que t’es pas stupide la fiotte, loin de là. Tu as même une petite bouille sympathique, au fond. De celle que je pourrais apprécier. Mais enfin. Pas comme ça.


Un peu comme les fouines qui cachent bien leur jeu, toi et ton air benêt. Alors, cette traversée, elle sera calme ou mouvementée, tu crois ?

Enfin, le moulin à parole se tut. Elle s’était un peu emballée, c’est vrai. Finalement qu’est-ce qu’elle en avait à faire qu’un inconnu pareille la prenne pour un pot de chambre sur lequel il pisse en se marrant ? Pas grand-chose. Sauf qu’elle n’était pas un pot de chambre et surtout… un peu caractérielle. Fatiguée, de mauvaise humeur ? Pas vraiment. Elle avait été capable de tuer un homme parce qu’il lui avait simplement désobéi. Alors qu’il ne lui avait strictement rien fait. Elle pouvait bien sur un coup de tête transformer l’efféminé en anguille blanchâtre et s’amuser à voir s’il nageait bien avec un poids aux pieds ? Ce serait drôle. Un moment. Après, un peu triste. Être mort pour si peu, c’est un peu du gâchis. Et vu la manière de furet avec lequel il s’était glissé là, pas sûr qu’on vienne le pleurer au port.

Depuis quand suis-je devenue aussi détestable, se demanda la marchande un instant au milieu de ses pensées morbides. Cruelle, comme la nature dans laquelle elle vivait. Forcément, elle ne savait pas vivre une relation normale. Après tout, il lui inspirait une sorte de franchise exacerbée. Qu’il lui retourne un peu la réciproque ne serait pas de trop…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Ambre Bellamy
Admin/Fondatrice
avatar

Date d'inscription : 10/07/2011
Messages : 999

MessageSujet: Re: Ode au démon chèvre (pv Balsa)   Sam 8 Juin - 16:04

La première réflexion d’Ambre fut que la cornue devait boire beaucoup de lait, pour avoir de la merde aussi claire, car il lui semblait avoir été suffisamment explicite sur le sujet. D'où sortait cette immense femme-chèvre (plutôt bouc au niveau du caractère d'ailleurs) ? Il lui semblait pourtant qu'elle connaissait Caiselan... Enfin puisque la subtilité avait visiblement échappé à la géante susceptible (le meilleur surnom qu’elle devait avoir trouvé pour le moment), elle ouvrit la bouche d’un air impassible pour répondre à la tirade de la marchande :

« J’vous avais prise pour quelqu’un qui connaissait la faune locale m’enfin visiblement c’est pas le cas. Au cas où vous l’ignoreriez, tout ce qui n’est pas marchand, frauduleux ou non, sur cette île est neuf fois sur dix un pirate. S’il faut que j’vous sorte le nom pour que vous pigiez, vous l’avez, et m’sortez pas que vous savez pas c’que c’est, j’prendrai ça pour d’la mauvaise foi. Quant aux leçons de natation, très peu pour moi. »

Elle avait peut-être était un peu plus véhémente qu’elle ne l’avait voulu, mais le discours de la cornue ne l’incitait pas à prendre un air apeuré pour débiter des réponses avant de faire dans ce qui lui servait de bas. La seule différence avec les brutes habituelles qu’il lui arrivait de fréquenter était que la marchande était une femme, et qu’Ambre n’était pas habituée à en voir de cette taille. Cependant, une fois habituée à l’idée, la situation lui devenait plus familière, et elle se sentait moins obligée de jouer l’effacée.

« Mon nom c’est Jim Bellamy, j’suis plutôt connu dans mon milieu à certains endroits, et c’pas votre apparence qui inciterait à vous faire confiance et à vous raconter ma p’tite vie, surtout qu’vous parlez fort, et que j’aime autant éviter d’ébruiter certaines choses d’vant tout le monde. Bah oui, j’ai des trucs à me reprocher, ou plutôt, les gardes en ont, si jamais vous vous demandez… Après ptet que j’ai vraiment l’air menaçant et que vous aviez b’soin d’vous rassurer hein, j’en sais rien moi. »

Son comportement actuel contrastait avec le tempérament calme qu’elle avait affiché précédemment, mais n’était-ce pas ce que la marchande voulait ? Et à part la balancer par-dessus bord que pouvait-elle lui faire ? En fait, Ambre envisageait même de se balancer elle-même par-dessus bord si les choses viraient mal. Nager indemne était plus attrayant que couler avec un bras cassé entre autre, la côte n’était pas si loin malgré les apparences et la route était empruntée, enfin, les eaux étaient calmes. Eh oui, la pirate n'était pas lâche, mais elle se moquait complètement qu'on le pense si fuir lui permettait d'éviter des ennuis superflus.
Si elle n’avait été pas contrariée par l’attente de la réaction de la grande furie, Ambre aurait volontiers souri. Non mais gigolo sérieusement… Vu son allure, elle ne préférait même pas savoir quel type de bonne femme pourrait lui servir de cliente.





_________________
____________________________

Fiche & mémoires
Revenir en haut Aller en bas
http://dearmad.forumgratuit.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ode au démon chèvre (pv Balsa)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ode au démon chèvre (pv Balsa)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Je n'arrive pas a trouve du balsa et du carn plum help me
» tarte truite fumée - fromage de chèvre
» La chèvre de Monsieur Seguin
» Char à voile grot pour gorkamorka
» Cartons plumes et ruines

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tuatha de Dearmad :: Le Passé :: Rp du passé :: Le Pays d'Or-
Sauter vers: